Vivre des réussites malgré la dysphasie

Pas assez déficients, mais pas assez normaux non plus

Un atelier de réparation de vélos à l'école. (Photo: Dreamstine)

Un atelier de réparation de vélos à l'école. (Photo: Dreamstine)


23 juin 2016 à 11h20

À l’école secondaire Horizon Jeunesse, à Laval, l’adaptation scolaire a pris un tournant afin de rendre la réussite éducative accessible à tous, y compris les élèves atteints de dysphasie.

La dysphasie est un trouble primaire du langage de nature neurologique. Elle peut affecter seulement l’expression ou à la fois l’expression et la compréhension du langage, et ce, tout au long de la vie de la personne atteinte.

«La réception, la compréhension et la transmission d’un message peuvent être affectées à différents degrés pour chaque élève dysphasique. Chacune de nos interventions envers eux est individualisée», explique Caroline Corbeil, enseignante d’un des deux groupes dysphasie. Elle et sa collègue Martine Sauvé sont spécialisées en adaptation scolaire.

«Nous avons constaté que le papier et le crayon, pour un élève de 15 ans pratiquement analphabète à cause de la dysphasie, ça ne fonctionne tout simplement pas», fait valoir Caroline.

Et quand le papier et le crayon ne fonctionnent pas, les stages en milieux de travail peuvent être une alternative au cheminement scolaire ordinaire. Mais les défis communicationnels auxquels ces jeunes font face peuvent rendre l’expérience complexe, voir mener à l’échec. Et parfois, les employeurs manquent de tolérance.

«De l’extérieur, une personne dysphasique semble tout à fait normale. Cela crée souvent des attentes dans les milieux de travail et beaucoup de confusions. On ne les comprend pas bien, car ils sont considérés comme n’étant pas assez déficients, mais pas assez normaux non plus», confie Caroline.

Contexte de travail… à l’école

Afin de donner une chance aux élèves atteints de dysphasie de vivre des réussites et de persévérer dans leur cheminement scolaire, les deux éducatrices spécialisées ont adapté le Parcours de formation axée sur l’emploi (PFAE) du ministère québécois de l’Éducation en l’échelonnant sur une période de cinq ans au lieu de trois ans.

Le PFAE s’accompagne de deux formations: la Formation préparatoire au travail et la Formation menant à l’exercice d’un métier semi-spécialisé.

Dans le but d’autonomiser les élèves et de leur donner l’occasion de vivre des situations similaires à celle d’un futur milieu de travail, Caroline et Martine ont mis sur pied deux coopératives gérées par les jeunes atteints de dysphasie, depuis maintenant deux ans.

La Coop Jeunesse Bistro Gourmand, sous la supervision de Martine, organise des cocktails pour des galas et des repas rassemblant parfois près de 150 convives au sein de l’école ou de la Commission scolaire de Laval. La coopérative se fait même parfois offrir des contrats à l’extérieur du milieu scolaire.

La Coop Jeunesse À votre service est, comme son nom l’indique, une coopérative de services variés, supervisée par Caroline. Leurs prestations sont très diverses, allant du service de buanderie de l’école pour les sarraus et l’équipement sportif, à la machine à café, en passant par les photocopies, le recyclage et même un atelier de réparation de vélos.

«Nos interventions doivent être basées sur des situations de la vie de tous les jours. Avec les coopératives, les jeunes apprennent aussi à autofinancer leurs activités et à faire un budget, ce qui sert aussi dans la vraie vie. Et par la bande, on fait des mathématiques», avance Martine.

Erreurs et réussites

Comme le rappellent les deux enseignantes, ces adolescents atteints de dysphasie ne souhaitent qu’une chose: être comme les autres adolescents de leur âge.

«Ces jeunes sont excessivement travaillants, mais ils ont très peur de se tromper, car ils n’ont pas eu l’occasion de vivre beaucoup de réussites dans leur vie. Depuis la mise en place des coops, ils nous disent qu’ils ont gagné en confiance et leur sentiment d’appartenance à l’école est plus fort. Ils sont fiers», relate Martine.

«En acceptant leurs erreurs, par exemple lorsqu’une élève revient avec la cafetière dans les bras en classe, car elle n’avait pas exactement compris ce qu’elle devrait faire avec l’appareil, on vient dédramatiser la situation», souligne Caroline.

Par contre, le défi de trouver du travail pour ces élèves après leur diplomation demeure entier. «Il manque encore de milieux de travail pour les personnes atteintes de dysphasie, mais on pense aussi que cela est relié à une méconnaissance de ce trouble du langage. Néanmoins, la direction de notre école est très proactive et nous avons bon espoir d’assurer un bel avenir à ces élèves», conclut Martine.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur