De la lecture pour les combattants du Hamas

Partagez
Tweetez
Envoyez

L’image d’un homme le visage masqué, habillé en treillis et portant un fusil d’assaut orne la couverture de Qassamis, un nouveau magazine publié par le Hamas à la gloire de ses combattants. La luxueuse revue de 80 pages est agrémentée de publicités raffinées et même d’une section destinée aux femmes.

Avec Qassamis, le Hamas renforce sa présence dans le monde des médias, soulignant son influence croissante dans la bande de Gaza, où il a pris le pouvoir par les armes en juin dernier. Le magazine, dont l’Associated Press a obtenu un exemplaire, est distribué dans les bibliothèques favorables au mouvement islamiste palestinien et semble destiné à un lectorat cultivé.

Gratuite, la revue vise à «éduquer les Palestiniens» sur le rôle des combattants du Mouvement de la résistance islamique (Hamas), souligne Abdul Latif Qanou, un responsable du Hamas qui a contribué à sa création. Elle vise à montrer «le développement de nos capacités de combat et les progrès réalisés sur le terrain», ajoute-t-il.

Les responsables du Hamas n’ont pas donné de chiffre sur le tirage du magazine, ni indiqué s’il y aurait de futures éditions, et ont refusé de révéler le coût du projet. Le titre est une référence à l’aile militaire du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam.

La couverture arbore un fond vert, la couleur traditionnelle du Hamas, et l’homme armé et masqué qui y figure semble émerger du chiffre 20, l’âge du Hamas, fondé en 1987. Selon le magazine, l’aile militaire de l’organisation «possède plus de 10 000 combattants armés qui constituent une véritable armée».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La section destinée aux femmes est illustrée avec des lis et des… grenades. Une photo montre des militantes habillées de longues robes kaki s’entraînant au maniement d’armes à feu. Ailleurs, un tableau retrace les attaques lancées par le Hamas, dont les 2 252 roquettes que le groupe affirme avoir tirées contre Israël.

L’an dernier, le Hamas a lancé un quotidien qui publie fréquemment des interviews exclusives de ses dirigeants.

Le groupe dirige également des sites Internet, une station de radio et une chaîne de télévision par satellite.

Le Hamas est moins tolérant avec les médias indépendants. Il a harcelé des journalistes et organes de presse jugés hostiles, et un tribunal sous son influence a ordonné la semaine dernière la fermeture d’Al-Ayyam, un journal lié au Fatah, parce qu’il avait publié une caricature d’un haut responsable du Hamas.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur