Le personnel d’Élections Ontario ne savait pas ce qu’est le cryptage des données

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 18h47 HAE, le 31 juillet 2012.

TORONTO – Les membres du personnel d’Élections Ontario, qui ont perdu deux clés USB contenant l’information personnelle de millions d’électeurs, n’avaient pas procédé au cryptage des données parce qu’ils ne savaient pas ce que ce terme signifie, a révélé la Commissaire à l’information et la protection de la vie privée, Ann Cavoukian.

En point de presse mardi, Mme Cavoukian a indiqué que les employés avaient fait des recherches sur le Web pour tenter de trouver la définition d’un cryptage de données. Ils ont conclu, à tort, que cela signifiait qu’il leur fallait compresser l’information, ce qui constitue une opération différente du cryptage, a expliqué Mme Cavoukian.

Les clés USB manquant à l’appel contiennent le nom, la date de naissance, l’adresse, le sexe et indiquent si l’électeur a exercé ou non son droit de vote aux dernières élections. Mme Cavoukian a prévenu que de telles informations constituaient rien de moins qu’une «mine d’or» pour les voleurs d’identité.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La perte de données concerne environ 2,4 millions d’électeurs résidant dans 20 à 25 circonscriptions, mais puisqu’Élections Ontario ne peut préciser quels sont les comtés touchés, ce sont 4 millions d’électeurs de 49 circonscriptions qui ont été mis au parfum et appelés à la vigilance par l’organisation.

Élections Ontario a découvert l’affaire fin avril, lorsque les autorités se sont aperçus que deux clés USB avaient disparu. La population n’a toutefois été prévenue que le 17 juillet, ce qui a incité le Bureau de la commissaire à l’information et la protection de la vie privée et de la Police provinciale de l’Ontario à ouvrir des enquêtes.

Pis encore, a déploré Mme Cavoukian, Élections Ontario a continué à se servir de clés USB sans procéder à leur cryptage et ce, quatre jours seulement après avoir réalisé la perte de deux clés.

Mme Cavoukian a lancé qu’un tel comportement la dépassait, se questionnant sur les motifs de l’organisation à poursuivre dans cette voie après s’être rendue compte de son erreur.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur