Marée humaine pour le pape sur la plage de Copacabana

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 21h00 HAE, le 28 juillet 2013.

RIO DE JANEIRO – Le pape François a drainé une véritable marée humaine à la plage de Copacabana, dimanche, lors de l’ultime messe de son voyage au Brésil.

Selon les estimations des organisateurs des Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) et des autorités locales, pas moins de trois millions de fidèles se sont déplacés pour l’occasion. À titre de comparaison, à Madrid en 2011, la cérémonie finale avait attiré environ un million de pèlerins tandis qu’à Toronto en 2002, l’assistance était composée de quelque 850 000 personnes.

Devant la foule monstre réunie à Rio de Janeiro,le souverain pontife s’est adressé aux jeunes catholiques les invitant à se comporter en missionnaires et à professer leur foi y compris auprès de ceux qui font montre d’indifférence à l’égard de la religion catholique.

Lors de son homélie, il leur a dit: «l’Église a besoin de vous, de votre enthousiasme, de votre créativité [et] de votre joie».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le voyage du Saint-Père, qui représentait son premier périple officiel à l’étranger depuis son élection, a déjà été qualifié de succès par bien des participants aux JMJ mais aussi par de nombreux Brésiliens qui ont été charmés par l’amabilité et la modestie de l’homme.

De toute évidence, le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, juge aussi que son patron a bien tiré son épingle du jeu.

«Ce voyage était un succès. C’était merveilleux de le voir à l’oeuvre sur son continent d’origine.»

De l’avis du père Lombardi, cette destination était le théâtre parfait pour permettre à la spontanéité du pape de ressortir pleinement.

Même ses gardes du corps, qui sont reconnus pour leur stoïcité, se sont permis de timides sourires alors qu’ils accompagnaient le chef de l’Église catholique dans ses déplacements.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

De leur côté, certains habitants de Rio de Janeiro ont ri jaune lorsqu’ils ont vu dans quel état se trouve désormais l’un des sites emblématiques de leur ville.

Les trottoirs bordant la plage de Copacabana débordent de détritus de toutes sortes.

Samedi, la vigie est venue couronner une journée occupée pour le pape François, durant laquelle il a livré un message auquel il a accordé beaucoup d’importance tout au long de la semaine, lors d’allocutions, d’homélies et de remarques à brûle-pourpoint.

Dans le cadre de son plus important — et plus long — discours des quatre mois de son pontificat, le pape a réitéré le message mis de l’avant lors de son premier déplacement à l’étranger dans le cadre des Journées mondiales de la jeunesse: la nécessité, pour les prêtres et les jeunes catholiques, de changer le statu quo, de sortir des églises et de tenter de rejoindre les membres les plus marginalisés de la société, ou risquer de les perdre au profit d’Églises rivales.

Le pape a également porté un coup direct au message «intellectuel» de l’Église qui avait fortement caractérisé le pontificat de son prédécesseur, Benoît XVI. Il a affirmé que les catholiques ordinaires ne comprenaient pas des idées si complexes, et avaient besoin d’un message plus simple d’amour, de pardon et de pitié.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Nous perdons des gens parce qu’ils ne comprennent pas ce que nous disons, parce que nous avons oublié le langage de la simplicité et faisons appel à un intellectualisme qui nous est étranger, a-t-il dit. Sans la grammaire de la simplicité, l’Église fait disparaître les conditions permettant de chercher Dieu dans les eaux profondes du mystère.»

Dans ce discours détaillant le genre d’Église voulue par ce nouveau pape, François a demandé aux évêques de se demander pourquoi des centaines de milliers de catholiques avaient rejoint des congrégations pentecôtistes, qui ont connu une forte croissance lors des dernières décennies, particulièrement dans les bidonvilles brésiliens.

Selon les données du recensement brésilien, le nombre de catholiques est passé de 125 millions en 2000 à 123 millions en 2010, l’Église représentant ainsi 65 pour cent de la population, en baisse par rapport à 74 pour cent. Pendant la même période, les protestants évangéliques ont vu leurs nombres passer de 26 à 42 millions.

Le pape a demandé si l’Église catholique moderne était toujours capable de «réchauffer les coeurs» de ses fidèles, si les prêtres prenaient le temps d’écouter leurs problèmes et de demeurer proches d’eux, et d’agir comme une «mère» qui leur donne non seulement la vie, mais qui prend soin d’eux.

Ce discours, présenté devant près de 300 évêques lors d’un dîner à la résidence de l’archevêque de Rio, sera suivi dimanche d’une déclaration tout aussi importante pour les évêques de l’Amérique latine, a précisé un porte-parole du Vatican.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Jeudi, déjà, le Saint-Père demandait à des jeunes pèlerins de «brasser la cage» dans leurs diocèses, quitte à provoquer des confrontations avec les prêtres et les évêques.

Le public cible de François sont les pauvres et les marginalisés, des gens mis de l’avant par le premier pape de l’Amérique latine dans le cadre de ce premier voyage à l’étranger. Le pape a visité l’un des plus violents bidonvilles de Rio, rencontré de jeunes délinquants et des gens souffrant de dépendance à la drogue, en plus d’accueillir avec les honneurs 35 recycleurs de déchets de son Argentine natale.

Il a aussi transmis son message lors d’une rencontre avec l’élite politique, économique et intellectuelle du pays, pressant les dignitaires de protéger les plus pauvres et d’utiliser leur pouvoir pour travailler au bien commun. Il a également invité à un meilleur dialogue entre les générations, les religions et les peuples.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur