Une idée «dialogique» pour la future université franco-ontarienne

Manif pour une université franco-ontarienne, en face de l’Assemblée législative de l’Ontario en février dernier. (Photo: Harriet Vince) En médaillon: le professeur Norman Cornett. (Photo: Sara Cornett)

10 mai 2016 à 9h28

La future université franco-ontarienne, voulue par le mouvement associatif et dont le principe est accepté par les trois grands partis politiques, sera-t-elle une institution traditionnelle – une «usine» à diplômés, sans doute compétents dans leur domaine mais isolés les uns des autres – ou acceptera-t-elle de considérer d’autres paradigmes pédagogiques?

Pourrait-elle s’ouvrir à des méthodes d’enseignement moins conventionnelles, moins passives, comme celle des «rencontres dialogiques» participatives développées par le professeur canado-américain Norman Cornett?

Les lecteurs de L’Express ont déjà croisé cet expert de Lionel Groulx, traducteur en anglais de Naïm Kattan, prof de science des religions pendant 15 ans à McGill jusqu’en 2007, année où l’université montréalaise a mis fin à son contrat, sans explication, au grand dam de ses collègues et de ses étudiants.

La documentariste de l’ONF Alanis Obomsawin a relaté cet épisode dans un long-métrage intitulé Professeur Norman Cornett: «Depuis quand ressent-on l’obligation de répondre correctement au lieu de répondre honnêtement?», sorti en 2009.

Le titre du film fait directement référence à sa philosophie de l’enseignement, «qui encourage les étudiants à exprimer leur opinion plutôt qu’à essayer de deviner celle que le prof veut entendre», explique le Dr Cornett en entrevue à L’Express la semaine dernière.

«La seule mauvaise question est celle qu’on n’ose pas poser», résume-t-il.

Modèle interactif

Constamment invité par plusieurs universités canadiennes, américaines et européennes à animer des «rencontres dialogiques» et à expliquer sa méthode, M. Cornett, qui habite toujours Montréal, affirme s’intéresser au projet d’université franco-ontarienne, «car ce n’est pas tous les jours qu’on parle de créer une nouvelle université».

Et malgré ses déboires avec McGill, il se dit optimiste face à l’évolution de l’enseignement supérieur dans nos sociétés, constatant que de plus en plus de pédagogues cherchent à intéresser et impliquer davantage les jeunes dans leur propre apprentissage, notamment au moyen de pratiques interactives ou ludiques.

C’est un véritable Who’s Who culturel, politique et scientifique qui a défilé dans ses cours pour discuter avec ses étudiants, puis dans ses «rencontres dialogiques» pour interagir avec le public. Mentionnons les ex-premiers ministres Paul Martin et Lucien Bouchard, les chefs Ed Broadbent et Preston Manning, l’ancien juge de la Cour suprême Charles Gonthier et le célèbre avocat Julius Grey, les écrivains Antonine Maillet, Roch Carrier, Jacques Godbout, Neil Bissoondath, des musiciens comme Winston Marsalis et R. Murray Schafer.

Renaissance

Norman Cornett rêve d’une décompartementalisation des études universitaires, qui seraient pluridisciplinaires plutôt qu’hyperspécialisées, pour former des Léonard de Vinci, qui était artiste, ingénieur, scientifique…

«Le modèle actuel est le même depuis la création des premières universités au Moyen-Âge à Bologne, Paris (la Sorbonne) et Oxford: un maître qui parle en face de dizaines ou de centaines d’étudiants, avec peu d’interaction.»

M. Cornett prône davantage une «renaissance» qu’une «révolution», puisqu’il préfère le modèle de l’Antiquité grecque où le professeur marchait et discutait avec ses étudiants. En politique, en art et en science, on a appelé «Renaissance» le moment où on est sorti du Moyen-Âge pour chercher à faire «renaître» les civilisations grecques et romaines dont une partie du savoir avait été perdue.

Son modèle, qu’il compare volontiers à l’improvisation en jazz, où il faut penser vite et se faire confiance, suppose que le prof apprend et sort grandi lui aussi de sa relation avec les étudiants. «L’éducation est un phénomène communautaire où une pluralité de voix doivent s’exprimer», dit-il. «Ça ne doit pas reposer sur une série de monologues.»

Le jeu et la créativité sont également au coeur de sa méthode. «Les jeunes peuvent passer des heures à jouer, mais s’embêtent rapidement dans un cours magistral, surtout les plus intelligents», souligne-t-il.

D’ailleurs, «l’adulte se perçoit intérieurement comme un enfant», croit-il. «L’enfant (en nous) est donc la pierre de touche de l’éducation.»

La création d’une université franco-ontarienne serait «une occasion en or de faire les choses autrement», pense-t-il. «Vous avez carte blanche!»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Mi’kmaq et Acadiens: des amis de longue date

Grand-Pré est le lieu où se sont installés les premiers colons français et où s’est développée une union entre les Acadiens et les Mi’kmaq. Aujourd’hui, le site du festival annuel (en Nouvelle-Écosse sur la baie de Fundy) est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.
15 août: Fête nationale des Acadiens
En lire plus...

15 août 2017 à 15h48

Recensement: des erreurs à rectifier

ffdrapeaux
Le français en perte de vitesse au Canada: fausse nouvelle! Statistique Canada a promis de rectifier des erreurs dans son recensement 2016.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h30

Un deuxième album très attendu pour Patricia Cano

La chanteuse et comédienne Patricia Cano, née à Sudbury de parents péruviens.
Madre Amiga Hermana: ode à la féminité
En lire plus...

14 août 2017 à 14h29

Regent Park et Moss Park: ça va la santé?

Sondage sur les services de santé en français dans l'Est du centre-ville.
Sondage sur les besoins
En lire plus...

14 août 2017 à 14h29

Marchand Dessalines, haut lieu de l’indépendance d’Haïti

Rudolf Dérose devant le fort Décidé.
Une cité fortifiée derrière la vallée de l’Artibonite.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h28

Petite faute deviendra grande

Agatha Christie est l'auteure la plus populaire après la Bible et Shakespeare, avec deux milliards de livres vendus.
Les traductions de Google donnent souvent du charabia.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h27

Les conseils scolaires tâcheront de mieux gérer leurs autobus

autobus-scolaire
La rentrée scolaire avait été chaotique au TDSB et au TCDSB en septembre 2016.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h26

Ralentir le Parkinson en luttant contre le diabète

L’exénatide agit sur le foie... et le cerveau. (Photo: Kitsuney — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2hOGecQ)
Le Parkinson diminue la dopamine, ce qui fragilise les cellules nerveuses.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h25

L’ivoire de mammouth aussi peu recommandable que l’ivoire d’éléphant

Sculpture en ivoire exposée aux Nation-Unies. (Photo: Anthony Keys — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2vYbUlP)
Ls squelettes de mammouths se trouvent en majorité dans le permafrost de la Sibérie.
En lire plus...

Protéger Mars… de la Terre

Tersicoccus phoenicis, la bactérie découverte dans une salle blanche d'assemblage de la NASA en Floride et à Kourou en Amérique du Sud. (Photo: NASA)
Invasion terrestre plus probable qu'extra-terrestre
En lire plus...

14 août 2017 à 14h22

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur