Live Earth: une première étape selon Al Gore

Partagez
Tweetez
Envoyez

(AP) – Al Gore peinait à contenir son excitation samedi à bord du train qui assurait la liaison entre les deux villes états-uniennes qui accueillaient un concert Live Earth.

L’écologiste et ancien vice-président des États-Unis revoyait les derniers détails des concerts qui devaient se dérouler sur six autres continents. «J’ai tellement d’enthousiasme et d’énergie. Je ne vous laisse pas poser de question», a-t-il dit en entrevue avec l’Associated Press.

M. Gore avait lancé le volet nord-américain de l’événement tôt samedi à Washington et suivait le déroulement du concert au Giants Stadium sur son ordinateur portable tandis que son train se dirigeait vers le New Jersey.

Même s’il est une des principales vedettes de la série de concerts à travers le monde, M. Gore cherchait à minimiser son importance. «C’est bien, mais ce n’est pas à propos de moi, a-t-il dit. C’est à propos d’un message. Je pense que tout le monde comprend ça.»

M. Gore a rejeté les critiques selon lesquelles les concerts n’atteignaient aucun objectif immédiat, à part porter l’attention du public sur les changements climatiques. Les concerts sont la première étape d’une campagne de relation publique de trois ans, a-t-il dit. «J’essaie de livrer ce message depuis 30 ans et je sais que ça ne se fait pas en une seule occasion. Il faut continuer.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La série de concerts sera suivie par une campagne publicitaire mondiale, qui se concentrera particulièrement sur les États-Unis. «La planète n’a pas de relationniste, mais maintenant elle en aura un, parce que l’Alliance for Climate Protection utilisera des techniques modernes pour montrer les preuves scientifiques aux gens à travers le monde.»

M. Gore a indiqué qu’il entendait continuer à donner des conférences sur le réchauffement climatique après l’événement. «Si je peux trouver d’autres moyens de livrer ce message à plus de gens de façon plus convaincante et plus rapide, alors je le ferai aussi», a-t-il précisé.

M. Gore a ri quand on lui a demandé si ces moyens pourraient inclure une candidature à la présidence américaine. «Je n’ai aucun plan pour être candidat», a-t-il dit, sans toutefois rejeter l’idée.

Celui dont la cause a fait l’objet d’un documentaire gagnant d’un Oscar, An Inconvenient Truth, a estimé que la présidence ne donnait pas nécessairement la possibilité d’amener les changements pour lesquels il milite. «J’ai été à la Maison-Blanche huit ans et j’ai vu les limites de l’exécutif quand les gens et leurs représentants élus au Congrès ne sont pas prêts à envisager les grands changements nécessaires, a-t-il remarqué. C’est un défi unique qui doit vraiment venir de la base.»

M. Gore a toutefois reconnu que ce n’est pas tous les participants aux concerts qui adopteront la cause des changements climatiques. «C’est bien d’apprécier simplement la musique, a-t-il dit, mais j’espère, évidemment, qu’en écoutant la musique et en regardant les films, (les gens) seront ouverts au message.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur