Roman des années sida et récit d’un monstre contre nature

Tim Murphy, L’immeuble Christodora, roman traduit de l’anglais par Jérôme Schmidt, Paris, Éditions Plon, coll. Feux croisés, 2017, 448 pages, 32,95 $.
Jeanine Maes, À l’autre bout de ma vie, récit, Nantes, Éditions Amalthée, 2016, 164 pages, 27,95 $.

Tim Murphy, L’immeuble Christodora, roman traduit de l’anglais par Jérôme Schmidt, Paris, Éditions Plon, coll. Feux croisés, 2017, 448 pages, 32,95 $. Jeanine Maes, À l’autre bout de ma vie, récit, Nantes, Éditions Amalthée, 2016, 164 pages, 27,95 $.

En 2018, le journaliste new-yorkais Tim Murphy a publié un premier roman, Christodora, qui a reçu un accueil dithyrambique. Le New York Times parle d’«un talent incroyable». La version française à paru en janvier 2017 sous le titre L’immeuble Christodora. Attendez-vous à une lecture déstabilisante.

Tim Murphy
Tim Murphy

Les chapitres sont comme des cartes qui ont été brassées et étalées à la queue leu leu. On passe de 1997 à 2012 puis à 1992 et ainsi de suite. Je veux bien croire qu’un romancier a droit à sa créativité, mais pourquoi s’acharner à confondre son lectorat?

Le personnage principal ou protagoniste de ce roman est le sida. En 1981, on parle du sarcome de Kaposi. Un septième cas en un mois, presque tous dans la communauté homosexuelle, fait dire à certains qu’il y a «trop de disco ou de nitrites ou de sexe ou je ne sais pas».

Hector, un activiste important dans la recherche contre le sida, carbure à la crystal meth, quand ce n’est pas à l’héroïne. «Tu viens de me faire découvrir comment je vais réussir à supporter le restant de mon existence.»

En 1989, le médicament AZT ne suffit pas. Les sidéens qui ne connaissaient rien en science peuvent maintenant lire des rapports de médecins et participer à des réunions hautement spécialisées. On revendique «une définition du sida qui inclurait les symptômes propres aux femmes».

Les pires années sida, durant le premier mandat de Bill Clinton, avaient été habitées par la maladie et la mort presque immédiate. «La tristesse de la perte se mélangeait confusément avec l’espoir de jours meilleurs».

En 1997, après quinze années de mort et de nouveaux médicaments, les gens commencent à aller mieux et «arrêtent de ressembler à des cadavres». Ils n’ont plus peur de mourir et veulent à nouveau s’occuper de leurs enfants.

J’aurais personnellement élagué allègrement dans ce roman où on passe beaucoup de temps à se shooter, à baiser, à être constamment extatique. L’immeuble Christodora sera adapté en mini-série par le créateur de True Detective.

À l’autre bout de ma vie

Née en 1940 d’une famille flamande et arrivée au Québec en 1960, Jeanine Maes raconte sa difficile insertion dans une société «où tous se croient le droit de me déguiser de ma vraie nature». Dans À l’autre bout de ma vie, elle raconte comment elle se marie pour quitter sa famille et son plat pays. Lorsque le conjoint découvre les amours saphiques de son épouse, il l’a fait interner à l’Hôpital psychiatrique Saint-Jean-de-Dieu.

Jeanine Maes
Jeanine Maes

Pendant sept mois, Jeanine est traitée comme une folle. «La porte sur ma liberté était cadenassée. Ce lieu sinistre était en train de m’assassiner.»

Les médecins prétendent que c’est l’amour interdit qui rend la jeune femme malade, qui explique qu’elle ne s’appartient plus. Nous sommes en 1962 et les amours saphiques sont une abomination. «J’étais un monstre contre nature.»

La jeune femme réussit à passer à travers son calvaire de cinq mois à Saint-Jean-de-Dieu grâce à une garde-malade qui la soutient, qui lui apporte un espoir de vivre. Le mari va finalement signer le document autorisant sa sortie de l’enfer.

Le roman est écrit de façon saccadée. Presque chaque phrase est un paragraphe. Voici un exemple:

«La vie nocturne m’avait dans ses entrailles.

«Déjà je portais en moi cette cicatrice d’un amour interdit.

«J’avais perdu trop de temps à faire semblant de vivre, seule dans ma névrose.»

À l’autre bout de ma vie est le récit d’une époque où une personne traquée par des interdits se trouvait «du mauvais côté de la nature».

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Deux écoles élémentaires catholiques ajoutent le secondaire et des programmes spécialisés

Croquis représentant la nouvelle école élémentaire-secondaire catholique de Peterborough.

Deux écoles élémentaires du Conseil de district catholique Centre-Sud (CSDCCS), Monseigneur-Jamot à Peterborough et Pape-François à Stouffville, accueilleront dès septembre des cohortes d’élèves de la 7e, 8e et 9e année, et ajouteront progressivement des niveaux jusqu’en 12e, pour devenir des écoles élémentaires-secondaires. C’est actuellement le cas de seulement 2 des 58 écoles du CSDCCS (16 […]


24 mars 2017 à 15h04

Le «Quebec bashing» de Maclean’s: plus grave qu’un pet de cerveau

macleans

Andrew Potter, l’auteur d’un article dans le magazine Maclean’s dénigrant la moralité des Québécois, qui a provoqué un tollé de protestations sur la place publique, jusqu’au bureau du premier ministre Philippe Couillard, s’est rapidement excusé sur Facebook, puis a démissionné cette semaine de sa chaire d’études canadiennes de l’Université McGill… maintenant accusée dans certains milieux […]


24 mars 2017 à 12h56

Décès du journaliste Adrien Cantin

Adrien Cantin

Journaliste, éditorialiste, animateur, grand communicateur, Adrien Cantin s’est éteint le 22 mars à l’âge de 68 ans. Il aura marqué la scène médiatique franco-ontarienne par son approche toujours franche et directe, notamment au journal Le Droit et à l’antenne de TFO. «Souffrant d’un double cancer des poumons et de la gorge, M. Cantin était hospitalisé […]


24 mars 2017 à 10h06

Le 2e budget Morneau: grand parleur…

Le ministre Bill Morneau place le budget fédéral sous le signe de la formation et de l'innovation.

D’abord les chiffres. De nos jours, ils sont presque superflus, voire encombrants, dans les discours annuels du budget comme celui que vient de livrer le ministre fédéral Bill Morneau, «la prochaine étape du plan à long terme du gouvernement pour créer des emplois et renforcer la classe moyenne»… En 2017-18, le gouvernement canadien se propose […]


23 mars 2017 à 18h01

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur