Université franco-ontarienne, scène 1, prise 2

Koubra Haggar de la FESFO, Carol Jolin de l’AFO et Geneviève Borris du RÉFO. (Photo: REFO)

Koubra Haggar de la FESFO, Carol Jolin de l’AFO et Geneviève Borris du RÉFO. (Photo: REFO)


6 mars 2017 à 22h28

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) et la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) ont réitéré le 1er mars l’importance que le gouvernement de l’Ontario s’engage à mettre en oeuvre une gouvernance universitaire «par et pour» les francophones dans l’ensemble de la province.

Leurs représentants soulignaient ainsi, en conférence de presse, le deuxième anniversaire de leur demande officielle pour la création d’une nouvelle université de langue française, tel que recommandé dans le rapport des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français qu’ils avaient organisés l’année d’avant.

Universités bilingues

Si les trois partenaires ont exprimé leur «optimisme» de voir s’établir une université de langue française avec un premier campus à Toronto dans un avenir rapproché, ils ont également «tendu la main aux universités existantes afin qu’elles contribuent à la réflexion».

Ces institutions (notamment Ottawa, Laurentienne à Sudbury et le campus Glendon de l’Université York à Toronto) sont pour l’instant opposées à ce projet, estimant qu’il ne peut se réaliser qu’en leur arrachant leurs programmes de langue française développés depuis plusieurs années.

Les responsables de l’Université d’Ottawa affirment même être déjà une université franco-ontarienne.

«Il y a aussi l’Université Saint-Paul, l’Université de Sudbury, le Collège universitaire dominicain et le CRÉFO à l’Université de Toronto», notent les représentants des trois organismes. «Notre souhait est de réfléchir à un modèle qui fédérait les programmes et ressources de langue française de ces établissements sous une gouvernance par et pour les francophones», précisent-ils à L’Express.

Le 25 avril, ils tiendront une journée de réflexion avec des universitaires du Nord, du Centre-Sud-Ouest et de l’Est, afin de poursuivre la réflexion sur le sujet, indiquant que les idées des universités bilingues sont les «bienvenues».

Dyane Adam

«Maintenant que le gouvernement semble avoir priorisé l’établissement d’une université de langue française à Toronto, sans se préoccuper du Nord et de l’Est», disent-ils, en faisant allusion au comité présidé par l’ancienne commissaire aux langues officielles Dyane Adam, «le gouvernement et les dirigeants d’universités bilingues ont le devoir de réfléchir avec la communauté aux façons d’accorder la pleine gestion des programmes universitaires de langues françaises aux francophones, et ce, partout dans la province.»

Dyane Adam participait, en fin de semaine, à la 8e Assemblée générale annuelle du RÉFO, à une activité visant à identifier le type d’expérience recherchée par les étudiants au sein d’une future université franco-ontarienne.

«En créant un nouvel établissement, nous avons la rare occasion d’imaginer notre système universitaire de l’avenir», fait valoir Geneviève Borris, coprésidente sortante du RÉFO. «La gouvernance a fait ses preuves partout en province et nous souhaitons que les francophones de toutes les régions puissent en tirer profit.»

Les Franco-Ontariens ont en effet obtenu la gestion de leurs écoles primaires et secondaires, avec la création de 12 conseils scolaires il y a 20 ans, et ils possèdent deux collèges communautaires, La Cité à Ottawa et Boréal à Sudbury, qui ont des antennes à Toronto et dans plusieurs communautés.

«En attendant une décision gouvernementale dans ce dossier, ce sont des milliers d’élèves qui n’ont toujours pas plus de choix d’étudier dans leur langue et qui se dirigent vers l’assimilation», accuse Koubra Haggar, représentante du Sud au sein de la FESFO.

Des appuis importants

L’événement de la semaine dernière a permis aux trois partenaires de recevoir officiellement l’appui de l’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario (ACÉPO), de l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques de l’Ontario (AFOCSC) ainsi que de Diane Dubois, ancienne vice-présidente du Collège Boréal et auteure du rapport Le temps d’agir!, qui demandent tous la création d’une université de langue française gérée «par et pour» les Franco-Ontariens.

«De tous les facteurs qui influent sur le développement et l’avenir de l’éducation postsecondaire en langue française, il ne fait pas de doute que la gouvernance se classe parmi les plus importants», assure Diane Dubois.

Diane Dubois, Denis Chartrand de l’ACÉPO, Geneviève Borris du RÉFO, Koubra Haggar de la FESFO, Carol Jolin de l’AFO, Jean Lemay de l’AFOCSC. (Photo: REFO)
Diane Dubois, Denis Chartrand de l’ACÉPO, Geneviève Borris du RÉFO, Koubra Haggar de la FESFO, Carol Jolin de l’AFO, Jean Lemay de l’AFOCSC. (Photo: REFO)

Quatre modèles de gestion universitaire franco-ontarienne avaient été suggérés par les États généraux:

La création d’une université de langue française indépendante, dotée d’un mandat provincial et qui se construirait sur les forces vives du système actuel;

La division des universités bilingues pour autonomiser les programmes existants au sein de nouveaux établissements;

La fédération des programmes existants au sein d’une structure de gouvernance provinciale, qui coordonnerait l’offre et le financement des programmes et de la recherche;

La création d’une université affiliée ou fédérée à une université bilingue ou de langue française existante, qui regrouperait les programmes existants et les nouveaux programmes en français.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les îles de Toronto toujours inondées

Les pluies des derniers jours n’ont pas aidé la situation des îles de Toronto où on lutte contre la montée des eaux.
En lire plus...

26 mai 2017 à 19h01

Le conflit entre Metrolinx et Bombardier s’envenime

Train Eglinton Crosstown
L’agence de transport ontarienne Metrolinx a fait appel de la décision d’un juge l’empêchant d’annuler un contrat de 770 millions $ accordé à Bombardier...
En lire plus...

25 mai 2017 à 12h35

Greffes, botox et piña colada

Injection de botox. (Photo: James Mutter - Flickr - Creative commons (http://ow.ly/zwY930bYc28 )
Cuba, Mexique et Costa-Rica. Ces destinations offrent bien plus aux touristes que leur cuisine ou leurs plages exotiques. Du traitement de canal à la...
En lire plus...

L’école Georges-Étienne-Cartier bouclée

eec-georges-etienne-cartier
L’école élémentaire catholique Georges-Étienne-Cartier a été bouclée vers 13 h 25 mardi, à cause de la présence d’un homme armé dans les environs.
En lire plus...

23 mai 2017 à 16h53

La viande artisanale fait sensation

viande
Il y a cinq ans, Mike Mckenzie, un passionné de salami et les viandes fumées, décidait de se lancer dans la production de ses propres...
En lire plus...

150 édifices de Toronto en accès libre

On pourra visiter le Centre des enfants et familles autochtones, rue College, le weekend des 27 et 28 mai.
Pas moins de 150 lieux et édifices historiques ou insolites, habituellement réservés à leurs seuls utilisateurs, seront ouverts au public à l’occasion de la 18e édition annuelle...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h30

Le printemps en musique dans la région du Niagara

Justin Kauflin.
Synergie musique et vin, combinée à la beauté et aux richesses historiques de Niagara-on-the-Lake, la 4e édition du festival Spring Into Music, de l’organisme Bravo...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h28

Une autre grosse FrancoFEST à Hamilton les 23 et 24 juin

Le concert du duo Whitehorse clôturera la FrancoFEST de Hamilton le soir du 24 juin.
La FrancoFEST de Hamilton continue l’exploit d’offrir le plus grand festival d’arts et de culture francophone de la péninsule du Niagara, tout en préservant...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h28

Un cabaret en plein air pour la 7e édition de Franco-Fierté

franco-fierte
FrancoQueer, l’organisme ontarien francophone «par et pour» les personnes LGBTQ, prépare la 7e édition de son festival Franco-Fierté, qui comprendra une demi-douzaine d’activités entre le...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h27

Ambiance jazz pour la chanson française

Suzie Bisaillon, Cyril Mignotet et Noémi Parenteau-Comfort.
Ce dimanche 14 mai, au Local Gest rue Parliament, se produisait le tout nouveau groupe Ambiance The Band, spécialisé dans la chanson française, réunissant Cyril...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h18

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur