Des militants de Greenpeace occupent une centrale nucléaire en France

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 10h19 HAE, le 15 juillet 2013.

PARIS – Des militants de Greenpeace ont occupé une centrale nucléaire française lundi avant l’aube, un coup médiatique embarrassant pour le gouvernement, qui veut montrer que ses centrales nucléaires sont sûres.

Une trentaine de militants de l’organisation environnementale ont envahi le complexe de la centrale nucléaire de Tricastin, dans le sud de la France. Ils ont projeté une vidéo sur l’un des murs extérieurs de la centrale, qui avait pour titre «Tricastin: Accident nucléaire» et qui montrait une fissure géante sur la façade du bâtiment.

Les militants ont aussi installé une grande bannière où l’on voyait le visage du président François Hollande et les mots «Président de la catastrophe?».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’Autorité de sûreté nucléaire a déclaré dans un communiqué que l’intrusion n’avait pas eu d’impact sur la sécurité de la centrale.

À la mi-journée, tous les militants impliqués dans le coup d’éclat, sauf deux, avaient été arrêtés et étaient détenus dans un commissariat de police à proximité, a déclaré Greenpeace sur son site internet.

La France est l’un des pays du monde qui dépendent le plus de l’énergie nucléaire. Les centrales nucléaires produisent environ 80 pour cent de l’énergie consommée dans le pays.

En 2008, la centrale de Tricastin avait rapporté plusieurs incidents dénoncés par les groupes opposés au nucléaire, notamment une fuite d’uranium enrichi dans deux rivières de la région.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur