La Corée du Nord autorise des représailles nucléaires à une éventuelle attaque américaine


2 avril 2013 à 11h59

à 16h27 HAE, le 4 avril 2013.

SÉOUL, Corée du Sud – La Corée du Nord a déplacé vers sa côte Est un missile doté d’une «portée considérable», a indiqué jeudi la Corée du Sud, avant de prévenir que rien n’indique que le Nord se prépare à lancer une attaque.

Quelques heures plus tôt, Pyongyang avait prévenu Washington que ses troupes avaient obtenu le feu vert pour lancer des attaques en ayant recours à des armes «plus petites, plus légères et nucléaires», en représailles à une éventuelle agression américaine.

Le ministre sud-coréen de la Défense, Kim Kwan-jin, a réfuté les informations diffusées dans la presse japonaise selon lesquelles le missile serait un KN-08, un missile à longue portée qui serait capable d’atteindre les États-Unis. Il s’agirait plutôt d’un missile de type Musudan, dont la portée de 3000 kilomètres lui permettrait de frapper le Japon ou la Corée du Sud.

Le ministre Kim a ajouté que le missile a possiblement été déplacé dans le cadre de manoeuvres. Selon lui, il se pourrait que ce soit pour des tests ou des exercices.

Des experts rappellent que la Corée du Nord n’a jamais démontré qu’elle possède des missiles capables de frapper à longue distance ou avec précision. Des missiles présentés lors d’un défilé militaire l’an dernier étaient probablement des modèles en vraie grandeur.

Les États-Unis avaient précédemment annoncé le déploiement d’un système de défense antimissile à Guam afin de contrer les menaces nord-coréennes dans la région de l’Asie-Pacifique.

Le déploiement du système de défense antimissile à haute altitude (Terminal High Altitude Area Defence System, ou THAADS), est le geste le plus récent que pose Washington afin de faire montre de sa puissance militaire. Le Pentagone a déjà envoyé des bombardiers B-52, des avions de chasse et des navires dans la région.

Négligence

Cette annonce survient après que le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel eut affirmé, mercredi, que la rhétorique nord-coréenne représentait un réel danger et une menace pour les alliés des États-Unis dans la région, et que Washington faisait tout en son pouvoir pour tenter de calmer le jeu.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Jay Carney, a demandé à la Russie et à la Chine — deux pays qui ont selon lui une influence sur la Corée du Nord — de tirer profit de cette influence pour calmer le jeu.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la Russie, Alexander Lukashevish, a critiqué jeudi le Parlement nord-coréen, qui a officialisé cette semaine le statut de puissance nucléaire du pays. «C’est catégoriquement inacceptable de voir une telle négligence provocatrice de Pyongyang par rapport au traité de non-prolifération des armes de destruction massive au Conseil de sécurité des Nations Unies», a-t-il souligné.

Pyongyang a menacé, il y a quelques semaines, de frapper les bases américaines au Japon et à Guam, un territoire américain situé en Micronésie, dans le Pacifique.

Parc industriel

Mercredi, la Corée du Nord a interdit aux travailleurs sud-coréens l’accès à un parc industriel conjoint qui se trouve de l’autre côté de la frontière lourdement fortifiée entre les deux pays.

La veille, le régime nord-coréen avait annoncé le redémarrage imminent d’un réacteur au plutonium et d’une usine d’enrichissement de l’uranium capables de produire de la matière fissile pour des armes nucléaires.

Le parc industriel de Kaesong a débuté ses activités en 2004 et représentait un rare point positif dans la relation entre les deux Corées. Un expert a dit craindre que sa fermeture ne vienne envimer encore davantage la situation, puisque Séoul risque d’y aller d’une réponse punitive à laquelle Pyongyang répliquera.

Le parc se trouve dans la ville de Kaesong, en territoire nord-coréen, et fournit du travail à quelque 50 000 ouvriers nord-coréens. Le parc fonctionne avec de la main d’oeuvre nord-coréenne mais du savoir-faire sud-coréen.

Environ 120 entreprises sud-coréennes sont actives à Kaesong. L’an dernier, le parc industriel a produit des biens — comme des chaussures, des horloges ou encore des vêtements — d’une valeur d’environ 470 millions $ US. Ces biens sont ensuite exportés vers la Corée du Sud ou ailleurs dans le monde.

Les travailleurs nord-coréens ont empoché environ 81 millions $ US en salaires l’an dernier.

Réacteur nucléaire

Mardi, un porte-parole nord-coréen avait indiqué que le complexe nucléaire de Nyongbyon sera réajusté et redémarré sous peu, y compris le réacteur au plutonium et une usine d’enrichissement à l’uranium. Les deux sont capables de produire du matériel pour des armes nucléaires.

Le réacteur était entré en service en 1986 mais avait été fermé en 2007, dans le cadre d’un processus international de désarmement qui est depuis tombé au point mort.

La Corée du Nord a fait savoir que le processus de redémarrage du complexe débutera sans délais. Les experts estiment qu’il faudra de trois à douze mois pour réactiver le réacteur.

La décision de Pyongyang pourrait vouloir dire que le régime nord-coréen a décidé d’accélérer le développement d’un missile nucléaire capable de frapper les États-Unis.

La Corée du Nord fait l’objet de nouvelles sanctions de la part des Nations Unies depuis qu’elle a procédé à un nouvel essai nucléaire en février. Pyongyang a réagi en multipliant les menaces à l’endroit de la Corée du Sud et des États-Unis.

Les experts croient que la Corée du Nord dispose actuellement de 24 à 42 kilogrammes de plutonium, soit suffisamment de matière fissile pour produire de quatre à huit bombes rudimentaires similaires à celle larguée sur Nagasaki à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Les menaces proférées par Pyongyang depuis quelques semaines viseraient à forcer la tenue de pourparlers avec les États-Unis et à rehausser la loyauté envers le jeune leader nord-coréen Kim Jong-un, en lui donnant l’image d’un puissant chef militaire.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Palmes académiques à la dame du ravin

Josette Bouchard Palmes académiques
Josette Bouchard, enseignante d'histoire et de géographie à la Toronto French School
En lire plus...

16 février 2018 à 12h12

Une campagne de sociofinancement pour l’album de Kyris

Affiche de sociofinancement premier album Kyris
Kyris n’en est pas à son premier projet, mais celui-ci, il le fait seul. La semaine dernière, ce chanteur-auteur-compositeur français établi à Toronto a...
En lire plus...

16 février 2018 à 11h00

«On parle comme des enfants analphabètes»

Roxann Guerrette
Les propos d’une étudiante acadienne enflamme le web
En lire plus...

16 février 2018 à 10h00

Maître Alexandre Blanchard

Alexandre Blanchard avocat
Dans la région de Toronto, il y a un grand nombre de juristes d’expression française. Cette semaine, je vous présente Maître Alexandre Blanchard. Depuis...
En lire plus...

16 février 2018 à 9h00

Irrigation sur commande pour réduire la consommation d’eau

Jared Stoochnoff AgInnovation
Il faut beaucoup de travail, et beaucoup d’eau, pour produire des arbres et des arbustes sains pour le secteur des plantes ornementales du Canada....
En lire plus...

16 février 2018 à 7h00

Objectif: une présence constante des langues officielles sur la place publique

Raymond Theberge CLO
La vision du nouveau CLO Raymond Théberge
En lire plus...

15 février 2018 à 10h00

L’épaulard capable d’apprendre des mots

Épaulard
Épaulards, baleines et dauphins utilisent une variété de sons pour communiquer entre eux
En lire plus...

15 février 2018 à 9h00

Le Roundup aussi cancérigène que l’amiante? On le saurait!

colza_Côte-d'Or_Bourgogne, Roundup, glyphosate
Si cet herbicide était aussi dangereux, on en aurait de meilleures preuves
En lire plus...

15 février 2018 à 7h00

Les écoles laïques réclament des règles d’admission «cohérentes» pour les écoles catholiques

Un Valentin qui n'est pas une déclaration d'amour...
En lire plus...

14 février 2018 à 16h24

Une chanson anglo-franco pour la Saint Valentin

Pour écrire Paris Amoureux, Mackenzie Kristjon a fait appel à la comédienne Iris Gardet-Hadengue
En lire plus...

14 février 2018 à 10h31

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur