Bradley Manning écope de 35 ans de prison pour les fuites à WikiLeaks

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 19h20 HAE, le 21 août 2013.

FORT MEADE, Maryland – Le soldat américain Bradley Manning a été condamné à 35 ans de prison, mercredi, pour avoir transmis des centaines de milliers de documents militaires et diplomatiques secrets au site WikiLeaks, l’une des plus grandes fuites d’information de l’histoire du gouvernement américain.

Entouré de ses avocats, le soldat de 25 ans n’a eu aucune réaction visible quand la juge militaire Denise Lind a annoncé sa peine. La juge n’a pas expliqué les raisons qui ont motivé sa décision.

Parmi les spectateurs, il y a eu des soupirs, et une femme a caché son visage dans ses mains. Des gardiens ont escorté Bradley Manning hors de la cour, tandis que quelques partisans au fond de la salle criaient: «Nous allons continuer de nous battre pour toi Bradley!» et «Tu es un héros!».

Si le soldat se comporte bien durant sa détention, et en tenant compte des trois années de prison qu’il a déjà purgées, il pourrait être libéré dans un peu plus de huit ans.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’ancien analyste du renseignement militaire a été reconnu coupable le mois dernier de 20 crimes, dont six violations de la loi sur l’espionnage. Il a été acquitté de l’accusation la plus grave, soit collusion avec l’ennemi, qui aurait pu lui valoir la prison à vie sans possibilité de libération.

Bradley Manning était passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 90 ans d’emprisonnement. Les procureurs avaient réclamé au moins 60 ans de détention en guise de peine exemplaire, tandis que les avocats du soldat avaient suggéré une peine maximale de 25 ans, en faisant valoir que certains documents qu’il a transmis à WikiLeaks seront déclassifiés d’ici là.

Le soldat devra purger au moins le tiers de sa peine avant de pouvoir demander une libération conditionnelle. Il a également été expulsé des rangs de l’armée.

La mère du soldat, qui vit au pays de Galles et qui serait très malade, n’a pas immédiatement réagi à la nouvelle. Son oncle a toutefois déploré la peine qui lui a été imposée.

«J’espère qu’elle sera réduite», a déclaré Kevin Fox à la BBC. «Pour être honnête, il n’aurait pas dû être condamné du tout. De mon point de vue, c’est un héros.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les procureurs n’ont pas fait de commentaire, tandis que plusieurs organisations de défense des libertés civiles ont dénoncé la peine imposée à Bradley Manning.

«Quand un soldat qui a partagé des informations avec la presse et le public est condamné beaucoup plus sévèrement que d’autres qui ont torturé des prisonniers et tué des civils, il est clair qu’il y a un sérieux problème dans notre système de justice», a déclaré Ben Wizner, de l’American Civil Liberties Union.

Dans un communiqué, le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a dénoncé la condamnation de Bradley Manning, estimant qu’il s’agissait d’un «affront aux concepts fondamentaux de la justice occidentale».

L’Australien, qui est toujours réfugié dans l’ambassade de l’Équateur à Londres, a toutefois estimé que la peine du soldat représentait une «victoire stratégique significative», puisque Bradley Manning pourrait être libre dans moins de neuf ans.

L’avocat militaire du soldat, David Coombs, a déclaré lors d’une conférence de presse que son client avait tenté de le réconforter après avoir appris qu’il était condamné à 35 ans de prison.

M. Coombs a affirmé qu’il était au bord des larmes après l’annonce de la juge, mais que Bradley Manning l’avait regardé et lui avait dit: «Ne vous inquiétez pas pour ça, ça va aller. Je sais que vous avez fait de votre mieux. Tout ira bien.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur