Tout perdre et recommencer

El Angel à Mexico.

Au milieu des années 1980, Claudine, originaire de Québec, vivait à Mexico avec son conjoint Juan et leurs petits, Feliz et Sofia, nés dans la capitale mexicaine.

Peu de temps après le décès prématuré de son père, Claudine avait rapidement épousé son Mexicain en octobre 1979. Ils s’étaient rencontrés durant leurs études à l’Université Laval; elle en traduction et lui étudiant international en génie civil. La jeune femme, douée pour les langues, avait facilement intégré l’espagnol dans sa vie de tous les jours.

Six mois après leur mariage, Juan est retourné à Mexico où il a promptement obtenu un poste d’envergure.

Claudine l’a rejoint et donné naissance à leurs deux enfants en 1981 et 1983. Évoluant au sein de l’élite mexicaine, la Québécoise adorait son mode de vie mondain au cœur de Mexico, ville riche en arts et culture.

Jusqu’au jour où la capitale fut frappée par le gigantesque séisme du 19 septembre 1985. «Le tremblement de terre (de magnitude 8,2) a causé plus de 10 000 morts, 30 000 blessés et des dégâts monstrueux. Un décor hallucinant de fin du monde. J’ai cru que je ne reverrais jamais les miens», évoque Claudine.

Elle et ses enfants furent portés disparus pendant plusieurs jours. «J’ai pu finalement prendre contact avec ma mère à Québec grâce à l’aide de la Croix-Rouge mexicaine. On leur avait fait parvenir un avis de recherche via une de mes cousines qui œuvrait au siège de la Croix-Rouge canadienne à l’époque. Ma conversation avec maman était entrecoupée de pleurs. Je réclamais plus que tout le réconfort bienveillant du foyer familial. C’est alors que mes sentiments envers ma vie à Mexico ont sournoisement commencé à changer.»

Profondément bouleversée par les événements – beaucoup plus qu’elle ne le soupçonnait – Claudine ne pensait qu’à retourner chez sa mère avec ses bambins. Elle convainc Juan de les laisser partir en vacances à Québec; le temps de se remettre de leurs émotions et que se terminent les travaux de leur hacienda en grande partie démolie par la catastrophe.

«Au fond de moi, je savais déjà que je n’avais pas l’intention de revenir à Mexico. Je voulais dorénavant élever mes enfants hors de tout danger. La peur de mourir et de les perdre m’avait marquée au fer rouge», confie-t-elle.

Trois mois passent durant lesquels Juan visite sa petite famille à deux reprises. Claudine ne suggère aucune date de retour à Mexico tandis que la relation du couple s’affaiblit. À la fin du deuxième séjour de Juan, ils se quittent sur un ton agressif. Puis Juan rappelle Claudine en la rassurant tendrement. Il lui propose de revenir pour se réconcilier.

Partagée entre ses états de mère et d’épouse, Claudine laisse les enfants sortir seuls avec leur père par un bel après-midi ensoleillé de février 1986. Ils ne sont jamais revenus.

Dès son retour à Mexico, Juan obtient la garde légale de ses deux enfants qu’il a ramenés au pays sans obstacles.

Restée au Québec, Claudine se retrouve sans aucun recours juridique. Selon la loi mexicaine, ses enfants nés au Mexique sont soumis à l’autorité parentale exclusive de leur père. En outre, l’influente famille de Juan la menace de vengeance si elle tentait de revenir en terre mexicaine.

Durant plusieurs mois la jeune femme ne reçoit que des bribes de nouvelles de la part de son ex-conjoint. Finalement, en janvier 1988, il lui apprend que Feliz et Sofia vivent désormais avec lui, sa nouvelle partenaire mexicaine et leur fille qui vient de naître.

Aujourd’hui Claudine a 59 ans, elle est sur le point de se retraiter d’Air Canada. Pour oublier la cruelle absence de Feliz et Sofia, elle a vécu dans les airs durant plus de 25 ans. Elle s’est aussi mise à peindre, surtout des portraits d’anges.

En janvier 1990, lors d’une exposition d’arts à Toronto, Claudine a rencontré Alberto, un Ontarien d’origine italienne, conseiller en acquisition d’œuvres exclusives. Ils se sont mariés l’année suivante et ont eu des jumeaux, Alessandro et Catarina, puis une seconde fille, Evelina. La famille s’est établie à Cambridge, en Ontario.

Avec le temps, sa 2e famille, les voyages constants, la peinture, sa mère âgée, Claudine a dû renoncer au Mexique et pleinement embrasser sa nouvelle vie à l’italienne. Elle a pu revoir Feliz et Sofia mais trop tard.

Devenus Mexicains jusqu’au bout des doigts, ils ne se sont pas reconnus dans la culture canadienne. Ils restent en contact avec leur mère bio épisodiquement. Le temps d’un après-désastre Claudine a quitté sa première vie, tandis que Juan n’a jamais regretté d’avoir écourté la sienne au Canada.

Bientôt sexagénaire, Claudine profite de ses avantages avec Air Canada pour se balader outre-mer avec Alberto et leurs enfants. Elle continue de vendre avec succès les peintures de ses chérubins perdus…

* * *

Cette chronique est une série de petites histoires tirées de mon imaginaire et de faits vécus, dont j’ai été témoin au cours de mon long chapitre de vie parmi le monde des expatriés et des immigrants. Un fil invisible relie ces gens de partout selon les époques, les lieux, les événements, les identités et les sentiments qu’ils ont traversés. – Annik Chalifour

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Deux écoles élémentaires catholiques ajoutent le secondaire et des programmes spécialisés

Croquis représentant la nouvelle école élémentaire-secondaire catholique de Peterborough.

Deux écoles élémentaires du Conseil de district catholique Centre-Sud (CSDCCS), Monseigneur-Jamot à Peterborough et Pape-François à Stouffville, accueilleront dès septembre des cohortes d’élèves de la 7e, 8e et 9e année, et ajouteront progressivement des niveaux jusqu’en 12e, pour devenir des écoles élémentaires-secondaires. C’est actuellement le cas de seulement 2 des 58 écoles du CSDCCS (16 […]


24 mars 2017 à 15h04

Le «Quebec bashing» de Maclean’s: plus grave qu’un pet de cerveau

macleans

Andrew Potter, l’auteur d’un article dans le magazine Maclean’s dénigrant la moralité des Québécois, qui a provoqué un tollé de protestations sur la place publique, jusqu’au bureau du premier ministre Philippe Couillard, s’est rapidement excusé sur Facebook, puis a démissionné cette semaine de sa chaire d’études canadiennes de l’Université McGill… maintenant accusée dans certains milieux […]


24 mars 2017 à 12h56

Décès du journaliste Adrien Cantin

Adrien Cantin

Journaliste, éditorialiste, animateur, grand communicateur, Adrien Cantin s’est éteint le 22 mars à l’âge de 68 ans. Il aura marqué la scène médiatique franco-ontarienne par son approche toujours franche et directe, notamment au journal Le Droit et à l’antenne de TFO. «Souffrant d’un double cancer des poumons et de la gorge, M. Cantin était hospitalisé […]


24 mars 2017 à 10h06

Le 2e budget Morneau: grand parleur…

Le ministre Bill Morneau place le budget fédéral sous le signe de la formation et de l'innovation.

D’abord les chiffres. De nos jours, ils sont presque superflus, voire encombrants, dans les discours annuels du budget comme celui que vient de livrer le ministre fédéral Bill Morneau, «la prochaine étape du plan à long terme du gouvernement pour créer des emplois et renforcer la classe moyenne»… En 2017-18, le gouvernement canadien se propose […]


23 mars 2017 à 18h01

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur