3e anniversaire du tremblement de terre en Haïti

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 04h56 HNE, le 12 janvier 2013.

MONTRÉAL – Trois ans jour pour jour après le séisme qui a dévasté Haïti, le 12 janvier 2010, l’aide internationale n’a pas encore réussi à remettre ce pays sur pied.

Plus de 370 000 personnes vivent encore dans des abris de fortune; la malnutrition demeure un fléau; l’épidémie de choléra continue de faire des victimes; et l’économie d’Haïti ne s’est pas encore relevée, d’autant plus que deux ouragans ont frappé le pays depuis ce tremblement de terre dévastateur.

Mais il y a eu des progrès, même s’ils peuvent paraître minimes, dit la directrice-générale de la Maison d’Haïti, à Montréal, Marjorie Villefranche.

Mme Villefranche, qui s’est rendue sur place à plusieurs reprises, convient que la reconstruction est lente, mais elle soutient qu’il faut faire preuve de «patience et de courage». Elle préfère se pencher «sur ce qui a été fait et non sur ce qui manque».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le séisme de 2010 a été l’une des pires catastrophes naturelles de l’histoire: jusqu’à 300 000 morts et plus d’un million et demi de citoyens déplacés.

L’aide internationale a dépassé les 7 milliards $ jusqu’à présent. Malgré tout, les besoins demeurent énormes encore aujourd’hui.

Recul du Canada?

Le ministre de la Coopération internationale, Julian Fantino, a assisté, jeudi à Montréal, à la remise de 14 prix de bravoure à des policiers qui ont sauvé des vies lors du séisme en Haïti en 2010, mais a refusé de rencontrer les médias pour expliquer ses propos controversés des derniers jours portant justement sur Haïti.

Le ministre Fantino n’a répondu à aucune question, pas même sur le sujet de la remise des prix de bravoure à des policiers de différents corps de police et à un membre des Forces armées canadiennes.

Il y a quelques jours, dans une entrevue au quotidien La Presse, le ministre avait annoncé un gel des futurs projets d’aide en Haïti, disant vouloir mieux évaluer les formes que devait y prendre l’aide canadienne. Il s’était aussi dit découragé de voir que les déchets n’étaient même pas ramassés en Haïti.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ses propos sur l’aide à ce pays ont depuis suscité la controverse, étant même déplorés à mots couverts par des représentants américains et des Nations unies.

Un haut fonctionnaire du département d’État américain a déclaré qu’il considérait le Canada comme un partenaire précieux à Haïti et qu’il ne voulait pas le voir modifier un de ses programmes.

«Haïti ne deviendra pas un pays à revenu intermédiaire du jour au lendemain», a lancé mercredi Eileen Wickstrom Smith.

«Nous continuons notre solide partenariat avec le gouvernement d’Haïti et le peuple haïtien, et nous aimerions voir le gouvernement canadien poursuivre ses programmes d’aide. Nous pensons qu’ils ont été un facteur important et nous aimerions qu’ils le restent», a-t-elle renchéri.

L’Agence canadienne de développement international a rectifié le tir, expliquant qu’elle menait un examen approfondi de la contribution de 1 milliard $ que le Canada accorde à ce pays des Antilles.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Inquiétudes à l’ONU

Pour sa part, une haut fonctionnaire du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a dit être «attristée» par l’attitude de M. Fantino, avant d’ajouter qu’il y avait peut-être plusieurs éléments qui lui avaient échappé lors de son premier voyage dans ce pays.

«Nous sommes attristés par le fait que le Canada, … qu’ils passent en revue leur soutien», a soutenu la directrice adjointe pour le bureau du PNUD en Amérique latine, Jessica Faieta.

«Je pense que toute personne qui vient en Haïti pour la première fois devrait normalement être choquée par l’ampleur des défis auxquels le pays fait face. Mais nous devons aussi prendre en considération le contexte d’où le pays revient.»

À la suite de sa récente visite à Haïti, M. Fantino s’était dit déçu par le manque de progrès et avait ajouté qu’il désirait trouver une meilleure façon d’aider à la reconstruction du pays.

Le ministre a fait ces remarques quelques jours avant le troisième anniversaire du tremblement de terre dévastateur qui a fait environ 300 000 morts et laissé le pays en ruines.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Mme Smith et Mme Faieta ont souligné que le Canada a déjà été un acteur majeur dans la réalisation des progrès en Haïti.

Les deux femmes ont noté, tout comme des experts humanitaires canadiens, qu’Haïti a aussi été ravagé par une épidémie de choléra et trois ouragans depuis le séisme de 2010, précisant que les obstacles ne manquaient pas au pays.

En outre, elles ont ajouté qu’avant le séisme, le pays était déjà un des plus pauvres de l’hémisphère occidental.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur