Un homme, une femme, un cheval…

Une pièce bilingue sans sur-titres, juste pour ajouter un niveau de difficulté

Sascha Cole dans le rôle de Lily et Frédéric Lemay dans le rôle d'Ellery, dans Hroses.

Sascha Cole dans le rôle de Lily et Frédéric Lemay dans le rôle d'Ellery, dans Hroses.


21 février 2017 à 9h50
Cet article a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre La Cité et L’Express.
Cet article a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre La Cité et L’Express.

 Bianka Giuristante est étudiante en journalisme à Toronto au collège d’arts appliqués La Cité.


Deux mondes complètement différents. Deux langues différentes. Deux familles différentes. Une rivalité. Un homme. Une femme. Un cheval. Une seule histoire d’amour… C’est la trame de la pièce bilingue Hroses : Outrage à la raison, de la Torontoise Jill Connell, au petit théâtre Waterworks de la rue Richmond ouest du 22 février au 4 mars.

Hroses (prononcez «horses») fait référence au cheval, l’élément symbolique de la rencontre entre Lily et Ellery. Cette tragédie a des parties françaises et anglaises, sans sur-titres. Après l’avoir présentée à Montréal devant un public qui maîtrise souvent les deux langues, jouer cette pièce à Toronto, devant un auditoire majoritairement unilingue anglophone, représente un plus grand défi.

«D’après moi, c’est certain que les personnes qui ne parlent qu’anglais ne comprendront pas les parties d’Ellery, qui s’exprime seulement en français», admet Jill Connell, auteure et metteure en scène, en entrevue à L’Express. «Par contre, c’est ce que je trouve intéressant, puisque ça laisse place à leur propre interprétation. Je suis excitée de voir comment le public réagira.»

Jill Connell
Jill Connell

C’est d’ailleurs ce qui lui a donné l’idée de volontairement faire une faute d’orthographe dans le titre. «Les mots sont une façon d’exprimer l’expérience d’essayer de comprendre. Tout comme Ellery et Lily tentent de se comprendre sans parler la même langue; tout comme le public anglophone essaie de comprendre le français.»

Lily (interprétée par Sascha Cole) et Ellery (Frédéric Lemay) sont les deux seuls personnages de la pièce qui dure environ 90 minutes. C’est un très gros rôle et une très grande responsabilité pour les deux comédiens qui, selon Connell, font un travail exceptionnel. Elle permet aussi à ses acteurs de s’approprier la pièce et d’en faire des changements s’ils le sentent.

«C’est intéressant parce qu’ils sont complètement libres de changer certaines parties s’ils le désirent», continue la metteure en scène. «La pièce n’est jamais pareil de soir en soir.»

Le Waterworks n’est pas une salle traditionnelle. Hroses sera la première pièce de théâtre présentée à cet endroit, qui peut accueillir 60 personnes. La production doit créer son propre espace et ses propres décors, mais ça lui permet de créer son propre monde. Jill Connell veut «amener le public à un endroit où il n’aura pas d’attente».

Jill Connell a commencé à écrire le script de Hroses en 2009, pour ensuite commencer à travailler la traduction française avec Mireille Mayrand-Fiset. Pendant deux ans, des ateliers ont permis d’approfondir la pièce, qui a tourné à Ottawa et Edmonton, avant d’être présentée à Montréal et maintenant à Toronto.

À Edmonton, le critique de Gigcity a qualifié Hroses de «insensé et prétentieux», avertissant le public «qui aime les histoires cohérentes et les personnages dignes d’empathie» que ce n’est pas ce qu’on trouve ici. Plus prudent, le Cercle des critiques de la capitale (Ottawa) titre que Hroses «divise l’auditoire» et opine que «cette sorte de théâtre n’est pas pour tout le monde»…

HROSES

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

La marijuana n’aurait jamais dû être illégale

marijuana-prison
Dans ses récentes communications, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a confirmé vouloir «légaliser, réglementer et restreindre» l’accès à la marijuana d’ici l’été 2018....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h30

Le «porte-parole de la Terre» à la TSF

Yann Arthus-Bertrand a visité le ravin de la TSF, un projet du club de l'environnement animé par Josette Bouchard.
Cette année, la célébration de la Semaine de la Terre a revêtu un éclat particulier et demeurera un événement dans la mémoire collective de...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h28

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur