États-Unis: des shérifs attendraient une décision de la Cour suprême avant de contrôler les armes à feu

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 22h22 HNE, le 22 janvier 2013.

DENVER – Le shérif du Colorado dont le comté abrite la salle de cinéma où 12 personnes ont été tuées l’an dernier affirme que les agent de la paix n’ont pas le droit d’ignorer les lois de contrôle des armes à feu à moins que les tribunaux n’en décident autrement.

Le shérif du comté d’Arapahoe, Grayson Robinson, a publié une déclaration mercredi critiquant la police et les préposés du shérif qui ont déclaré qu’ils ne feraient pas respecter les lois de contrôle des armes à feu qu’ils jugent inconstitutionnelles.

Le shérif John Cooke, du comté Weld, a indiqué qu’il n’appliquerait aucune des propositions envisagées par le président Barack Obama pour faire face aux lois sur les armes, et au moins quatre shérifs des comtés de l’Oregon ont déclaré dans une lettre adressée au vice-président américain, Joe Biden, qu’ils ne travailleraient pas avec les fonctionnaires fédéraux pour faire respecter de potentielles lois sur les armes contraires à la Constitution.

Le contrôle des armes a été réintroduit à l’ordre du jour après les fusillades survenues en juillet dans un cinéma d’Aurora, en banlieue de Denver, et en décembre dans une école de Newtown, au Connecticut, où un homme armé a tué 27 personnes, principalement des enfants en bas âge.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le président Barack Obama a proposé une série de mesures visant à freiner la violence, déclenchant une vive réponse de certains partisans pro-armes à feu.

M. Robinson a déclaré que seuls les tribunaux — et non les agents de la paix — ont le pouvoir de déterminer si une loi est inconstitutionnelle.

«Les professionnels de la sécurité publique n’ont pas le pouvoir constitutionnel, la responsabilité, et dans la plupart des cas, les compétences pour déterminer la constitutionnalité d’une mesure», a-t-il dit.

* * *
D’autres articles sur la tuerie de Newtown et les armes à feu.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur