Sept nouvelles finement ciselées

Alain Bernard Marchand, Sept vies, dix-sept morts, nouvelles, Montréal, Éditions Les Herbes rouges, 2017, 208 pages, 20,95 $.

Alain Bernard Marchand, Sept vies, dix-sept morts, nouvelles, Montréal, Éditions Les Herbes rouges, 2017, 208 pages, 20,95 $.


3 avril 2017 à 23h30

J’aime lire des recueils de nouvelles relativement courtes. Je commence presque toujours par la moins longue. Or, Alain Bernard Marchand vient de publier Sept vies, dix-sept morts, un recueil de sept nouvelles de vingt à trente pages chacune. Il a néanmoins réussi à me séduire, à la fois par ses personnages bien campés et par son style finement ciselé.

Le titre indique qu’il est question de vie et de mort. Comme je viens moi-même de publier un récit sur vivre et mourir dans la dignité, je me suis senti particulièrement interpellé par les propos de Marchand.

La première nouvelle dresse le décor d’un mémorial, d’une célébration de la vie à laquelle sont conviés neuf amis du disparu. La dernière nouvelle se termine par la mort d’un frère qui était une minute cinquante-sept secondes plus vieux que son jumeau, trois secondes de moins que l’écart entre ma sœur jumelle et moi.

En conviant ses amis à son prochain mémorial, l’homme précise que «Vous êtes dans mon ADN et m’avez défini beaucoup plus que la maladie qui m’empêchera de vous revoir. Invoquer mes premiers souvenirs de vous, c’est refuser que la photo d’écoliers s’efface d’usure.»

Alain Bernard Marchand.
Alain Bernard Marchand.

L’auteur a été fonctionnaire dans le domaine des communications. Il connaît le tabac, comme on dit, puisqu’il écrit que les fonctionnaires sont «des travailleurs rompus au fonctionnement ou résorbés dans une fonction». Alain Bernard Marchand a eu la fonction d’écrire des discours, comme l’un de ses personnages. Words, words, words, pour reprendre une réplique dans Hamlet. Le patron prononce «des discours qu’on a rédigés pour lui et cite des livres qu’on a lus pour lui».

Les sept nouvelles mettent en scène un conservateur de documents anciens, le fils d’un opposant à la dictature des colonels en Grèce, un distributeur de courrier dans une tour de bureaux, un étudiant en proie au Stamboul Blues, un joggeur qui découvre un cadavre, un cinéphile captivé par une bande-annonce et deux frères nés à une minute cinquante-sept secondes d’écart. Qu’ont-ils en commun? Une filiation… par le sang, par le goût ou par le tempérament.

Alain Bernard Marchand est un homme d’une culture générale étendue. Cela se reflète dans son style, dans certaines comparaisons par exemple. Il écrit qu’un mystère est «aussi impénétrable que les rites de Dionysos dans la Grèce antique», qu’un train est «sorti tout droit d’un film de Jacques Tati», que deux vies étaient «aussi éloignées l’une de l’autre que la Grande Ourse de la Croix du Sud», ou encore qu’il a envoyé une carte «du théâtre d’Éphèse où Saint Paul avait prêché». Et tout cela dans la même nouvelle!

Alain Bernard Marchand est né à Shawinigan, a grandi sur les rives du lac Huron et vit à Ottawa. Son essai Tintin au pays de la ferveur lui a valu le prix Trillium et ses Chants d’un autre siècle le Prix de poésie Radio-Canada.

Il pourrait bien remporter un prix avec Sept vies, dix-sept morts. Ce recueil est une profonde réflexion sur la place de choix qu’occupe l’infiniment petit dans la grandeur de nos vies.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’école Georges-Étienne-Cartier bouclée

eec-georges-etienne-cartier
L’école élémentaire catholique Georges-Étienne-Cartier a été bouclée vers 13 h 25 mardi, à cause de la présence d’un homme armé dans les environs.
En lire plus...

23 mai 2017 à 16h53

Un cabaret en plein air pour la 7e édition de Franco-Fierté

franco-fierte
FrancoQueer, l’organisme ontarien francophone «par et pour» les personnes LGBTQ, prépare la 7e édition de son festival Franco-Fierté, qui comprendra une demi-douzaine d’activités entre le...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h27

Ambiance jazz pour la chanson française

Suzie Bisaillon, Cyril Mignotet et Noémi Parenteau-Comfort.
Ce dimanche 14 mai, au Local Gest rue Parliament, se produisait le tout nouveau groupe Ambiance The Band, spécialisé dans la chanson française, réunissant Cyril...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h18

Une interprétation très libre du Petit Prince

Jonathan Séguin (le Petit Prince) et Sandra Uhlrich (le renard).
Une centaine d’élèves de l’école secondaire catholique Saint Frère-André, à Toronto, ont offert une adaptation libre et contemporaine des textes du roman Le Petit Prince...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h17

Une nouvelle appli de Parcs Canada pour découvrir le pays

application parcs canada
À l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération, Parcs Canada lance une toute nouvelle application mobile pour permettre aux voyageurs de préparer leur voyage...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Un diplôme honorifique du Collège Boréal à Dada Gasirabo

Dada Gasirabo
Le Collège Boréal conférera un diplôme honorifique en Affaires et services communautaires à la directrice générale d’Oasis Centre des femmes à Toronto, Mme Dada...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Remaniements aux directions des écoles de Viamonde

Des cadres du Conseil scolaire Viamonde avec (à l'avant au centre, costume bleu) Martin Bertrand, le directeur de l'Éducation.
Plusieurs directions et directions adjointes d’écoles du Conseil scolaire Viamonde relèveront de nouveaux défis lors de la prochaine l’année scolaire. L’ouverture des nouvelles écoles...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h15

Beau Dommage et Stéphane Venne au Panthéon

Beau Dommage
Le groupe Beau Dommage et l’auteur-compositeur Stéphane Venne font partie des artistes qui seront intronisés cette année au Panthéon des auteurs-compositeurs canadiens. Ils seront...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h14

Quand un mot innu devient une phrase en français

Anne-Marie Proulx
La jeune artiste Anne-Marie Proulx a parcouru une grande partie du Grand Nord québécois, dans le territoire du Nitassinan où vivent les Innus, intéressée d’abord...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h13

Visite de parlementaires marocains

La délégation de parlementaires marocains devant l'Assemblée législative de l'Ontario.
Une demi-douzaine de parlementaires marocains étaient de passage à Montréal et Toronto la semaine dernière, pour discuter d’échanges économiques et culturels avec nos gouvernements...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h12

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur