L’Égypte est au bord de l’implosion, prévient l’armée

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 07h20 HNE, 1er février 2013.

LE CAIRE, Égypte – Des milliers d’Égyptiens sont descendus vendredi dans les rues de la ville de Port-Saïd, sur le canal de Suez, pour réclamer justice après une semaine de violence pendant laquelle au moins 60 personnes ont été tuées à travers le pays.

L’opposition égyptienne avait appelé à la tenue de manifestations vendredi, pour inciter le président Mohamme Morsi à accepter ses demandes d’un gouvernement d’unité nationale et d’un amendement de la constitution.

L’opposition affirme que ces mesures empêcheraient le président islamiste de gouverner uniquement en fonction des intérêts des Frères musulmans.

Cette manifestation survient au lendemain d’une rencontre entre les Frères musulmans et le Front de salut national, un groupe d’opposition. Cette rencontre, la première entre les deux organisations, a été organisée sous l’égide de la principale institution islamique d’Égypte, Al-Azhar.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les deux groupes ont publié un communiqué conjoint dans lequel ils condamnent la violence.

Un des principaux leaders de l’opposition, Mohammed ElBaradei, a lancé un appel à un vaste dialogue national qui mettrait en présence le gouvernement islamiste, toutes les factions politiques et les puissantes forces armées. Le lauréat du prix Nobel de la paix estime qu’un tel dialogue est nécessaire pour mettre fin à l’éruption de violence qui secoue le pays depuis une semaine.

Mardi, le chef d’état-major de l’armée égyptienne a prévenu que le pays risque d’imploser si la crise politique des derniers jours n’est pas bientôt résolue.

Les commentaires d’Abdel-Fattah el-Sissi, qui est aussi le ministre de la Défense, représentaient la première sortie de la puissante armée égyptienne depuis le début de la crise, la semaine dernière.

M. el-Sissi s’est exprimé après que le président Mohammed Morsi ait ordonné à l’armée de rétablir le calme dans les villes de Port-Saïd et de Suez, deux des trois villes qui sont sous le coup d’un état d’urgence spécial de 30 jours et d’un couvre-feu.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

M. el-Sissi a admis que ses soldats sont confrontés à une situation difficile dans les villes où ils ont été déployés.

Les gestes de violence ont commencé jeudi et se sont accélérés vendredi lorsque des manifestations marquant le deuxième anniversaire du soulèvement populaire anti-Moubarak ont viré en affrontements dans plusieurs secteurs du pays faisant 11 morts, la plupart à Suez.

Le lendemain, des émeutes ont éclaté à Port-Saïd après qu’un tribunal eut reconnu coupable et condamné à mort 21 accusés — majoritairement des citoyens locaux — en lien avec une émeute qui avait éclaté dans le principal stade de soccer de la ville il y a un an.

Des émeutiers ont attaqué des commissariats de police, affronté les forces de sécurité dans les rues et des coups de feu et des gaz lacrymogènes ont été lancés lors de funérailles de manifestants qui ont fait 44 victimes pendant le week-end.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur