Une idée «dialogique» pour la future université franco-ontarienne

Manif pour une université franco-ontarienne, en face de l’Assemblée législative de l’Ontario en février dernier. (Photo: Harriet Vince) En médaillon: le professeur Norman Cornett. (Photo: Sara Cornett)

10 mai 2016 à 9h28

La future université franco-ontarienne, voulue par le mouvement associatif et dont le principe est accepté par les trois grands partis politiques, sera-t-elle une institution traditionnelle – une «usine» à diplômés, sans doute compétents dans leur domaine mais isolés les uns des autres – ou acceptera-t-elle de considérer d’autres paradigmes pédagogiques?

Pourrait-elle s’ouvrir à des méthodes d’enseignement moins conventionnelles, moins passives, comme celle des «rencontres dialogiques» participatives développées par le professeur canado-américain Norman Cornett?

Les lecteurs de L’Express ont déjà croisé cet expert de Lionel Groulx, traducteur en anglais de Naïm Kattan, prof de science des religions pendant 15 ans à McGill jusqu’en 2007, année où l’université montréalaise a mis fin à son contrat, sans explication, au grand dam de ses collègues et de ses étudiants.

La documentariste de l’ONF Alanis Obomsawin a relaté cet épisode dans un long-métrage intitulé Professeur Norman Cornett: «Depuis quand ressent-on l’obligation de répondre correctement au lieu de répondre honnêtement?», sorti en 2009.

Le titre du film fait directement référence à sa philosophie de l’enseignement, «qui encourage les étudiants à exprimer leur opinion plutôt qu’à essayer de deviner celle que le prof veut entendre», explique le Dr Cornett en entrevue à L’Express la semaine dernière.

«La seule mauvaise question est celle qu’on n’ose pas poser», résume-t-il.

Modèle interactif

Constamment invité par plusieurs universités canadiennes, américaines et européennes à animer des «rencontres dialogiques» et à expliquer sa méthode, M. Cornett, qui habite toujours Montréal, affirme s’intéresser au projet d’université franco-ontarienne, «car ce n’est pas tous les jours qu’on parle de créer une nouvelle université».

Et malgré ses déboires avec McGill, il se dit optimiste face à l’évolution de l’enseignement supérieur dans nos sociétés, constatant que de plus en plus de pédagogues cherchent à intéresser et impliquer davantage les jeunes dans leur propre apprentissage, notamment au moyen de pratiques interactives ou ludiques.

C’est un véritable Who’s Who culturel, politique et scientifique qui a défilé dans ses cours pour discuter avec ses étudiants, puis dans ses «rencontres dialogiques» pour interagir avec le public. Mentionnons les ex-premiers ministres Paul Martin et Lucien Bouchard, les chefs Ed Broadbent et Preston Manning, l’ancien juge de la Cour suprême Charles Gonthier et le célèbre avocat Julius Grey, les écrivains Antonine Maillet, Roch Carrier, Jacques Godbout, Neil Bissoondath, des musiciens comme Winston Marsalis et R. Murray Schafer.

Renaissance

Norman Cornett rêve d’une décompartementalisation des études universitaires, qui seraient pluridisciplinaires plutôt qu’hyperspécialisées, pour former des Léonard de Vinci, qui était artiste, ingénieur, scientifique…

«Le modèle actuel est le même depuis la création des premières universités au Moyen-Âge à Bologne, Paris (la Sorbonne) et Oxford: un maître qui parle en face de dizaines ou de centaines d’étudiants, avec peu d’interaction.»

M. Cornett prône davantage une «renaissance» qu’une «révolution», puisqu’il préfère le modèle de l’Antiquité grecque où le professeur marchait et discutait avec ses étudiants. En politique, en art et en science, on a appelé «Renaissance» le moment où on est sorti du Moyen-Âge pour chercher à faire «renaître» les civilisations grecques et romaines dont une partie du savoir avait été perdue.

Son modèle, qu’il compare volontiers à l’improvisation en jazz, où il faut penser vite et se faire confiance, suppose que le prof apprend et sort grandi lui aussi de sa relation avec les étudiants. «L’éducation est un phénomène communautaire où une pluralité de voix doivent s’exprimer», dit-il. «Ça ne doit pas reposer sur une série de monologues.»

Le jeu et la créativité sont également au coeur de sa méthode. «Les jeunes peuvent passer des heures à jouer, mais s’embêtent rapidement dans un cours magistral, surtout les plus intelligents», souligne-t-il.

D’ailleurs, «l’adulte se perçoit intérieurement comme un enfant», croit-il. «L’enfant (en nous) est donc la pierre de touche de l’éducation.»

La création d’une université franco-ontarienne serait «une occasion en or de faire les choses autrement», pense-t-il. «Vous avez carte blanche!»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur