Lac-Mégantic: 42 victimes retrouvées, 19 identifiées

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 17h53 HAE, le 18 juillet 2013.

LAC-MÉGANTIC, Qc – Le macabre décompte s’est poursuivi jeudi à Lac-Mégantic alors que la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé avoir dégagé quatre nouveaux corps, portant le total à 42 victimes retrouvées dans les décombres de la catastrophe ferroviaire du 6 juillet dernier. Près d’une dizaine de personnes sont toujours portées disparues.

De son côté, le Bureau du coroner avait formellement identifié un total de 19 personnes, soit deux de plus que la veille.

Pendant ce temps, le déblaiement du site se poursuit dans des conditions difficiles. L’inspecteur Michel Forget a expliqué que les équipes avaient retiré 36 wagons déraillés du site en date de jeudi.

Ces wagons sont individuellement remorqués à l’écart, vidés et décontaminés avant d’être déchiquetés.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il s’attendait par ailleurs à ce que les expertises sur les 51 véhicules automobiles trouvés sur le site de la tragédie soient terminées ce vendredi et que l’on ait déterminé entre-temps la procédure pour les en retirer et les remettre à leurs propriétaires le cas échéant.

De son côté, la mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, a indiqué qu’un message de condoléances et d’appuis avait été envoyé aux citoyens de sa municipalité par nul autre que le président des États-Unis, Barack Obama.

«Au nom du peuple américain, je vous adresse mes plus sincères condoléances pour la terrible tragédie survenue le 6 juillet à Lac-Mégantic, au Québec. Nous sommes profondément attristés par les pertes de vies provoquées par le déraillement de train. Nous prions pour les familles et les proches des victimes», a écrit M. Obama.

«J’ai appris que des pompiers américains avaient pu venir en aide à leurs confrères canadiens pour combattre l’incendie, au même titre que le Canada a appuyé les États-Unis à l’occasion de certains moments pénibles. Notre aide mutuelle lors de tels accidents démontre à quel point notre relation d’amitié et notre partenariat sont solides. Mon administration est prête à offrir toute aide supplémentaire dont le Canada pourrait avoir besoin au lendemain de ce terrible incident», a ajouté le président.

La missive de M. Obama avait été envoyée au bureau du premier ministre Stephen Harper, qui l’a fait suivre à la mairesse.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le gouvernement de M. Harper, pendant ce temps, tarde toujours à s’avancer au chapitre de l’aide aux sinistrés. Mme Roy-Laroche a en effet indiqué avoir eu un appel du député-ministre de sa circonscription, Christian Paradis, au lendemain de sa rencontre avec celui-ci et la nouvelle ministre des Transports, Lisa Raitt. M. Paradis s’est toutefois contenté de lui indiquer que son dossier progressait bien à Ottawa.

Les représentants du gouvernement du Québec ont pour leur part indiqué avoir remis jusqu’ici 1620 chèques d’aide d’urgence de 1000 $ aux citoyens sinistrés.

Par ailleurs, pas moins de 1500 dossiers d’aide financière avaient été ouverts en fin de journée jeudi.

Incertitude pour les évacués

Jusqu’à dimanche dernier, Jacques Audet passait ses nuits sur un lit de camp installé à la polyvalente Montignac, qui a été transformée en refuge temporaire pour les évacués de la tragédie de Lac-Mégantic. Il demeure maintenant dans une maison mobile située derrière l’établissement scolaire.

M. Audet est l’une des 187 personnes qui n’ont toujours pas obtenu le feu vert pour réintégrer leur domicile du centre-ville, près de deux semaines après le déraillement ferroviaire qui a ravagé la petite municipalité de 6000 habitants.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«La douche est agréable», lance en souriant l’homme de 59 ans, debout devant ses nouveaux quartiers. «Je n’ai pas tant de besoins que ça. J’ai l’habitude de vivre dans un endroit restreint.»

Avant la série d’explosions qui a complètement défiguré le centre-ville, Jacques Audet habitait dans un petit logement situé au-dessus d’une entreprise de pompes funèbres. Il a constaté que son domicile avait été relativement épargné lorsqu’il s’y est présenté la semaine dernière afin de récupérer des vêtements et des documents.

En tout, quelque 2000 personnes ont été forcées de quitter leur domicile après le déraillement. La vaste majorité a pu rentrer au bercail. Mais pour ceux qui n’ont pas eu cette chance, l’avenir est incertain.

Les responsables estiment qu’il faudrait peut-être compter des jours, des mois, voire des années, avant que ces gens puissent réintégrer leur domicile.

Une vingtaine de personnes ont été délocalisées dans des motels, des unités de logement ou des maisons mobiles, comme Jacques Audet.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Nous avons tenté de relocaliser ces gens pour leur permettre d’avoir plus d’intimité», explique Carl Boisvert, porte-parole de la Croix-Rouge. «C’est évident que dormir dans une école secondaire avec d’autres personnes peut être difficile.»

D’autres ont été plus chanceux et n’ont pas eu à trouver refuge à l’école secondaire.

Geneviève Latulipe a quitté en trombe son appartement avec son bébé de 10 mois à la suite de l’explosion. Elle a depuis été hébergée par des amis.

«C’était assez effrayant, mais je pense que je fais partie des chanceuses. Avec le bébé, je suis heureuse d’avoir eu une autre option», a-t-elle expliqué.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur