Un policier qui reconnaît ses limites

Recrutement de djihadistes

Stéphane Berthomet

L’État islamique en Irak et en Syrie, qui a délogé al-Qaïda au palmarès de la cruauté, a réussi à instituer, avec son «califat», le théâtre d’une apocalypse prophétisée et fantasmée qui attire plusieurs jeunes Occidentaux déboussolés en mal d’aventures.

«Ce recrutement est un phénomène encore marginal au Canada», explique Stéphane Berthomet en entrevue à L’Express la semaine dernière.

De passage à Toronto promouvoir son nouveau livre La fabrique du Djihad, cet ancien policier français estime «qu’environ 200 jeunes Canadiens sont partis combattre aux côtés de l’ÉI», des enfants d’immigrants musulmans, mais aussi des Canadiens de souche comme Martin «Ahmad» Couture-Rouleau, qui a tué un soldat et a été abattu par la police à Saint-Jean-sur-Richelieu l’an dernier.

Stéphane Berthomet a oeuvré pendant plusieurs années au sein des services de sécurité en France, notamment à coordonner l’action des ministères et agences du gouvernement contre le terrorisme.

Il habite maintenant à Montréal (il a suivi sa «blonde»), où il a participé à la création de l’Observatoire sur la radicalisation et l’extrémisme violent (OSR). La fabrique du Djihad est son cinquième ouvrage.

«Chaque cas est unique», prévient-il, même si on commence à identifier quelques ressorts communs. «Couture-Rouleau n’est pas passé par la même filière que Michael Zehaf-Bibeau», qui a abattu l’an dernier un soldat en faction devant le monument de la guerre avant d’être tué, lui aussi, dans un corridor du Parlement.

Ou les «18 de Toronto» qui voulaient semer le chaos au centre-ville et à Ottawa. Ou le duo qui voulait faire dérailler un train de Via Rail.

Ou André Poulin, ce Franco-Ontarien de Timmins, apparemment sans histoire, converti à l’islam, qui serait mort en Irak l’an dernier, selon une vidéo où on le verrait tomber.

Grappes ou loups solitaires

En France, ce sont 2000 jeunes qui auraient choisi cette voie funeste. Mais combien de jeunes, chez nous, à l’heure actuelle, y songent sérieusement?

Combien fréquentent un centre communautaire où un animateur les encourage à tourner le dos à leur famille et à leur pays d’adoption, et prône «la guerre sainte contre les infidèles, les juifs et les croisés (Occidentaux)»?

Combien s’auto-radicalisent en visitant des sites internet djihadistes, fascinés au lieu d’être révoltés par les horreurs qu’on y montre? Combien ne feront qu’en parler par rapport à ceux qui passeront aux actes?

«On ne le sait pas», reconnaît M. Berthomet, qui s’est particulièrement intéressé aux deux petits groupes d’étudiants et d’étudiantes du Cégep de Maisonneuve qui ont fait les manchettes au début de l’année: l’un pour avoir réussi à partir en Syrie, l’autre pour avoir été intercepté juste avant le départ.

Dans ce cas précis, où il a rencontré les familles catastrophées, il accuse un centre communautaire et, en fait, un seul individu, bien connu des autorités, qu’on devrait selon lui mettre hors d’état de nuire. Mais comment procéder sans violer nos garanties de libertés d’expression, d’association et de mouvement? Nos sociétés doivent trancher ce dilemme.

«La police est débordée», croit-il, et ce n’est pas en lui accordant plus de pouvoirs et en multipliant les interdictions qu’on réglera le problème. Au contraire même: «on se trouve à éparpiller et diluer l’action des services de sécurité».

Intervenir en amont

D’ailleurs, quand la police doit intervenir, c’est qu’il est trop tard, estime Stéphane Berthomet. «Il faut prévenir le recrutement en amont: dans la famille et à l’école», croit-il, «en offrant au jeune à risque (désabusé, désoeuvré) des alternatives», comme des activités ou du travail valorisants, s’engager dans le travail communautaire ou l’aide humanitaire par exemple.

«C’est moins le ministère de la Justice que celui de l’Éducation qui devrait intervenir.»

«Les policiers», image-t-il, «ce sont des gardiens de buts: mais on ne peut pas gagner la partie juste en gardant les buts; ça prend aussi des attaquants.»

L’auteur de La fabrique du Djihad suggère, entre autres, d’utiliser les (rares) jeunes qui reviennent de Syrie ou d’Irak, traumatisés par ce qu’ils ont vu et vécu, qui ne correspondait pas à leurs fantasmes, pour dialoguer avec les jeunes repérés comme étant à risque ou à qui on a retiré leur passeport, afin de les convaincre de changer d’idée.

Et si la coalition internationale réussissait à gagner la guerre contre l’ÉI, à détruire cette organisation et à ramener la paix en Irak et en Syrie? «Oui, ça limiterait le phénomène de la radicalisation de nos jeunes», admet M. Berthomet, mais personne ne s’attend à célébrer cette victoire de sitôt.

Responsabilité des médias

Entre-temps, la fascination morbide exercée par les horreurs commises par l’ÉI fait son oeuvre chez certains jeunes, avec l’aide des médias occidentaux selon M. Berthomet.

L’expert de l’OSR estime en effet que nos grands médias, de même que les médias sociaux, ne devraient pas relayer les images des atrocités commises par l’ÉI. Mais comment intéresser les lecteurs et téléspectateurs sans images? Et surtout comment censurer l’information dans une société libre?

C’est sans doute impossible dans l’environnement médiatique compétitif actuel, admet-il. Il propose néanmoins aux chefs de médias d’en discuter et de se concerter pour trouver des moyens de ne pas servir de courroie de transmission du message de l’ennemi.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Une formation en offre active de soins de santé

Barb Willet, directrice générale de Nexus Santé, Andrea Bodkin, coordonnatrice de Réseau CS, Jocelyne Samson, enquêteuse principale au Commissariat aux services en français de l’Ontario, Isabelle Girard, directrice générale des CAH et présidente de Reflet Salvéo, Tharcisse Ntakibirora, coordonnateur des services en français du RLISS du Centre-Toronto, Marie-France Lalonde, ministre déléguée aux Affaires francophones, Gilles Marchildon, directeur général de Reflet Salvéo, Marta Dolecki, enquêteuse au Commissariat aux services en français, Lise Béland, vice-présidente du Collège Boréal pour le Sud-Ouest, Christiane Fontaine, directrice générale du RIFSSSO, Maryse Francella, coordonnatrice du projet, Jean-François Rose, directeur au Collège Boréal, Constant Ouapo, agent de planification de Reflet Salvéo.

Des fournisseurs anglophones de service de santé pourront désormais suivre une formation au Collège Boréal, en anglais, leur montrant comment mieux servir leurs clients francophones. Cette initiative permettra de proposer à leurs patients francophones un suivi de soin de santé dans leur langue. C’est l’expérience – inédite en Ontario – qui a été lancée cette semaine au campus torontois […]


23 février 2017 à 13h31

TRAPPIST: des planètes habitables à 40 années-lumière de nous

Le soleil du système TRAPPIST vu d'une de ses planètes les plus proches: une scène imaginaire que la NASA veut confirmer au cours des prochaines années.

Sept planètes de la taille de notre Terre, dont trois pourraient posséder de l’eau liquide et être «habitables», tournant autour d’un soleil «nain», ont été découvertes dans la constellation du Verseau par la NASA, au moyen de son télescope spatial Spitzer. Ce système solaire, baptisé TRAPPIST (pour le Transiting Planets and Planetesimals Small Telescope, au […]


23 février 2017 à 13h03

Sociofinancement pour aider des jeunes Français à nous présenter leur spectacle sur Étienne Brûlé

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.

Une trentaine de collégiens français se préparent à venir présenter à Toronto, à la fin avril, leur création Sur les traces d’Étienne Brûlé, où le chant, la musique jazz et rock et la danse tiennent chacun leur part. La Société d’histoire de Toronto (SHT) a lancé une campagne de sociofinancement pour les aider à défrayer […]


21 février 2017 à 14h53

Deux (trois) motions contre l’islamophobie

La députés fédérale Iqra Khalid et la députée provinciale Nathalie Des Rosiers. Arrière-plan: une mosquée de la rue Danforth à Toronto.

Deux motions contre l’islamophobie – toutes deux déposées en décembre, mais actualisées par l’attentat meurtrier contre la mosquée de Québec le 29 janvier – font leur chemin, l’une à Ottawa, médiatisée et controversée pendant encore un bon moment, et l’autre à Toronto, qui passera comme une lettre à la poste cette semaine. Les élus libéraux […]


21 février 2017 à 14h52

Nos conseils scolaires catholiques vont échanger avec la Belgique

Ce 20 février à Spa en Belgique: assis, Étienne Michel, directeur général du SéGEC belge, et Johanne Lacombe, présidente du CECCE ontarien, avec Jean Magny, surintendant de l’éducation du CSDCCS, Lyse-Anne Papineau, directrice de l’éducation du CSCNO, Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE, et Jean Lemay, président de l’AFOCSC.

Les huit conseils scolaires catholiques de langue française de l’Ontario et quatre maisons diocésaines de l’enseignement belges vont développer un ensemble d’activités éducatives où chacun sera appelé à échanger et à partager ses expériences, ses connaissances, ses méthodes d’enseignement ainsi que son matériel pédagogique. La convention a été signée lundi à Spa, en Belgique. «Nos […]


21 février 2017 à 14h50

Pourquoi aller à l’université si on ne sait pas ce qu’on veut faire dans la vie?

L’offre de programmes postsecondaires en français est très limitée dans le sud-ouest de l’Ontario, où le seul campus digne de ce nom est celui du Collège Glendon (bilingue) de l’Université York.

De nombreux étudiants de premier cycle universitaire – qui acceptent pourtant une lourde charge de travail et déboursent d’importants frais de scolarité – n’ont encore aucune idée de ce qu’ils veulent faire dans la vie, aucune carrière en vue. Certains étudiants arrivent avec une carrière précise à l’esprit, mais plusieurs ont peu d’idée de la carrière précise qu’ils […]


21 février 2017 à 9h52

Vivons-nous dans l’antichambre d’Orwell ?

Edward Snowden, qui vit en exil en Russie, participe à des conférences à distance.

Qu’il est simple de nous surveiller. Nous donnons nous-mêmes les clés en acceptant les multiples contrats, souvent sans les lire, pour accéder à l’univers de la vie mobile. Nous sommes entrés dans l’antichambre d’Orwell et de son célèbre 1984 – à moins que ce ne soit Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley. «Le danger vient de la grande opacité […]


21 février 2017 à 9h52

En choeur pour la Messe québécoise dans les Beaches

La Toronto Beach Chorale en répétition.

Neuvième saison pour la Toronto Beach Chorale (TBC) qui se produira le 26 février à la Beach United Church sur l’avenue Wineva. Cette chorale communautaire mixte, d’une soixantaine de membres, est composée de passionnés de chant choral classique et souhaite, lors de l’événement de dimanche prochain, célébrer la fin de l’hiver. C’est aussi à l’occasion du 150e […]


21 février 2017 à 9h51

Le spectacle de l’arbre pour nos jeunes pousses

Le spectacle de l'arbre privilégie le contact avec les enfants.

La production montréalaise Scene from a Tree a pris racine cette semaine au Young People’s Theatre de Toronto. Destiné aux enfants de 18 mois à 4 ans, ce conte est une parenthèse enchantée dans la routine des petits, mais aussi de leurs parents. Dès leur entrée dans le studio du YPT, les enfants sont plongés dans une petite forêt. […]


21 février 2017 à 9h51

Un homme, une femme, un cheval…

Sascha Cole dans le rôle de Lily et Frédéric Lemay dans le rôle d'Ellery, dans Hroses.

 Bianka Giuristante est étudiante en journalisme à Toronto au collège d’arts appliqués La Cité. Deux mondes complètement différents. Deux langues différentes. Deux familles différentes. Une rivalité. Un homme. Une femme. Un cheval. Une seule histoire d’amour… C’est la trame de la pièce bilingue Hroses : Outrage à la raison, de la Torontoise Jill Connell, au petit théâtre Waterworks de […]


21 février 2017 à 9h50
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur