Sept nouvelles finement ciselées

Alain Bernard Marchand, Sept vies, dix-sept morts, nouvelles, Montréal, Éditions Les Herbes rouges, 2017, 208 pages, 20,95 $.

Alain Bernard Marchand, Sept vies, dix-sept morts, nouvelles, Montréal, Éditions Les Herbes rouges, 2017, 208 pages, 20,95 $.


3 avril 2017 à 23h30

J’aime lire des recueils de nouvelles relativement courtes. Je commence presque toujours par la moins longue. Or, Alain Bernard Marchand vient de publier Sept vies, dix-sept morts, un recueil de sept nouvelles de vingt à trente pages chacune. Il a néanmoins réussi à me séduire, à la fois par ses personnages bien campés et par son style finement ciselé.

Le titre indique qu’il est question de vie et de mort. Comme je viens moi-même de publier un récit sur vivre et mourir dans la dignité, je me suis senti particulièrement interpellé par les propos de Marchand.

La première nouvelle dresse le décor d’un mémorial, d’une célébration de la vie à laquelle sont conviés neuf amis du disparu. La dernière nouvelle se termine par la mort d’un frère qui était une minute cinquante-sept secondes plus vieux que son jumeau, trois secondes de moins que l’écart entre ma sœur jumelle et moi.

En conviant ses amis à son prochain mémorial, l’homme précise que «Vous êtes dans mon ADN et m’avez défini beaucoup plus que la maladie qui m’empêchera de vous revoir. Invoquer mes premiers souvenirs de vous, c’est refuser que la photo d’écoliers s’efface d’usure.»

Alain Bernard Marchand.
Alain Bernard Marchand.

L’auteur a été fonctionnaire dans le domaine des communications. Il connaît le tabac, comme on dit, puisqu’il écrit que les fonctionnaires sont «des travailleurs rompus au fonctionnement ou résorbés dans une fonction». Alain Bernard Marchand a eu la fonction d’écrire des discours, comme l’un de ses personnages. Words, words, words, pour reprendre une réplique dans Hamlet. Le patron prononce «des discours qu’on a rédigés pour lui et cite des livres qu’on a lus pour lui».

Les sept nouvelles mettent en scène un conservateur de documents anciens, le fils d’un opposant à la dictature des colonels en Grèce, un distributeur de courrier dans une tour de bureaux, un étudiant en proie au Stamboul Blues, un joggeur qui découvre un cadavre, un cinéphile captivé par une bande-annonce et deux frères nés à une minute cinquante-sept secondes d’écart. Qu’ont-ils en commun? Une filiation… par le sang, par le goût ou par le tempérament.

Alain Bernard Marchand est un homme d’une culture générale étendue. Cela se reflète dans son style, dans certaines comparaisons par exemple. Il écrit qu’un mystère est «aussi impénétrable que les rites de Dionysos dans la Grèce antique», qu’un train est «sorti tout droit d’un film de Jacques Tati», que deux vies étaient «aussi éloignées l’une de l’autre que la Grande Ourse de la Croix du Sud», ou encore qu’il a envoyé une carte «du théâtre d’Éphèse où Saint Paul avait prêché». Et tout cela dans la même nouvelle!

Alain Bernard Marchand est né à Shawinigan, a grandi sur les rives du lac Huron et vit à Ottawa. Son essai Tintin au pays de la ferveur lui a valu le prix Trillium et ses Chants d’un autre siècle le Prix de poésie Radio-Canada.

Il pourrait bien remporter un prix avec Sept vies, dix-sept morts. Ce recueil est une profonde réflexion sur la place de choix qu’occupe l’infiniment petit dans la grandeur de nos vies.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

La marijuana n’aurait jamais dû être illégale

marijuana-prison
Dans ses récentes communications, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a confirmé vouloir «légaliser, réglementer et restreindre» l’accès à la marijuana d’ici l’été 2018....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h30

Le «porte-parole de la Terre» à la TSF

Yann Arthus-Bertrand a visité le ravin de la TSF, un projet du club de l'environnement animé par Josette Bouchard.
Cette année, la célébration de la Semaine de la Terre a revêtu un éclat particulier et demeurera un événement dans la mémoire collective de...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h28

Niagara Falls: l’école NDJ célèbre son 25e

Marquis Charrette, directeur de l’école Notre-Dame-de-la-Jeunesse, Roxanne Rees, présidente du conseil d’école, Anik Gagnon, surintendante de l’éducation, Melinda Chartrand, présidente du Conseil, Jean Chartrand, directeur fondateur de l’école, Kim Craitor et Victor Pietrangelo, conseillers municipaux à  Niagara Falls, Père William Derousie, curé de la Paroisse Saint-Antoine.
Plusieurs membres de la communauté scolaire de l’école élémentaire catholique Notre-Dame-de-la-Jeunesse à Niagara Falls se sont rassemblés ce vendredi 21 avril pour célébrer son...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h27

PanTech 2017 : nos jeunes au camp techno de Microsoft

Des jeunes dans leur élément.
Une centaine d’élèves de 6e année provenant des écoles élémentaires des Quatre-Rivières (Orangeville), Horizon-Jeunesse (Mississauga), Carrefour des jeunes (Brampton) et Félix-Leclerc (Toronto) ont participé...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h27

Une guerre nucléaire toujours possible?

Explosion nucléaire (Photo: The Official CTBTO Photostream - Flickr)
En lice pour le titre le plus déprimant de l’année: des experts contemplent la possibilité d’une guerre nucléaire. En décembre dernier, lors d’un colloque à Santa...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h26

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur