Le ministre Hervé Morin confirme les liens entre la France et la Lybie

Partagez
Tweetez
Envoyez

PARIS (AP) – Alors que Tripoli affirme que la Libye a signé deux contrats pour l’achat de missiles et d’équipements de communication avec des entreprises françaises à hauteur de 296 millions d’euros (405 millions de dollars), le ministre français de la Défense a confirmé vendredi matin ces deux contrats «pas signés formellement» tout en soulignant l’existence d’une «lettre d’intention».

«Il y a une lettre d’intention de la Libye disant: `On souhaite acheter des missiles Milan’ sur lesquels il y a déjà eu un accord d’une commission ministérielle en février 2007. Et il y a une lettre d’intention, aussi, pour des systèmes radio», a expliqué Hervé Morin sur RTL.

Interrogé pour savoir pourquoi Tripoli annonce que ces contrats sont déjà signés, le ministre de la Défense a répondu: «Dès lors qu’on est en discussion depuis des mois et des mois, j’allais dire presque des années, qu’il y a eu une commission ministérielle française en février disant: On est d’accord pour les vendre, il est logique qu’on aboutisse (…) Cela va se faire.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Cette affaire n’est pas une affaire qui s’est réglée en deux mois», a souligné Hervé Morin alors qu’on lui demandait si ces contrats avaient un lien avec la libération des soignants bulgares.

Sur la légitimité de vendre des armes à la Libye, le ministre de la Défense a expliqué: «On a un pays qui est en voie de normalisation. Un pays qui a renoncé à son programme d’armes de destruction massive. Un pays dont l’AIEA (Agence internationale sur l’Énergie atomique) dit que c’est un pays qui se soumet à tous les contrôles, même aux vérifications les plus approfondies. Dès lors qu’on décide de faire en sorte qu’on crée les conditions d’un dialogue euro-méditerranéen; dès lors qu’on souhaite que cette partie d’Afrique soit stabilisée, il faut bien discuter avec les puissances qui sont dans cette région.»

Hervé Morin a tenu à rappeler que la France n’était pas le seul pays à vendre des armes à la Libye, «comme l’ont fait les Italiens, comme l’ont fait les Russes, comme l’ont fait les Anglais».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur