Un homme, une femme, un cheval…

Une pièce bilingue sans sur-titres, juste pour ajouter un niveau de difficulté

Sascha Cole dans le rôle de Lily et Frédéric Lemay dans le rôle d'Ellery, dans Hroses.

Sascha Cole dans le rôle de Lily et Frédéric Lemay dans le rôle d'Ellery, dans Hroses.


21 février 2017 à 9h50
Cet article a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre La Cité et L’Express.
Cet article a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre La Cité et L’Express.

 Bianka Giuristante est étudiante en journalisme à Toronto au collège d’arts appliqués La Cité.


Deux mondes complètement différents. Deux langues différentes. Deux familles différentes. Une rivalité. Un homme. Une femme. Un cheval. Une seule histoire d’amour… C’est la trame de la pièce bilingue Hroses : Outrage à la raison, de la Torontoise Jill Connell, au petit théâtre Waterworks de la rue Richmond ouest du 22 février au 4 mars.

Hroses (prononcez «horses») fait référence au cheval, l’élément symbolique de la rencontre entre Lily et Ellery. Cette tragédie a des parties françaises et anglaises, sans sur-titres. Après l’avoir présentée à Montréal devant un public qui maîtrise souvent les deux langues, jouer cette pièce à Toronto, devant un auditoire majoritairement unilingue anglophone, représente un plus grand défi.

«D’après moi, c’est certain que les personnes qui ne parlent qu’anglais ne comprendront pas les parties d’Ellery, qui s’exprime seulement en français», admet Jill Connell, auteure et metteure en scène, en entrevue à L’Express. «Par contre, c’est ce que je trouve intéressant, puisque ça laisse place à leur propre interprétation. Je suis excitée de voir comment le public réagira.»

Jill Connell
Jill Connell

C’est d’ailleurs ce qui lui a donné l’idée de volontairement faire une faute d’orthographe dans le titre. «Les mots sont une façon d’exprimer l’expérience d’essayer de comprendre. Tout comme Ellery et Lily tentent de se comprendre sans parler la même langue; tout comme le public anglophone essaie de comprendre le français.»

Lily (interprétée par Sascha Cole) et Ellery (Frédéric Lemay) sont les deux seuls personnages de la pièce qui dure environ 90 minutes. C’est un très gros rôle et une très grande responsabilité pour les deux comédiens qui, selon Connell, font un travail exceptionnel. Elle permet aussi à ses acteurs de s’approprier la pièce et d’en faire des changements s’ils le sentent.

«C’est intéressant parce qu’ils sont complètement libres de changer certaines parties s’ils le désirent», continue la metteure en scène. «La pièce n’est jamais pareil de soir en soir.»

Le Waterworks n’est pas une salle traditionnelle. Hroses sera la première pièce de théâtre présentée à cet endroit, qui peut accueillir 60 personnes. La production doit créer son propre espace et ses propres décors, mais ça lui permet de créer son propre monde. Jill Connell veut «amener le public à un endroit où il n’aura pas d’attente».

Jill Connell a commencé à écrire le script de Hroses en 2009, pour ensuite commencer à travailler la traduction française avec Mireille Mayrand-Fiset. Pendant deux ans, des ateliers ont permis d’approfondir la pièce, qui a tourné à Ottawa et Edmonton, avant d’être présentée à Montréal et maintenant à Toronto.

À Edmonton, le critique de Gigcity a qualifié Hroses de «insensé et prétentieux», avertissant le public «qui aime les histoires cohérentes et les personnages dignes d’empathie» que ce n’est pas ce qu’on trouve ici. Plus prudent, le Cercle des critiques de la capitale (Ottawa) titre que Hroses «divise l’auditoire» et opine que «cette sorte de théâtre n’est pas pour tout le monde»…

HROSES

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

À la défense du «Right fiers!» des Jeux de Moncton-Dieppe

La musique était l'une des 13 disciplines culturelles, sportives et de leadership des JeuxFC 2017 pour les 13 à 18 ans à Moncton-Dieppe.
«Nos jeunes ont joué et échangé en français... Leur français.»
En lire plus...

20 juillet 2017 à 16h38

Colis haineux à la mosquée de Québec: «répugnant»

Philippe Couillard et Kathleen Wynne à la réunion d'Edmonton cette semaine.
La tuerie de janvier avait été précédée de gestes semblables.
En lire plus...

19 juillet 2017 à 13h22

Le fameux missile de la Corée du Nord: pas encore «nucléaire»?

bombe
Le dernier engin testé serait en mesure de toucher l'Alaska, l'Australie, l'Inde ou la Russie.
En lire plus...

19 juillet 2017 à 12h26

Rencontres francos sur Bell Fibe TV

Mylène Thériault dans Rencontres.
La série met à l’honneur la diversité de la culture francophone à Toronto.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h08

Il y a traductions et traductions

traduction
Dès que la phrase est plus métaphorique, les choses se compliquent.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h05

Brampton l’été: à découvrir

Le Wet’N’Wild Toronto a rouvert ses portes en juin avec de nouveaux jeux d’eau pour petits et grands. (Photos: Sandra Dorélas)
La 4e plus grande ville de l’Ontario!
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h04

Aylmer: l’Outaouais aux tendances historiques

Le fameux hôtel British sur la patrimoniale rue Principale du Vieux-Aylmer. (Photo: Maude Poulin)
On entend rarement parler d'Aylmer. C’est pourtant le secteur le plus beau et le plus historique de Gatineau.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h03

Planification des ressources: le logiciel qui pense à tout

erp
Sept raisons d’adopter un ERP pour votre organisation.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h02

Bonnes notes pour les robots à l’école

Nao le robot (Photo: Johannes Wienke — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2sS9ZtF)
Les élèves ont pris plaisir à faire chanter et danser un petit robot.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h01

Calder, forgeron d’art

CALDER, forgeron de géantes libellules, Gallimard/Musée Soulages, 2017, relié, 28x22 cm, 125 illustrations, 208 p.
À l’honneur au musée de Pierre Soulages près de Toulouse.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur