États-Unis: une ado devient le nouvel emblème de la violence à Chicago

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 19h01 HNE, le 30 janvier 2013.

CHICAGO – Une adolescente de 15 ans de Chicago, qui avait participé à la cérémonie d’investiture de Barack Obama, a été tuée par balle dans un parc alors qu’elle discutait avec ses amis, devenant le nouveau visage d’un taux d’homicide alarmant dans la ville de résidence du président des États-Unis.

Selon la police de Chicago, Hadiya Pendleton se trouvait mardi après-midi dans un parc situé à environ un kilomètre de la maison du couple Obama, dans un quartier du South Side, quand un homme armé inconnu a ouvert le feu sur le groupe d’amis. La jeune fille a été touchée au dos en tentant de s’enfuir.

Ce 42e homicide depuis le début de l’année à Chicago fait de janvier 2013 l’un des mois les plus meurtriers dans la ville depuis plus de dix ans. En 2012, le nombre d’homicides commis à Chicago a dépassé le seuil des 500, pour la première fois depuis 2008.

Cette tragédie survient alors que le président Obama fait campagne pour un renforcement des lois sur les armes à feu, dans la foulée de la fusillade de décembre dans une école du Connecticut.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le secrétaire de presse de la Maison-Blanche, Jay Carney, a déclaré mercredi que «les pensées et les prières» du président et de la première allaient vers la famille de l’adolescente.

Le père d’Hadiya, Nathaniel Pendleton, s’est exprimé mercredi lors d’une conférence de presse de la police de Chicago, organisée dans le même parc où sa fille a été tuée.

«Pourquoi est-il dangereux pour les enfants de s’amuser dehors à Chicago? Cela ne se produit pas seulement dans les mauvais quartiers. Cela se produit dans les bons quartiers. Cela se produit dans les banlieues», a-t-il dit, consolé par le chef de la police de la ville, Garry McCarthy.

Hadiya était une enfant brillante qui a été tuée alors qu’elle réfléchissait «au prochain objectif ambitieux qu’elle voulait atteindre», a déclaré son parrain, Damon Stewart, à l’Associated Press.

«C’était une enfant très active. Elle faisait de la danse, des concours de majorette et elle pensait qu’elle pouvait tout accomplir. C’était une très bonne élève qui avait de grands rêves au sujet de son avenir en tant que médecin ou avocate», a ajouté M. Stewart, qui est également policier à Chicago. «Elle avait toujours de bonnes notes à l’école.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À Chicago, les membres de gangs ouvrent souvent le feu de façon indiscriminée. Le maire de la ville et le chef de la police font pression en faveur de lois plus strictes sur les armes à feu et pour le renforcement des peines de prison imposées aux contrevenants.

Selon la police, Hadiya n’avait jamais été arrêtée et rien n’indique qu’elle faisait partie d’un gang ni qu’elle était la cible du tireur. Mais à ce point-ci de l’enquête, des indices laissent penser que certains membres du groupe d’amis de la jeune fille avaient des liens avec les gangs, a indiqué la police.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur