Début chaotique du procès des néo-nazis allemands accusés d’avoir tué des immigrants

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 12h45 HAE, le 6 mai 2013.

MUNICH – Un des procès pour meurtre les plus médiatisés d’Allemagne des dernières décennies a été suspendu le jour de son ouverture, lundi, après que les avocats de la défense eurent accusé le juge d’être partial.

Le juge Manfred Goetzl, d’un tribunal de Munich, a indiqué qu’il trancherait sur la motion de la défense le concernant d’ici le 14 mai.

La principale accusée dans l’affaire est une femme de 38 ans, Beate Zschaepe. Elle est accusée de complicité dans le meurtre de huit Turcs, un Grec et une policière entre 2000 et 2007.

Elle pourrait écoper d’une peine de prison à vie.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Selon les procureurs, Zschaepe fait partie d’un gang d’extrême droite qui aurait orchestré deux attaques à la bombe et 15 braquages de banques.

Les deux autres membres principaux du groupe, qui s’était donné le nom de «Nationalsozialistischer Untergrund», ou «Underground national socialiste», sont morts en 2011, lors de ce qui semble être un meurtre suivi d’un suicide.

Quatre complices présumés sont également accusés d’avoir aidé le groupe.

Les policiers avaient érigé des barrières de sécurité à l’extérieur du tribunal, craignant des manifestations de la part de groupes d’extrême droite.

Plusieurs observateurs se demandent comment le groupe a pu échapper à l’attention des forces de l’ordre pendant aussi longtemps.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur