Madeleine Meilleur ne sera pas commissaire aux langues officielles

Madeleine Meilleur


7 juin 2017 à 15h45

OTTAWA _ Plongée dans une controverse qui s’éternisait et qui faisait les choux gras de l’opposition, Madeleine Meilleur a retiré une épine du pied des libéraux en se récusant du poste de commissaire aux langues officielles.

L’ancienne ministre des Affaires francophones de l’Ontario, dans les gouvernement libéraux de Dalton McGuinty, puis de Kathleen Wynne, a signalé au gouvernement qu’elle rendait les armes dans une lettre envoyée à la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a confirmé mercredi cette dernière.

«Comme vous le savez, ma nomination a fait l’objet de controverses, ce que je regrette beaucoup», écrit Madeleine Meilleur dans cette missive datée du 6 juin, transmise par le bureau de la ministre.

«Considérant cette situation, j’en ai conclu que ma capacité d’assumer cette fonction pleinement et d’agir au nom des Canadiens serait grandement compromise», enchaîne celle qu’avait choisie Justin Trudeau à l’issue d’un processus qui a fait l’objet de maintes critiques.

Processus

L’opposition officielle s’est aussitôt réjouie de cette «bonne nouvelle» et en a profité pour passer à l’offensive, accusant le premier ministre de s’être «embarrassé lui-même» et d’avoir démontré qu’il avait moins de jugement que la candidate qui a retiré ses billes.

Les conservateurs ont demandé à plusieurs reprises lors de la période de questions en Chambre si le processus de nomination serait rénové. Justin Trudeau, qui a répondu à toutes les questions comme il a pris l’habitude de le faire les mercredis, n’a pas offert de réponse.

L’annonce de cette récusation survient deux jours après la comparution de Mme Meilleur à la chambre haute. Elle y avait reconnu qu’elle avait discuté «en passant» de son intérêt pour le poste avec deux des conseillers les plus influents du premier ministre.

Sa prestation devant le comité plénier avait laissé plusieurs sénateurs pantois, et le risque que sa candidature soit rejetée par le Sénat plus indépendant se profilait à l’horizon. La ministre Joly n’a pas voulu dire mercredi si elle craignait un tel scénario.

Elle a aussi esquivé lorsqu’on lui a demandé si Madeleine Meilleur était partie d’elle-même ou si le gouvernement avait exercé des pressions pour la convaincre de se désister afin de mettre fin à la saga. Car à l’issue de son témoignage devant la chambre haute, lundi soir, l’ancienne députée provinciale d’Ottawa-Vanier soutenait qu’elle n’avait «absolument pas» l’intention de se récuser du poste, qui est assorti d’un salaire de 314 100 $.

FCFA

«Ce débat, par les perceptions qu’il a créées, a mis à risque l’intégrité de la fonction de commissaire aux langues officielle», a commenté Sylviane Lanthier, la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada.

«Il est tout à l’honneur de Madeleine Meilleur, dans les circonstances, d’avoir choisi de retirer sa candidature», dit la présidente du lobby politique francophone hors Québec, qui était tiraillé là-dessus entre ses Ontariens, qui connaissent bien et apprécient Mme Meilleur, et ses Acadiens qui estimaient que c’était le tour de l’un des leurs.

La FCFA demande au Premier ministre  de prendre les mesures nécessaires pour que le poste soit comblé dans les meilleures conditions possibles. Le dernier commissaire, Graham Fraser, est partie l’automne dernier après une décennie à ce poste.

La FCFA demande aussi aux principaux partis politiques de «travailler ensemble dans un esprit libre de partisanerie politique, pour clarifier les règles qui doivent prévaloir dans la nomination d’agents du Parlement, afin d’en assurer la transparence et l’intégrité».

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’amour nous aveugle

Jean E. Pendziwol
Une aînée aveugle et une jeune femme délinquante se croisent, puis s’entraident dans une maison de retraite du Nord ontarien.
En lire plus...

11 décembre 2018 à 9h00

Seuls sur leur île: contacter ou ne pas contacter?

La mort d’un jeune Américain, tué par les habitants d’une île qu’il rêvait «d’évangéliser», a relancé un vieux débat.
En lire plus...

11 décembre 2018 à 7h00

Nouveau duo à la tête de Viamonde

Sylvie Landry et Pierre Girouard ont été élus présidente et vice-président du Conseil scolaire Viamonde.
En lire plus...

10 décembre 2018 à 16h30

Le Baron de Lahontan, témoin essentiel de la Nouvelle-France

Yves Breton Un Canadien errant
Spécialiste de l'histoire des grands personnages «méconnus ou inconnus», Yves Breton publie Un Canadien errant, la biographie de Louis Armand de Lom d'Arce, Baron...
En lire plus...

10 décembre 2018 à 15h00

Événements et anniversaires en 2019

Plusieurs événements et quelques anniversaires de taille nous attendent l’an prochain.
En lire plus...

10 décembre 2018 à 13h00

Découverte de la Tour CN, l’une des merveilles du monde moderne

Tour CN
Du haut de ses 533.33 mètres, la Tour CN a été jusqu'en 2009 le plus grand édifice au monde. Offrant une vue unique sur...
En lire plus...

10 décembre 2018 à 11h00

Les Fêtes commencent avec Les voix du coeur!

L'ensemble vocal Les voix du coeur offrira son spectacle des Fêtes le samedi 15 décembre à 14h30 dans l’église du Sacré-Coeur.
En lire plus...

10 décembre 2018 à 9h00

Un voyage en images à travers les chefs-d’œuvre de la peinture

Éditions Flammarion
Un nouveau livre parcourt l'histoire de la peinture en repérant dans le temps et dans l'espace quelques-uns de ses plus célèbres chefs-d'œuvre.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 11h00

Une écriture comme ça et pas autrement

Robert Lalonde
Écrivain et comédien, Robert Lalonde est connu pour ses romans et nouvelles qui explorent presque toujours une facette subtile, étrange ou troublante de son...
En lire plus...

9 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Droits de l’homme

Testez vos connaissances sur les droits de l'homme.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur