Roman des années sida et récit d’un monstre contre nature

Tim Murphy, L’immeuble Christodora, roman traduit de l’anglais par Jérôme Schmidt, Paris, Éditions Plon, coll. Feux croisés, 2017, 448 pages, 32,95 $.
Jeanine Maes, À l’autre bout de ma vie, récit, Nantes, Éditions Amalthée, 2016, 164 pages, 27,95 $.

Tim Murphy, L’immeuble Christodora, roman traduit de l’anglais par Jérôme Schmidt, Paris, Éditions Plon, coll. Feux croisés, 2017, 448 pages, 32,95 $. Jeanine Maes, À l’autre bout de ma vie, récit, Nantes, Éditions Amalthée, 2016, 164 pages, 27,95 $.


13 mars 2017 à 22h02

En 2018, le journaliste new-yorkais Tim Murphy a publié un premier roman, Christodora, qui a reçu un accueil dithyrambique. Le New York Times parle d’«un talent incroyable». La version française à paru en janvier 2017 sous le titre L’immeuble Christodora. Attendez-vous à une lecture déstabilisante.

Tim Murphy
Tim Murphy

Les chapitres sont comme des cartes qui ont été brassées et étalées à la queue leu leu. On passe de 1997 à 2012 puis à 1992 et ainsi de suite. Je veux bien croire qu’un romancier a droit à sa créativité, mais pourquoi s’acharner à confondre son lectorat?

Le personnage principal ou protagoniste de ce roman est le sida. En 1981, on parle du sarcome de Kaposi. Un septième cas en un mois, presque tous dans la communauté homosexuelle, fait dire à certains qu’il y a «trop de disco ou de nitrites ou de sexe ou je ne sais pas».

Hector, un activiste important dans la recherche contre le sida, carbure à la crystal meth, quand ce n’est pas à l’héroïne. «Tu viens de me faire découvrir comment je vais réussir à supporter le restant de mon existence.»

En 1989, le médicament AZT ne suffit pas. Les sidéens qui ne connaissaient rien en science peuvent maintenant lire des rapports de médecins et participer à des réunions hautement spécialisées. On revendique «une définition du sida qui inclurait les symptômes propres aux femmes».

Les pires années sida, durant le premier mandat de Bill Clinton, avaient été habitées par la maladie et la mort presque immédiate. «La tristesse de la perte se mélangeait confusément avec l’espoir de jours meilleurs».

En 1997, après quinze années de mort et de nouveaux médicaments, les gens commencent à aller mieux et «arrêtent de ressembler à des cadavres». Ils n’ont plus peur de mourir et veulent à nouveau s’occuper de leurs enfants.

J’aurais personnellement élagué allègrement dans ce roman où on passe beaucoup de temps à se shooter, à baiser, à être constamment extatique. L’immeuble Christodora sera adapté en mini-série par le créateur de True Detective.

À l’autre bout de ma vie

Née en 1940 d’une famille flamande et arrivée au Québec en 1960, Jeanine Maes raconte sa difficile insertion dans une société «où tous se croient le droit de me déguiser de ma vraie nature». Dans À l’autre bout de ma vie, elle raconte comment elle se marie pour quitter sa famille et son plat pays. Lorsque le conjoint découvre les amours saphiques de son épouse, il l’a fait interner à l’Hôpital psychiatrique Saint-Jean-de-Dieu.

Jeanine Maes
Jeanine Maes

Pendant sept mois, Jeanine est traitée comme une folle. «La porte sur ma liberté était cadenassée. Ce lieu sinistre était en train de m’assassiner.»

Les médecins prétendent que c’est l’amour interdit qui rend la jeune femme malade, qui explique qu’elle ne s’appartient plus. Nous sommes en 1962 et les amours saphiques sont une abomination. «J’étais un monstre contre nature.»

La jeune femme réussit à passer à travers son calvaire de cinq mois à Saint-Jean-de-Dieu grâce à une garde-malade qui la soutient, qui lui apporte un espoir de vivre. Le mari va finalement signer le document autorisant sa sortie de l’enfer.

Le roman est écrit de façon saccadée. Presque chaque phrase est un paragraphe. Voici un exemple:

«La vie nocturne m’avait dans ses entrailles.

«Déjà je portais en moi cette cicatrice d’un amour interdit.

«J’avais perdu trop de temps à faire semblant de vivre, seule dans ma névrose.»

À l’autre bout de ma vie est le récit d’une époque où une personne traquée par des interdits se trouvait «du mauvais côté de la nature».

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Une série télé peut inciter des jeunes à se suicider?

thirteen_reasons_why
Depuis quelques jours, les médias multiplient les articles sur la série télévisée américaine 13 Reasons Why qui, diffusée sur Netflix, aborde la thématique du suicide...
En lire plus...

28 avril 2017 à 9h01

Une lumière céleste appelée Steve

Capture d'écran de la vidéo de Science and More: "Meet Steve: Scientists, Aurora enthusiasts find a new mysterious light in the night sky" - http://bit.ly/2oQ5QFp
Est-ce une aurore boréale? Non, c’est Steve. C’est le nom très peu poétique qui a été donné à un mystérieux «ruban» de lumière qui...
En lire plus...

28 avril 2017 à 8h36

Élaine Legault et Katherine Levac en lice pour un Saphir

saphir
Élaine Legault, la directrice générale du Conseil des organismes francophones de la région de Durham, ainsi que l’humoriste de l’Est ontarien Katherine Levac, figurent...
En lire plus...

26 avril 2017 à 13h14

Alain Dupuis passe du RÉFO à la FCFA

Alain Dupuis, désormais à la FCFA, et Steven Ogden, nouveau DG du RÉFO.
La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada a un nouveau directeur général, Alain Dupuis, bien connu notamment pour son engagement au...
En lire plus...

26 avril 2017 à 13h05

Décès de l’écrivain Michel Dallaire

Michel Dallaire
Le poète et romancier franco-ontarien Michel Dallaire s’est éteint à l’âge de 60 ans ce mardi 25 avril. Auteur de plusieurs œuvres – poèmes,...
En lire plus...

26 avril 2017 à 11h30

Le spectacle des jeunes Français sur Étienne Brûlé, c’est samedi soir!

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.
La trentaine de collégiens français de la banlieue est de Paris, qui ont monté un spectacle musical sur notre coureur des bois Étienne-Brûlé, sont...
En lire plus...

26 avril 2017 à 9h19

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur