Irlande du Nord: nouveaux affrontements autour du drapeau britannique

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 21h48 HNE, le 12 janvier 2013.

BELFAST, Royaume-Uni – La police de l’Irlande du Nord a affronté des militants protestants tout au long de la journée, samedi, alors qu’une manifestation en direction de l’hôtel de ville de Belfast a dégénéré en émeutes lorsque plusieurs protestataires sont retournés chez eux, dans la partie protestante de la ville.

Les protestants, qui ont bloqué des rues sur une base quotidienne depuis que les membres catholiques du conseil municipal ont décidé, le 3 décembre, de ne plus constamment afficher le drapeau britannique, se sont fréquemment heurtés aux forces de l’ordre dans l’espoir de pousser les politiciens à revenir sur leur décision. Les affrontements dans la rue ont alimenté les passions confessionnelles, particulièrement dans la partie est de Belfast, à majorité protestante, et sa seule enclave catholique, la rue Short Strand, où les plus importantes émeutes ont eu lieu depuis six semaines.

Les violences de samedi ont débuté alors que les policiers, portant casques, boucliers et combinaisons ignifuges ont tenté de repousser la foule drapée de l’Union Jack au-delà de Short Strand, où des catholiques masqués et encapuchonnés attendaient, armés de bâtons et d’autres armes artisanales. Les deux groupes ont commencé à lancer des bouteilles, des pierres et d’autres projectiles et, alors que la police à pied peinait à séparer les opposants, la colère des protestants s’est retournée contre la police.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les policiers ont marché le long de la rue en formant une haie de boucliers, appuyés par trois canons à eau mobiles. Des agents ont également tiré au moins une demi-douzaine de balles en plastique en direction des émeutiers, soit des cylindres arrondis de 2,5 centimètres de largeur.

La police a aussi affronté, une fois la nuit tombée, un nouveau groupe d’émeutiers protestants dans la rue voisine ce Castlereagh, où une voiture a été volée et incendiée pour former une barricade.

Selon le commandant de la police Mark Baggott, 29 agents ont été blessés lors des deux opérations, portant le total des blessures chez les forces de l’ordre à plus de 100 depuis les premières émeutes à l’extérieur de l’hôtel de ville, le 3 décembre. Les affrontements ont coûté environ 40 millions $ à l’Irlande du Nord jusqu’à présent, en échanges commerciaux et en tourisme, ainsi qu’en heures supplémentaires pour la police.

Les protestants tenants de la ligne dure, eux, ont accusé la police d’appliquer des tactiques ayant empiré les émeutes. Les autorités n’ont pas donné d’informations sur le nombre de blessés pour les civils, qui évitent souvent de se faire soigner à l’hôpital pour ne pas être identifiés comme émeutiers et arrêtés. Plus de 100 émeutiers ont été arrêtés depuis le 3 décembre. Un photographe de l’Associated Press a été grièvement blessé à la tête et à la main lorsqu’il a été matraqué par la police à l’extérieur de l’hôtel de ville, le 3 décembre.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur