Le dialogue israélo-palestiniens reprend

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 19h38 HAE, le 28 juillet 2013.

WASHINGTON – Les négociateurs israéliens et palestiniens reprendront le dialogue lundi après six mois d’intenses efforts diplomatiques de la part du secrétaire d’État américain, John Kerry.

Son département a annoncé dimanche que les deux camps ont accepté l’invitation de M. Kerry de se rendre à Washington pour rétablir formellement la conversation.

La discussion doit s’amorcer lundi en soirée et se poursuivre mardi.

Jen Psaki, porte-parole du département d’État, a expliqué que John Kerry a contacté le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas dimanche.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Selon Mme Psaki, les trois hommes se sont entendus pour dire que les premiers rendez-vous constitueront une chance de peaufiner le plan de travail pour encadrer de futures négociations.

De son côté, John Kerry a dit que MM. Nétanyahou et Abbas ont clairement démontré qu’ils avaient la volonté de faire des choix difficiles.

Il a aussi salué le leadership des deux politiciens.

Le secrétaire d’État avait lancé le 19 juillet en Jordanie que les négociateurs israéliens et palestiniens se rendraient à Washington dans un horizon rapproché car ils étaient parvenus à s’entendre sur un cadre à l’intérieur duquel les pourparlers pourraient redémarrer, après une pause de cinq ans.

Cependant, il avait précisé que l’accord demandait encore à être formellement endossé.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le communiqué émis dimanche n’a pas permis d’obtenir de détails par rapport aux paramètres qui encadreront les discussions.

Il a été rendu public dans la foulée d’une autre annonce provenant du cabinet israélien qui a décidé de rencontrer une revendication de longue date de l’autre camp en libérant 104 palestiniens détenus pour avoir perpétré des attaques mortelles.

Lundi, le premier ministre israélien avait annoncé un projet de loi qui soumettrait tout éventuel accord de paix avec les Palestiniens à un référendum national.

Benyamin Nétanyahou a affirmé qu’un référendum était nécessaire pour empêcher les divisions au sein de la société israélienne.

Les sondages laissent penser que la majorité des Israéliens appuient la création d’un État palestinien aux côtés d’Israël, mais plusieurs groupes s’y opposent catégoriquement, notamment les colons extrémistes de la Cisjordanie.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Certaines questions sont particulièrement explosives, notamment la partition de Jérusalem, que les deux parties revendiquent comme capitale.

«Tout accord qui n’est pas approuvé par la population ne vaut pas la peine d’être signé», a affirmé le premier ministre lors d’une annonce télévisée.

Sur une question aussi importante et déterminante qu’un accord de paix, «il est préférable de la présenter à chaque citoyen afin qu’il décide», a-t-il poursuivi.

Les politiciens israéliens sont divisés sur l’opportunité d’un référendum, considéré par certains comme une tentative des partisans de la ligne dure pour torpiller tout accord de paix.

Les deux principaux partenaires de la coalition de M. Nétanyahou, le parti pro-colons Maison juive et le parti centriste Yesh Atid, se sont dits favorables à un référendum, ce qui laisse croire à une adoption facile du projet de loi au Parlement.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Mais la négociatrice en chef d’Israël, la ministre de la Justice Tzipi Livni, s’oppose à l’idée d’un référendum et estime que les décisions importantes devraient être laissées aux dirigeants démocratiquement élus.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a par ailleurs déclaré, dans des commentaires publiés lundi, qu’il envisageait lui aussi d’organiser un référendum sur un éventuel accord avec Israël, réaffirmant ainsi une option défendue depuis longtemps par les Palestiniens.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur