Attentat de Boston: le corps de Tamerlan Tsarnaev est enterré en Virginie

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 17h26 HAE, le 10 mai 2013.

WASHINGTON – Tamerlan Tsarnaev, l’un des deux suspects de l’attentat du marathon de Boston, a été enterré dans un cimetière rural en Virginie, déclenchant la colère de certains membres de la communauté musulmane de la région, qui déplorent ne pas avoir été consultés.

L’enterrement secret a eu lieu plus tôt cette semaine dans un petit cimetière musulman de Doswell, près de la capitale de la Virignie, Richmond. L’affaire avait soulevé une controverse aux États-Unis, alors que plusieurs cimetières de différents États au pays avaient refusé d’enterrer la dépouille de Tamerlan Tsarnaev. Son cadavre avait été placé dans un salon mortuaire de Worcester, au Massachusetts, le temps de trouver un cimetière qui consentirait à l’enterrer.

Tamerlan Tsarnaev, 26 ans, a été abattu dans une poursuite policière dans la nuit du 18 avril, et est décédé quelques heures plus tard. Le deuxième suspect de l’attentat de Boston, son jeune frère Dzhokhar, a été capturé et demeure incarcéré. Les deux frères, d’origine tchétchène, sont accusés d’avoir perpétré l’attentat du marathon de Boston, qui s’est soldé par la mort de trois personnes, le 15 avril. Plus de 260 autres ont été blessés dans la double explosion d’une cocotte-minute.

L’oncle des frères Tsarnaev, Ruslan Tsarni, avait pris en charge l’enterrement de son neveu après que la veuve de ce dernier, Katherine Russell, eut exprimé son souhait de voir sa belle-famille s’en occuper. Il a confirmé, vendredi, que son neveu avait été enterré dans un cimetière de Doswell grâce à l’aide d’une «coalition religieuse».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Des dizaines de communautés approchées pour enterrer la dépouille avaient refusé, de crainte que des actes de vandalisme soient perpétrés.

M. Tsarni s’est dit soulagé, affirmant qu’une «dépouille doit reposer dans la terre».

Le petit cimetière se trouve dans une zone rurale, au nord de Richmond, et ne compte que 47 pierres tombales. Deux nouvelles tombes semblaient y avoir été creusées, dont l’une sur laquelle une rose avait été déposée à une extrémité, avec un vase de roses à l’autre extrémité. La seconde tombe ne portait aucune inscription.

La mère de Tamerlan Tsarnaev a déclaré que les autorités russes refusaient de permettre le retour de la dépouille de son fils pour qu’il soit enterré au Dagestan, mais Moscou n’a pas commenté ces propos.

Un ami libéré

Par ailleurs, une juge américaine a accepté lundi de libérer un ami de Dzhokhar Tsarnaev, un des hommes soupçonnés d’avoir perpétré les attentats au marathon de Boston, pendant qu’il attend son procès pour avoir prétendument menti à des enquêteurs fédéraux qui se penchaient sur l’affaire.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Robel Phillipos a été accusé la semaine dernière d’avoir menti aux enquêteurs au sujet de sa visite à la chambre de dortoir de Tsarnaev le 18 avril, trois jours après les explosions.

S’il est reconnu coupable, l’étudiant à l’Université du Massachusetts à Dartmouth fait face à un maximum de huit ans de détention.

Les procureurs avaient initialement demandé que Phillipos soit détenu en attente de son procès, mais les deux parties se sont mises d’accord lundi et ont donné leur accord à une libération contre une caution de 100 000 $, à condition qu’il reste chez lui et qu’il porte un bracelet de surveillance électronique.

La juge Marianne Bowler a acquiescé à la demande, avertissant Phillipos qu’il ne pouvait quitter la maison que pour rencontrer ses avocats ou des urgences.

Son avocat de la défense, Derege Demissi, s’est dit confiant que son client pourrait prouver son innocence.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Une autre avocate de la défense, Susan Church, a décrit son client comme un élève modèle qui avait beaucoup d’amis et beaucoup d’appuis. Au moins 50 membres de sa famille et amis ont assisté à l’audience.

Mme Chruch a souligné que Phillipos n’était pas accusé d’avoir aidé Tsarnaev et son frère aîné à perpétrer l’attentat, et qu’il ne savait en aucun temps que le marathon avait été attaqué. Il n’était pas clair à quel moment il serait libéré.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur