Véronique Pestel pour la première fois à Toronto


6 avril 2010 à 11h38

La chanteuse française va donner pour la première fois une représentation à Toronto. Accompagnée de l’accordéoniste Michel Glasko elle interprétera une vingtaine de chansons extraites de ses six albums. Attention, elle ne sera là qu’un seul soir, le dimanche 11 avril, au Annex Theatre.

Véronique Pestel se définit elle-même comme une chanteuse à texte. Son répertoire est vaste et comprend aussi bien du jazz que du classique. «Ce qui compte ce sont les textes, j’utilise différents styles pour les habiller», explique la chanteuse. Elle interprète généralement ses chansons au piano.

Ses références sont Léo Ferré, Jacques Brel, Claude Nougaro, Serge Reggiani, Fabienne Thibeault, Maxime Le Forestier ou encore Anne Sylvestre. Pour elle, ils font partie de la même «famille de chanson».

Véronique a d’ailleurs chanté à plusieurs reprises avec quelques-uns de ces chanteurs très connus, en tant que première partie au début des années 90.

À Toronto, ce sera son concert, «son public». Elle sera accompagnée de Michel Glasko, un accordéoniste avec lequel elle a l’habitude de travailler. «Nous avons chanté ensemble des œuvres de Léo Ferré à Paris et avons fait une tournée au Japon. Les Japonais trouvaient que les chansons paraissaient encore plus françaises avec un accordéon!»

Chanteur underground

Mais la notoriété de Véronique Pestel est limitée. Elle fait partie de ces chanteurs peu médiatisés, «underground», comme elle le dit. «On n’est pas médiatisés. On ne fait pas partie du star système. Notre public est constitué d’aficionados, comme pour la tauromachie».

Elle compare sa chanson davantage à la peinture et à la poésie.

Cette absence de médiatisation rend difficile l’organisation de concert pour l’artiste.

«C’est compliqué pour les organisateurs de nous défendre. Heureusement, nos rencontres sont des histoires de passion et non d’argent».

Faire souche au Canada et à Toronto

Pour faire connaître davantage ses œuvres, Véronique donne des cours d’interprétation et d’écriture en France, pays dont elle est originaire. «Je veux toucher les amateurs, car ce sont eux qui font vivre notre genre de musique», souligne-t-elle.

Elle compte également sur le public canadien, qu’elle connaît déjà. «J’ai fait surtout des premières parties au Canada et principalement au Québec. Je veux toucher le public et qu’il devienne mon public. J’espère revenir par la suite, car je ne fais pas des chansons de première écoute, il faut les réécouter pour les aimer.»

Cette semaine elle sera à Montréal pour deux concerts le 9 et le 10 avril et se rendra à Toronto dimanche pour un concert unique.

Ce sera une première pour l’artiste dans cette ville, et elle en aurait presque le trac: «Je ne connais pas Toronto. Mais on m’a vivement conseillé de venir ici. Je compte sur les francophones et les francophiles!».

Informations: Véronique Pestel avec Michel Glasko en concert, dimanche 11 avril au Annex Theatre à 19 heures. 28 $ et 20$ pour les étudiants.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les présidentielles françaises débordent chez nous

Marine Le Pen et Emmanuel Macron.
Les dimanches 23 avril et 7 mai, les Français sont appelés aux urnes pour élire leur future présidente ou leur futur président. C’est un moment démocratique...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h05

Michel Lavigne: la caricature au service des droits et de la justice

Notre chroniqueur Gérard Lévesque sur les genoux du Père Noël: un dessin de Michel Lavigne.
La passion de mon ami Michel Lavigne était d’illustrer l’actualité par des dessins qui suscitaient habituellement un sourire approbateur de la part des personnes...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h04

Les politiciens populistes montent le public contre les journalistes

Daniel Lessard
Le journaliste Daniel Lessard, qui a longtemps couvert la colline parlementaire pour Radio-Canada et qui continue d’y commenter la politique canadienne, exerce «un maudit...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h04

Le français pour l’avenir honore Barbara Hall

John Ralston Saul et Barbara Hall
Lundi 10 avril, l’organisme Le français pour l’avenir a souligné son 20e anniversaire au campus Glendon de l’Université York, lors d’un forum qui a permis à 250...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h03

Inoubliable Louis Riel

Louis Riel COC
La Canadian Opera Company (COC), en coproduction avec le Centre national des arts à Ottawa, revisite un chapitre important et controversé de l’histoire du...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h03

Jérôme Bosch et Marie Chouinard: «J’aurais dû y penser moi-même»

Une scène du Jardin des Délices de Marie Chouinard, inspirée de Bosch. (Photo: Sylvie Ann Par)
Le 500e anniversaire de la mort du peintre néerlandais Hieronymus (Jérôme) Bosch, l’an dernier, a été marqué aux Pays-Bas par de nombreuses activités, dont...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h02

L’électro-franco de DJ Unpier

Dj Unpier
DJ Unpier joue sur la scène ontarienne depuis quelques années et puise son influence à Toronto. Son but: faire danser le monde, en français...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h01

Petit Biscuit a apporté le soleil à Toronto

Mehdi Benjelloun
Mehdi Benjelloun est un jeune artiste qui connaît actuellement un succès mondial. Ce jeune Français et Obélix ont un point commun, ils sont tombés...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h00

Quand les Torontois dansent sur la musique basque

Jokin Irungaray au tambour, Vianney DesPlantes au tuba euphonium et Maider Martineau à l'accordéon. (Photo: Kathryn Durst)
Le folklore des danses traditionnelles européennes, popularisé par Balfolk Toronto, est à l’honneur tous les lundis à La Revolucíon (2848 rue Dundas Ouest) et l’été à...
En lire plus...

17 avril 2017 à 23h59

Montmartre et ses trésors

Guide du Musée de Montmartre, Somogy éditions d'Art, Musée de Montmartre, 2016, 26 x 19 cm, broché avec rabats, 150 illustrations, 168 p. La couverture reproduit l'affiche Lire Le Chat Noir, 1886, de Louis-Jean-Léonce Burret (1866-1915).
Qui, en visite à Paris, n’a pas un jour décidé d’emprunter non loin de la célèbre place Pigalle, plutôt que le funiculaire, l’escalier de...
En lire plus...

17 avril 2017 à 23h58

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur