Un nouveau guide sur l’art de la rue de Toronto

Et de quatre pour notre chroniqueuse Nathalie Prézeau!

Magnifique murale collective autour du terrain de stationnement à 157 rue Beatrice, visible au dessus du Fish Store & Sandwiches (657 rue College).

Magnifique murale collective autour du terrain de stationnement à 157 rue Beatrice, visible au dessus du Fish Store & Sandwiches (657 rue College).


11 avril 2017 à 0h40

La ville a connu une telle explosion de murales depuis 2015 que Nathalie Prézeau n’a pu résister à l’appel. Elle vient de publier un troisième guide de marche, Toronto Street Art Strolls, consacré à l’art de la rue de Toronto.

C’est en fait son quatrième ouvrage, après le guide d’activités familiales Toronto Fun Places (réédité cinq fois de 1999 à 2011) et Toronto Urban Strolls… for girlfriends 1 et 2 (2011 et 2013).

Tout aussi enthousiaste pour sa ville d’adoption qu’elle ne l’était à son arrivée de Montréal il y a 25 ans, l’auteure, chroniqueuse occasionnelle à L’Express, a consacré la dernière année à explorer les œuvres majeures et leurs environs pour créer des circuits de marche mettant en vedette l’art de la rue sous toute ses formes.

Il en résulte des balades urbaines dans 43 quartiers de Toronto, illustrées de plus de 1100 photos. Toronto Street Art Strolls nous révèle une ville colorée et grouillante de créativité.

Toronto Street Art Strolls Nathalie Prezeau

Le pouvoir de l’art

Nathalie Prézeau se dit fascinée par le pouvoir de l’art pour transformer une ville et en accroître le potentiel piétonnier – leur «walkability» – un concept d’urbanisme qui vise à créer des villes où il fait bon marcher.

«L’art public redonne une vie à des coins oubliés», dit-elle. «Les piétons font inconsciemment un petit détour pour marcher dans les ruelles transformées en galeries d’art à ciel ouvert. Ils se mettent à fréquenter des chemins passant sous des viaducs autrefois déprimants.»

Quiconque a vécu l’expérience de découvrir une murale, là où il n’y avait auparavant qu’un mur laid, connaît le plaisir que procure les efforts d’embellissement d’un quartier.

«C’est d’ailleurs contagieux», remarque-t-elle. «Lorsqu’un bon artiste s’exécute dans un quartier, d’autres artistes du même calibre suivent. C’est pourquoi même si, de par sa nature, l’art de la rue est temporaire et les œuvres changent, les endroits répertoriés dans mon guide continueront longtemps d’être des vortex d’art de la rue.»

Cachez ce tag que je ne saurais voir

Pour L’Express, la chroniqueuse avait interviewé le graffiteur Pascal Paquette lors de son exposition à la Galerie Glendon en 2012, rencontre qui a semé la graine de son nouveau guide, confirme-t-elle. Elle en avait tiré un article expliquant les codes de l’art de la rue, pour lesquels il existe une hiérarchie en général respectée par les graffiteurs. En bref, on ne peint sur l’œuvre d’un collègue qu’avec une œuvre de maîtrise supérieure.

Le tag (signature en une couleur) est la forme d’expression la plus simple de l’art de la rue, celle contre laquelle se récrit l’opinion générale. Dans la communauté des graffiteurs, il est acceptable de faire un throw-up (sorte de grosses lettres gonflées) par dessus des tags.

Les ruelles de Chinatown et du Kensington Marquet sont des terres fertiles pour ce genre d’art. Les pièces (beaux graffiti plus élaborés illustrant des mots de façon indéchiffrable pour les non-initiés) peuvent supplanter tags et throw-up. Et finalement, les muralistes peuvent s’exécuter par-dessus tout le monde.

Il n’y a pas si longtemps (bonjour Rob Ford!), la Ville de Toronto se lançait dans une guerre aux graffitis en peignant sans distinction sur toute forme d’art de la rue (incluant des œuvres commissionnées par la Ville!). Elle opte maintenant pour une tactique gagnante pour tous, facilitant entre autre en la commission de murales sur des murs habituellement bardés de tags.

Nathalie Prézeau
Nathalie Prézeau

De l’humour à l’activisme

Il y en a pour tous les goûts dans l’art de la rue à l’honneur dans Toronto Street Art Strolls, depuis l’humour des clins d’oeil dans les petits recoins de ruelles ou dans le détail des murales (telles les petites grenades fofolles de Spud ou les Lovebots), en passant par les œuvres historiques de John Kuna qui habillent tout le Village of Islington, les murales ambitieuses de Christiano de Araujo dans le quartier gai de Church-Wellesley Village ou les personnages ancrés dans la communauté multiculturelle d’Elicser, qu’on trouve un peu partout dans la ville.

Les œuvres du couple muraliste Bruno Smoky et Shalak Attack sont des incontournables de Toronto. Nul défi ne semble trop petit ni trop gros pour ce duo. On les retrouve aussi bien dans les fonds de ruelle que sur les grands piliers de viaduc. C’est à eux qu’on doit entre autres la plus longue murale de Toronto, le long de l’avenue Lawrence Ouest dans North York, à l’ouest de la rue Caledonia.

Nathalie Prézeau, qui définit l’art de la rue dans un sens large, a choisi d’inclure l’art public extérieur dans son guide. Elle a également inclus une section sur des événements artistiques annuels de Toronto (Nuit blanche, Icefest…) et sur plusieurs sorties en dehors de la ville (Kleinburg, Penetang, Haliburton…), mettant de façon originale l’art au centre d’une balade.


Toronto Street Art Strolls est disponible en ligne chez Amazon, Indigo et sur www.torontofunplaces.com, ou en magasin chez Costco et dans plusieurs librairies et boutiques de cadeaux de Toronto.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Mi’kmaq et Acadiens: des amis de longue date

Grand-Pré est le lieu où se sont installés les premiers colons français et où s’est développée une union entre les Acadiens et les Mi’kmaq. Aujourd’hui, le site du festival annuel (en Nouvelle-Écosse sur la baie de Fundy) est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.
15 août: Fête nationale des Acadiens
En lire plus...

15 août 2017 à 15h48

Recensement: des erreurs à rectifier

ffdrapeaux
Le français en perte de vitesse au Canada: fausse nouvelle! Statistique Canada a promis de rectifier des erreurs dans son recensement 2016.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h30

Un deuxième album très attendu pour Patricia Cano

La chanteuse et comédienne Patricia Cano, née à Sudbury de parents péruviens.
Madre Amiga Hermana: ode à la féminité
En lire plus...

14 août 2017 à 14h29

Regent Park et Moss Park: ça va la santé?

Sondage sur les services de santé en français dans l'Est du centre-ville.
Sondage sur les besoins
En lire plus...

14 août 2017 à 14h29

Marchand Dessalines, haut lieu de l’indépendance d’Haïti

Rudolf Dérose devant le fort Décidé.
Une cité fortifiée derrière la vallée de l’Artibonite.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h28

Petite faute deviendra grande

Agatha Christie est l'auteure la plus populaire après la Bible et Shakespeare, avec deux milliards de livres vendus.
Les traductions de Google donnent souvent du charabia.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h27

Les conseils scolaires tâcheront de mieux gérer leurs autobus

autobus-scolaire
La rentrée scolaire avait été chaotique au TDSB et au TCDSB en septembre 2016.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h26

Ralentir le Parkinson en luttant contre le diabète

L’exénatide agit sur le foie... et le cerveau. (Photo: Kitsuney — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2hOGecQ)
Le Parkinson diminue la dopamine, ce qui fragilise les cellules nerveuses.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h25

L’ivoire de mammouth aussi peu recommandable que l’ivoire d’éléphant

Sculpture en ivoire exposée aux Nation-Unies. (Photo: Anthony Keys — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2vYbUlP)
Ls squelettes de mammouths se trouvent en majorité dans le permafrost de la Sibérie.
En lire plus...

Protéger Mars… de la Terre

Tersicoccus phoenicis, la bactérie découverte dans une salle blanche d'assemblage de la NASA en Floride et à Kourou en Amérique du Sud. (Photo: NASA)
Invasion terrestre plus probable qu'extra-terrestre
En lire plus...

14 août 2017 à 14h22

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur