Le 30 décembre n’a pas existé aux îles Samoa

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 13h59 HNE, le 30 décembre 2011.

APIA, Samoa – Pour les îles Samoa, un petit archipel du Pacifique Sud, la journée du 30 décembre 2011 n’aura jamais existé.

Les Samoa ont en effet changé de fuseau horaire vendredi. Les pendules ont fait un bond de 24 heures pour être mieux en phase avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande, aujourd’hui les principaux partenaires économiques des Samoa.

Les résidants, rassemblés sur l’une des principales places de la capitale, Apia, ont applaudi quand l’horloge a sonné minuit le jeudi 29 décembre, transportant instantanément le pays 24 heures plus tard, le 31 décembre. Pour les Samoans, cet événement exceptionnel méritait d’être fêté dignement.

Les Samoa ont ainsi annulé une décision prise en 1892, qui leur donnait plus de 20 heures de retard sur l’Australie et la Nouvelle-Zélande, mais facilitait leurs relations avec leurs principaux partenaires commerciaux d’alors, qui se trouvaient en Californie. Et la nation polynésienne pouvait se présenter comme le dernier endroit sur Terre à voir chaque jour le coucher du soleil…

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Mais le décalage horaire, au fil des années, s’est révélé problématique. Quand on était vendredi aux Samoa, c’était déjà samedi en Nouvelle-Zélande. Quand les Samoans allaient à l’église le dimanche, Sydney et Brisbane avaient déjà recommencé à travailler, a rappelé le premier ministre Tuila’epa Sailele Malielegaoi.

«Il faut se souvenir que 90 pour cent de nos gens émigrent en Nouvelle-Zélande et en Australie. C’est pourquoi il est absolument vital de faire le changement», a-t-il souligné quelques jours avant le changement de fuseau horaire.

«Aujourd’hui, nous avons beaucoup plus d’échanges avec la Nouvelle-Zélande, l’Australie, la Chine et les pays du Pacifique comme Singapour», a-t-il observé, ajoutant que le changement de fuseau horaire rendrait le commerce avec la région «beaucoup, beaucoup plus facile».

Quelque 186 000 Samoans habitent aujourd’hui dans l’archipel, situé à mi-chemin entre la Nouvelle-Zélande et Hawaï, et vivent principalement des exportations de fruits et de légumes, ainsi que du tourisme. Le même nombre de Samoans vivent en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur