Il y aura une enquête publique sur l’effondrement à Elliot Lake

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 19h16 HAE, le 29 juin 2012.

TORONTO – Le premier ministre ontarien Dalton McGuinty a annoncé vendredi une enquête publique indépendante sur l’effondrement mortel du toit d’un centre commercial à Elliot Lake, dans le nord de la province.

M. McGuinty a affirmé que les familles des victimes et d’autres Ontariens avaient «soulevé d’importantes questions qui nécessitent une réponse», et que la province avait l’obligation de faire tout ce qui est nécessaire pour empêcher des tragédies similaires.

Au dire du premier ministre, les détails de l’enquête seront annoncés ultérieurement.

Des résidants ont, depuis l’effondrement, laissé entendre que le centre commercial n’était pas en bon état, et ont remis en question la vitesse à laquelle les secouristes ont tenté de rejoindre les personnes coincées sous les débris.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sur les lieux de la catastrophe, un policier, un pompier et un ingénieur fouilleront les débris produits lors de l’effondrement qui a provoqué la mort de deux femmes, Doloris Perizzolo et Lucie Aylwin. Cette dernière travaillait depuis 1997 au Collège Boréal comme consultante en emploi/prospectrice au bureau d’Options Emploi situé dans le centre commercial Algo.

«Toute la famille Boréal se joint à la douleur et à la tristesse de la famille de Lucie. Cette tragédie nous rappelle à quel point la vie est à la fois précieuse et fragile. Le Collège n’oubliera jamais l’engagement sincère et dévoué de Lucie envers son prochain et l’humble rayon de soleil qu’elle dégageait, illuminant nos cœurs et notre existence», a déclaré le président du Collège Boréal, Denis Hubert-Dutrisac.

Ce jeudi à 11 h, tout le personnel du Collège Boréal avait respecté une minute de silence à la mémoire de Mme Aylwin. Le Collège Boréal et l’ensemble de ses centres d’accès ont mis le drapeau canadien en berne.

Selon des responsables, le policier et le pompier récupéreront des informations pour aider les enquêtes du coroner et du gouvernement provincial.

L’ingénieur du ministère du Travail tentera de déterminer s’il existe d’autres problèmes structurels, afin de savoir si le bâtiment doit être démoli.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Un porte-parole du ministère a cependant précisé qu’il ne tentait pas d’établir la cause de l’effondrement du toit du centre commercial. Au dire de ce porte-parole, la province s’occupe de la santé et de la sécurité des travailleurs, tandis que la Ville est responsable de faire respecter le Code ontarien du bâtiment. «Nous n’avons pas l’autorité de faire fermer ce bâtiment, il en revient à la Ville», a déclaré Tom Zach.

«Au ministère, nous n’enquêtons pas sur l’intégrité structurelle de ce bâtiment, s’il existe des problèmes avec le toit.»

Greg Dennis, un porte-parole de la ministre ontarienne du Travail Linda Jeffrey, a indiqué que le ministère avait réalisé six visites au Algo Centre Mall au cours des trois dernières années; la dernière a eu lieu en janvier lorsque le ministère a reçu une plainte à propos d’une fuite dans le garage situé sur le toit de l’immeuble.

L’inspecteur envoyé sur place a trouvé l’endroit couvert de neige, ce qui a rendu difficile la détermination de l’origine de la fuite, a dit M. Dennis. Il n’y avait pas de violations des normes de santé et de sécurité.

Une fois le travail de l’ingénieur ministériel accompli, celui-ci remettra ses informations au propriétaire du centre commercial, qui décidera s’il fera démolir le bâtiment, a dit Dan Hefkey, le commissaire ontarien de la sécurité communautaire. Il a été impossible de savoir si la ville d’Elliot Lake avait inspecté le centre commercial, et ce qu’elle y a découvert.

Vendredi, toujours, le bureau du coroner en chef a remis les corps des victimes à leurs familles pour les funérailles.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur