Irak: nouveaux attentats meurtriers

Partagez
Tweetez
Envoyez

BAGDAD – Une vague d’explosions coordonnées a ébranlé des villes majoritairement chiites en Irak, peu de temps avant la fin du jeûne du Ramadan, et d’autres attaques ont fait au total 38 morts dans le pays, dimanche.

Il s’agit de la plus récente série d’actes violents qui soulèvent des inquiétudes quant à la possibilité que le pays replonge dans un véritable conflit sectaire.

Des insurgés font sauter des bombes en Irak et lancent des attaques depuis des mois dans le cadre de la pire éruption de violence depuis cinq ans. Le rythme des meurtres s’est accéléré depuis le début du mois saint du Ramadan, mercredi dernier, des attaques quotidiennes entraînant plusieurs morts et endeuillant ce qui est censé être un mois de charité et de réflexion paisible.

Plus de 2800 personnes ont été tuées au pays depuis le début du mois d’avril, le pire bilan depuis 2008. La multiplication des assassinats rappelle les attaques sectaires de 2006 et 2007, où le pays a failli basculer dans la guerre civile.

Les explosions de dimanche ont eu lieu peu de temps avant l’iftar, le repas de fin du jeûne quotidien du Ramadan.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Au moins huit personnes ont été tuées et 15 autres blessées dans la ville portuaire de Bassorah, dans le sud du pays, lorsqu’une voiture a explosé, suivi d’une autre bombe, près d’un bureau d’un parti politique chiite, selon deux policiers.

À Kut, au centre du pays, une autre voiture piégée a éventré boutiques et restaurants, tuant cinq personnes et en blessant 35.

D’autres véhicules piégés ont tué quatre individus à Kerbala, six à Nasiriyah et six autres près d’une mosquée chiite de Musayyib, tout en blessant plus de 60 personnes.

Plus tôt dans la journée, les autorités avaient annoncé que des tireurs avaient tué deux soldats à Mossoul. Quelques heures plus tard, une bombe a emporté un conseiller municipal et son fils à proximité de cette ville. Deux policiers ont pour leur part été abattus au sud de la municipalité.

Jeudi

Jeudi, des insurgés avaient lancé une série d’attaques sanglantes en Irak au début du mois sacré du Ramadan, faisant au moins 31 morts, en majorité des membres des forces de sécurité dans les régions sunnites du pays, ont annoncé les autorités jeudi.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La plus récente vague de violence en Irak a tué plus de 2600 personnes depuis le mois d’avril.

L’attaque la plus meurtrière des deux derniers jours s’est produite au coucher du soleil mercredi, alors que les Irakiens marquaient la fin du premier jour de jeûne.

Des hommes armés ont lancé un assaut contre un poste de contrôle de l’armée près de la ville de Barwana, à environ 220 kilomètres de Bagdad. Le maire de Barwana, Meyasser Abdul-Mohsin, a déclaré que trois soldats avaient été tués et quatre autres blessés dans l’attaque.

Les assaillants se sont ensuite rendus dans une caserne temporaire utilisée par des policiers affectés à la protection d’un oléoduc. Ils ont ouvert le feu sur la caserne alors que les policiers partageaient un repas de rupture du jeûne, avant de mettre le feu.

Onze policiers ont été tués et certains corps sont si brûlés qu’il sera difficile de les identifier, a indiqué M. Abdul-Mohsin, qui a dénoncé une attaque «lâche».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À Ramadi, la capitale de la province sunnite d’Anbar, à 115 kilomètres de Bagdad, un poste de police a été attaqué par des hommes armés au petit matin, faisant deux morts, selon deux responsables du gouvernement provincial.

Plus tard dans la journée, des extrémistes armés ont affronté les forces de sécurité devant un poste de police près de Falloujah, également dans la province d’Anbar.

L’attaque a commencé par l’explosion d’un véhicule piégé. Les assaillants ont ensuite échangé des tirs avec les policiers, tandis que d’autres tiraient des obus de mortier sur le poste de police. Un autre assaillant a précipité un véhicule bourré d’explosifs contre le bâtiment.

L’affrontement s’est soldé par la mort de sept policiers. Quinze policiers et deux civils ont également été blessés, d’après des responsables de la police et des services de santé.

Une bombe placée en bordure d’une route a explosé un peu plus tard dans le centre de Falloujah, tuant un policier et en blessant deux autres.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À Bagdad, une bombe a explosé jeudi en fin d’après-midi dans le quartier commercial de Karradeh, tuant deux policiers et deux civils, selon les autorités. Treize autres personnes ont été blessées.

Les insurgés ont également attaqué la ville instable de Mossoul, à 360 kilomètres au nord-ouest de la capitale. Des hommes armés circulant dans des voitures ont tué un soldat qui n’était pas en service et un civil lors de deux attaques distinctes, a déclaré la police. Un autre policier a été tué quand une patrouille a roulé sur une bombe placée sur une route de la ville.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur