L’ex-présidente de l’Irlande tentera de ramener la paix au Congo

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 17h17 HAE, le 18 mars 2013.

NEW YORK, États-Unis – Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a confié à l’ancienne présidente irlandaise Mary Robinson le mandat de superviser l’implantation d’un processus de paix visant à ramener un peu de stabilité en République démocratique du Congo (RDC).

L’envoyée spéciale dans la région africaine des Grands Lacs jouera un rôle prépondérant dans la mise en oeuvre de l’accord-cadre de paix soutenu par l’ONU et signé par 11 pays africains le 24 février à Addis Abeba, a précisé lundi le porte-parole adjoint des Nations unies, Eduardo del Buey.

L’organisation internationale estime que la violence endémique, perpétrée tant par des groupes armés locaux que par des milices en provenance d’autres pays, a fait près de deux millions de déplacés en RDC.

Dans l’accord-cadre, les pays voisins ont pris l’engagement de ne pas s’ingérer dans les affaires internes de la RDC ou de soutenir les groupes armés congolais. De son côté, Kinshasa a promis d’empêcher ses groupes armés de déstabiliser les nations avoisinantes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Par voie de communiqué, Mary Robinson a déclaré qu’elle concentrait déjà tous ses efforts sur son nouveau rôle et a appelé tous les États de la région à collaborer avec la Cour pénale internationale (CPI).

Cette annonce survient alors qu’un seigneur de guerre congolais accusé d’avoir enrôlé des enfants soldats s’est rendu à l’ambassade des États-Unis au Rwanda, demandant demandé d’être transféré à La Haye, aux Pays-Bas, où se trouve la CPI.

Le tribunal avait formellement déposé des accusations contre Bosco Ntaganda en 2006. Malgré cela, il avait accédé au titre de général dans l’armée congolaise et menait une vie sans tracas dans l’est du pays.

Mary Robinson a été la première présidente de l’Irlande. Après avoir occupé ce poste de 1990 à 1997, elle a été nommée à la tête du Haut-Commissariat de l’ONU pour les droits de l’homme, fonction dont elle s’est acquittée entre 1997 et 2002.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur