Affaire Dziekanski: un des quatre agents non coupable de parjure

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 18h11 HAE, le 29 juillet 2013.

VANCOUVER – Un agent de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) qui était accompagné de trois de ses collègues à l’aéroport de Vancouver le soir où Robert Dziekanski a été atteint par des tirs de pistolet électrique avant de mourir a été déclaré non coupable d’avoir menti lors de l’enquête sur la mort de l’immigrant polonais.

Bill Bentley était le premier à subir son procès pour parjure en lien avec son témoignage lors de l’enquête menée en 2009 pour tenter d’expliquer ce qui s’est passé après que les agents eurent répondu à un appel concernant un homme en détresse lançant des meubles dans l’une des zones d’arrivée.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

M. Dziekanski a été atteint par un tir de Taser et est mort sur le plancher de l’aéroport, en octobre 2007, après ce que Bentley a décrit dans ses notes comme une confrontation lors de laquelle l’immigrant a chargé en criant vers les policiers, brocheuse en main, avant qu’il ne doive être ciblé par un tir de Taser et plaqué au sol.

Une vidéo, tournée par un voyageur, contredisait une partie des notes et déclarations de l’accusé.

La Couronne avait argué, lors du procès, que Bentley et les trois autres policiers s’étaient consultés pour unifier les témoignages livrés aux enquêteurs, avant de mentir lors de l’enquête pour camoufler cette collusion.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur