Le PM français se tient loin du débat sur l’unité canadienne

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 16h28 HAE, le 14 mars 2013.

OTTAWA – Le communiqué diffusé par son ambassade à Ottawa annonçait son voyage «au Canada et au Québec», mais le premier ministre français a tout fait jeudi matin pour éviter de s’embourber dans un débat sur l’unité canadienne.

Jean-Marc Ayrault faisait face à la presse, à Ottawa, aux côtés du premier ministre Stephen Harper. Lorsqu’un journaliste a demandé au politicien français pourquoi son ambassade faisait la distinction en annonçant un voyage au Canada et au Québec, la question a été accueillie par quelques rires nerveux.

«Bon, vous voulez que je réponde le premier?» a demandé M. Ayrault à M. Harper, tout en fouillant dans des papiers qu’il avait sur son lutrin.

«Il ne s’agit pas, je le précise, de relations triangulaires. Il s’agit de deux relations d’amitiés réelles fondées sur des liens humains, culturels et linguistiques qui se concrétisent par des partenariats tournés vers l’avenir et qui se renforcent mutuellement», a-t-il lu avec application.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sa prudence contrastait avec son attitude lorsqu’il parlait de relations internationales ou de négociations de libre-échange, sans se référer à de quelconques notes écrites.

Le premier ministre Harper, lui, n’avait pas de notes préparées. C’est peut-être pour ça que dans la minute, il contredisait M. Ayrault, parlant de «la relation triangulaire avec la France, le Canada, le Québec».

M. Ayrault est arrivé à Ottawa mercredi et s’est rendu à Toronto jeudi. À son itinéraire de voyage sont aussi prévus Montréal et Québec. Une rencontre officielle avec la première ministre Pauline Marois est à son horaire, ainsi qu’une visite privée chez elle, à Charlevoix.

D’autres ministres, gens d’affaires et journalistes français l’accompagnent et participeront à divers événements.

Libre-échange Canada-Europe

Mercredi après-midi, Stephen Harper avait souligné l’arrivée de son homologue français, qui a passé en revue la garde canadienne pendant que des coups de canon signalaient sa présence sur la Colline du Parlement.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le premier ministre de la France a ensuite signé, tout comme sa femme, un registre dans le Hall d’honneur du Parlement.

Selon M. Harper, les deux hommes ont discuté d’économie, de sécurité mondiale et des négociations du Traité de libre-échange avec l’Union européenne (UE). Des négociations qui pourront aboutir, espère M. Ayrault.

M. Harper a indiqué à quel point il s’agissait d’un honneur pour lui de recevoir le premier ministre français. «Notre relation avec la France est l’une de nos plus étroites et l’une de nos plus importantes du monde».

«Nous avons des liens historiques, linguistiques et culturels, mais aussi nous avons une relation très importante sur la scène mondiale, une relation d’économie, de sécurité», a-t-il ajouté.

Intervention au Mali

Après avoir remercié son homologue pour son accueil chaleureux, M. Ayrault a tenu à mentionner sa contribution à la dernière intervention militaire française, au Mali. Le Canada a fourni un avion-cargo C-17 ainsi que quelques membres de forces spéciales.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«C’est aussi l’occasion pour moi d’exprimer ma gratitude», a affirmé M. Ayrault au sujet de «la solidarité que votre pays a manifesté à l’égard de l’intervention de la France au Mali (…) avec un engagement concret».

Plus tard en soirée lors du souper officiel, ces mêmes remerciements ont déclenché des applaudissements chez les gens d’affaire français.

Des groupes liés à Al-Qaïda avait alors pris le contrôle du nord du pays et faisait des avancées vers le sud. La France avait entrepris des frappes aériennes, en autres action, pour freiner la progression des rebelles.

En soirée, M. Harper a offert un discours lors duquel il a réitéré l’importance des échanges commerciaux avec sa «famille française».

«Le Canada reste déterminé à conclure un accord économique et commercial global avec l’Union européenne», a-t-il insisté, soulignant qu’une étude économique réalisée conjointement avec l’UE a démontré qu’un accord augmenterait le commerce bilatéral de 20 pour cent.

M. Harper a aussi tenu à souligner que des Français ont investi dans les controversés sables bitumineux en Alberta.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur