Le Canado-Libanais qui aurait participé à un attentat en Bulgarie a quitté le Canada il y a 12 ans

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 13h23 HNE, le 6 février 2013.

OTTAWA – Le Canado-Libanais soupçonné d’être impliqué dans un attentat perpétré en Bulgarie en juillet dernier est arrivé au Canada à l’âge de huit ans mais est rentré au Liban quatre ans plus tard, a déclaré mercredi le ministre fédéral de l’Immigration.

Jason Kenney a précisé que l’individu, dont l’identité n’a pas été dévoilée, a obtenu la citoyenneté canadienne quelques années après son arrivée au pays, avant de rentrer au Liban alors qu’il était âgé de 12 ans.

Le suspect n’a pas résidé au Canada de façon constante depuis, même s’il a pu revenir au pays à quelques reprises, a ajouté le ministre Kenney.

L’individu est soupçonné d’avoir joué un rôle dans l’attentat à la bombe ayant coûté la vie à cinq touristes israéliens et à un chauffeur d’autocar bulgare. Selon les autorités bulgares, ce suspect entretient des liens avec le Hezbollah, qui est pointé du doigt dans cette affaire.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le groupe libanais, qui a nié toute implication dans l’attentat, figure sur la liste des organisations terroristes du gouvernement canadien.

Jason Kenney a soutenu mercredi qu’Ottawa pourrait songer à apporter des changements à la loi afin que les Canadiens détenteurs d’une double citoyenneté soient déchus de leur citoyenneté canadienne s’ils commettent des actes terroristes à l’étranger.

Du côté de la Bulgarie, les autorités ont affirmé mercredi avoir identifié trois des quatre suspects dans cette affaire. Les informations n’ont pas été rendues publiques car l’enquête se poursuit, a fait valoir la section anti-terroriste.

Les trois personnes seraient originaires du même pays, selon le chef de la section, Stanimir Florov. «La Bulgarie demandera l’assistance de ce pays», a affirmé M. Florov.

De son côté, le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, avait déclaré mardi qu’il n’était «pas étonnant» que le pays est-européen ait trouvé «une preuve convaincante de l’implication du Hezbollah dans ce carnage». Il s’agit, peut-on lire dans le communiqué de son cabinet, «d’une (nouvelle) confirmation de l’abjection du Hezbollah».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le Hezbollah est un groupe armé militant chiite et un parti politique libanais né dans la foulée de l’invasion du Liban par Israël en 1982. Il est soupçonné d’avoir orchestré des attentats et des enlèvements visant les juifs et les citoyens israéliens un peu partout sur la planète.

Par ailleurs, Ottawa n’a toujours pas corroboré les informations véhiculées par le premier ministre algérien à l’effet qu’un ressortissant canadien faisait partie du groupe de terroristes ayant participé à la sanglante prise d’otages sur le site gazier d’In Amenas, le mois dernier.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur