Égypte: des milliers de partisans de Morsi manifestent

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 12h17 HAE, le 12 juillet 2013.

LE CAIRE – Des dizaines de milliers de partisans des Frères musulmans égyptiens se sont rassemblés dans plusieurs villes du pays, vendredi, brandissant des photos du président destitué Mohammed Morsi et accusant les dirigeants de l’armée de «trahison».

Les islamistes tentent d’intensifier leur mobilisation dans les rues afin de forcer le retour au pouvoir de M. Morsi. Au même moment, la nouvelle administration intérimaire, soutenue par les militaires, a intensifié les mesures de répression contre les leaders des Frères musulmans, en plus de lancer une enquête criminelle contre M. Morsi et d’émettre des mandats d’arrestation contre plusieurs dirigeants du mouvement.

Lors de la manifestation au Caire vendredi, la foule a envahi un large boulevard devant la principale mosquée où les partisans de M. Morsi campent depuis deux semaines. La foule semblait moins imposante que dans les jours précédents, mais la mobilisation devrait s’accroître avec le coucher du soleil et la fin du jeûne quotidien observé dans le cadre du mois sacré de Ramadan.

«Nous sommes prêts à rester un mois, deux mois, un an et même deux», a déclaré un religieux ultraconservateur, Safwat Hegazi, devant les manifestants réunis devant la mosquée Rabaa al-Adawiya. «Certaines femmes ont proposé d’emmener des fours pour cuisiner les pâtisseries de l’Aïd», a-t-il dit, en référence à la fête qui marque la fin du mois de Ramadan, dans environ quatre semaines.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Durant le Ramadan, qui a commencé mercredi, les musulmans s’abstiennent de boire et de manger du lever au coucher du soleil, ce qui ralentit l’activité durant le jour, en particulier durant les chaudes journées de l’été. Certains participants au «sit-in» devant la mosquée sont restés à l’intérieur de leur tente vendredi, dormant ou lisant le Coran.

Les islamistes ont aussi organisé des rassemblements à Alexandrie, sur la côte méditerranéenne, et dans plusieurs autres villes du pays.

Mohammed Morsi se trouve dans une installation militaire non précisée depuis qu’il a été renversé par les militaires le 3 juillet, après quatre jours de manifestations de millions de personnes réclamant son départ.

Le ministre allemand des Affaires étrangères a appelé vendredi à la libération de M. Morsi et à l’abandon de «toutes les mesures de restriction» qui le concernent. Le ministre demande également qu’une organisation comme la Croix-Rouge puisse rendre visite au président destitué.

Premier ministre et vice-président

Plus tôt cette semaine, le président par intérim de l’Égypte, Adly Mansour, a désigné l’économiste Hazem el-Beblawi au poste de premier ministre, et le leader de l’opposition pro-démocratique, Mohamed ElBaradei, comme vice-président.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Avec sa main de fer, l’armée a supervisé les tractations qui ont mené à ces nominations, ne se gênant pas pour avertir les forces en présence contre toute manoeuvre politique qui pourrait compromettre la transition.

Ces nominations arrivent peu de temps après que le président intérimaire eut dévoilé une feuille de route qui accélère le processus d’amendement de la Constitution et la tenue d’élections. Lundi, l’armée avait annoncé que les amendements seraient soumis à un référendum dans environ quatre mois et demi, et des élections législatives et présidentielle devraient suivre au début de 2014.

Cette succession d’annonces démontre la détermination de l’armée à instaurer un nouveau système politique, alors que les partisans des Frères musulmans continuent de faire campagne pour renverser la destitution du président Mohammed Morsi.

L’armée a forcé le départ du premier président démocratiquement élu, la semaine dernière, après quatre jours de manifestations monstres qui ont mobilisé des millions d’Égyptiens qui exigeaient son départ.

ElBaradei «trop laïque»

La semaine dernière, M. ElBaradei était sur le point d’être désigné comme chef du gouvernement, mais les discussions ont été bloquées par le parti salafiste Al-Nour impliqué dans la transition politique.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

M. ElBaradei est l’une des personnalités politiques réformistes les plus influentes d’Égypte, mais il est vertement critiqué par les islamistes, qui le considèrent «trop laïque».

M. El-Bablawi, âgé de 76 ans, a rapidement appelé au dialogue entre les nouveaux dirigeants du pays et leurs opposants islamistes. «Tous les groupes en Égypte doivent accepter de s’asseoir ensemble pour trouver une solution aux divergences politiques, pour arrêter les violences et le bain de sang dans les rues», a-t-il déclaré à l’Associated Press.

M. El-Bablawi a été ministre des Finances dans l’un des premiers cabinets formés après le soulèvement qui a mené au renversement de l’ancien dictateur Hosni Moubarak, en 2011. L’armée avait pris les commandes du pays après son départ. Il avait démissionné en octobre 2011, après que 26 manifestants, en majorité chrétiens, eurent été tués dans l’assaut des forces de l’ordre contre une manifestation.

Morsi traité dignement

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a déclaré mercredi que le président destitué la semaine dernière, Mohammed Morsi, était gardé dans un lieu sûr et traité «d’une manière très digne».

Le porte-parole du ministère, Badr Abdel-Atti, a affirmé devant les journalistes qu’aucune accusation n’avait été porté contre M. Morsi, renversé par les militaires le 3 juillet après un soulèvement populaire.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

M. Abdel-Atti a toutefois précisé que pour la sécurité de M. Morsi et du pays, les autorités devaient le garder en sécurité dans un endroit secret, «parce qu’autrement, les conséquences seront terribles».

Le bureau du procureur général a déclaré dans un communiqué qu’il avait émis des mandats d’arrestation visant le «guide suprême» des Frères musulmans, Mohammed Badie, ainsi que son adjoint, Mahmoud Ezzat. Huit autres leaders islamistes sont également visés.

Les leaders islamistes sont soupçonnés d’avoir incité les violences devant l’édifice de la garde républicaine au Caire lundi, qui ont fait 54 morts.

Mohammed Badie est une personnalité révérée parmi les partisans des Frères musulmans, qui lui doivent une obéissance absolue.

* * *
À lire aussi: d’autres reportages et éditoriaux sur le coup d’État en Égypte.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur