Quand la BD graphique devient biographique

Au festival Toronto Comic Arts et à l’AFT

Planche de la BD Je suis top, de Sandrine Revel

Planche de la BD Je suis top, de Sandrine Revel


15 mai 2017 à 11h31

Même si la représentation de la femme a évolué dans la bande dessinée – on est passée de ménagère stéréotypée à des héroïnes – il y a un nouveau combat aujourd’hui: la visibilité des femmes auteures de BD.

Selon la bédéiste Sandrine Revel, qui participait ce week-end au Toronto Comics Arts Festival à la Bibliothèque de référence, «les femmes sont presque aussi peu représentées en BD que dans l’armée»!

Cette dessinatrice française originaire de Bordeaux était aussi de passage à l’Alliance française de Toronto le 11 mai avec son compatriote Marcelino Truong ainsi que James Albon, bédéiste francophile originaire du Royaume-Uni.

La rencontre-discussion était placée sous l’égide du réseau Eunic (Instituts culturels nationaux de l’Union européenne).

Planche de Glenn Gould: une vie à contretemps, de Sandrine Revel
Planche de Glenn Gould: une vie à contretemps, de Sandrine Revel

Fascinée par Glenn Gould

Sandrine Revel est attirée par des artistes «extraordinaires» et ayant eu des parcours de vie captivants.

Dans son roman graphique/biographique Glenn Gould: une vie à contretemps, pour lequel elle a reçu le prix Artémisia, elle s’est chargée de représenter l’homme et le musicien canadien, «pianiste de génie qui a un jour tout arrêté».

«Il voulait se concentrer à la composition et non à la prestation sur scène.» Sandrine a toujours rêvé de piano, elle considère avoir toujours eu une attache avec le Canada. Elle s’intéresse aux icônes, aux personnes de grand talent. Glenn Gould était «un homme de l’ombre et un perfectionniste». Elle qualifie l’homme de «mystérieux, qui vivait intensément la musique, presque à en oublier de vivre». Elle humanise l’artiste en quête d’extase, qui méritait d’être connu en France.

Sandrine Revel est en nomination aux prochains Eisner Awards qui récompensent les BD sorties aux États-Unis. Son prochain album biographique raconte l’incroyable vie de Tom Thompson, icône de la peinture canadienne, dont la mort tragique reste encore un mystère.

Marcelino Truong documentariste

Né aux Philippines d’un père diplomate vietnamien, Marcelino Truong illustre sa vie d’enfant entre 1961 et 1963 dans son œuvre Une si jolie petite guerre.

Marcelino Truong. (Photo: bedetheque.com)
Marcelino Truong. (Photo: bedetheque.com)

Ayant vécu aux États-Unis, c’est suite à l’assassinat de J.F. Kennedy que sa famille sera appelée à vivre à Saigon, puis à Londres. «J’avais 3 ans, c’était en juillet 1961 que nous sommes arrivés au Vietnam, et les conditions étaient déjà très difficiles.»

«C’est grâce aux lettres de ma mère que j’ai pu reconstituer mes souvenirs et la chronologie de notre vie là-bas», explique Marcelino: «les jeux d’enfants avec mon frère et mes sœurs, la vie de couple de mes parents à travers mon regard d’enfant, le travail de mon père».

Son œuvre prend des allures de documentaire historico-politique quand son regard d’adulte offre des repères historiques.

Une si jolie petite guerre «est un titre contradictoire, comme un oxymore. La guerre ne faisait que 1000 morts par mois à ce moment-là. En 1972, nous atteignons les 35 000 morts, uniquement militaires.»

Récompensé par le New York Times, Mother Jones et Kirkus, la suite, Saigon Calling: London 1963-75 sera publiée à l’automne 2017.

Her Bark and Her Bite, de James Albon
Her Bark and Her Bite, de James Albon

James Albon aime les méchantes

James Albon, qui a notamment réalisé des illustrations pour de nombreux médias tels que le Guardian, le Financial Times ou le Wall Street Journal, s’est toujours intéressé au thème de la femme et aux rôles des méchantes.

Dans son œuvre Her Bark and Her Bite, son personnage phare Pénélope semble représenter ces caractéristiques, notamment avec sa chevelure haute et électrisante.

La création de son œuvre féminine est influencée par les femmes qui l’entourent. «Les expériences racontées sont celles de mes amies; ce sont aussi des histoires qui leur sont arrivées.»

D’après lui, «les femmes doivent travailler plus dur que les hommes, et reproduire cet élément était aussi un défi pour moi qui est un homme». Lorsqu’il dessine, le physique de ces femmes est primordial, il lui faut le comprendre pour parler d’elles. Le bédéiste avoue: «je veux sentir le corps, je dois le jouer et imiter moi-même la démarche.»

La majeure partie des illustrations et bandes dessinées de Sandrine Revel mettent aussi en scène les femmes. Il est souvent question du corps: «je dessine ce que je suis, ce que je n’aime pas, pas de personnages trop sexy», comme dans Je suis top. Dans Résurgence, elle pointe du doigt les inégalités et le sexisme en France.

Sur la scène de l'AFT: Sandrine Revel, James Albon et Charlotte Groult, chargée de mission pour le livre et le débat d’idées, pour le Consulat général de France à Toronto.
Sur la scène de l’AFT: Sandrine Revel, James Albon et Charlotte Groult, chargée de mission pour le livre et le débat d’idées, pour le Consulat général de France à Toronto.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’école Georges-Étienne-Cartier bouclée

eec-georges-etienne-cartier
L’école élémentaire catholique Georges-Étienne-Cartier a été bouclée vers 13 h 25 mardi, à cause de la présence d’un homme armé dans les environs.
En lire plus...

23 mai 2017 à 16h53

Un cabaret en plein air pour la 7e édition de Franco-Fierté

franco-fierte
FrancoQueer, l’organisme ontarien francophone «par et pour» les personnes LGBTQ, prépare la 7e édition de son festival Franco-Fierté, qui comprendra une demi-douzaine d’activités entre le...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h27

Ambiance jazz pour la chanson française

Suzie Bisaillon, Cyril Mignotet et Noémi Parenteau-Comfort.
Ce dimanche 14 mai, au Local Gest rue Parliament, se produisait le tout nouveau groupe Ambiance The Band, spécialisé dans la chanson française, réunissant Cyril...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h18

Une interprétation très libre du Petit Prince

Jonathan Séguin (le Petit Prince) et Sandra Uhlrich (le renard).
Une centaine d’élèves de l’école secondaire catholique Saint Frère-André, à Toronto, ont offert une adaptation libre et contemporaine des textes du roman Le Petit Prince...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h17

Une nouvelle appli de Parcs Canada pour découvrir le pays

application parcs canada
À l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération, Parcs Canada lance une toute nouvelle application mobile pour permettre aux voyageurs de préparer leur voyage...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Un diplôme honorifique du Collège Boréal à Dada Gasirabo

Dada Gasirabo
Le Collège Boréal conférera un diplôme honorifique en Affaires et services communautaires à la directrice générale d’Oasis Centre des femmes à Toronto, Mme Dada...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Remaniements aux directions des écoles de Viamonde

Des cadres du Conseil scolaire Viamonde avec (à l'avant au centre, costume bleu) Martin Bertrand, le directeur de l'Éducation.
Plusieurs directions et directions adjointes d’écoles du Conseil scolaire Viamonde relèveront de nouveaux défis lors de la prochaine l’année scolaire. L’ouverture des nouvelles écoles...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h15

Beau Dommage et Stéphane Venne au Panthéon

Beau Dommage
Le groupe Beau Dommage et l’auteur-compositeur Stéphane Venne font partie des artistes qui seront intronisés cette année au Panthéon des auteurs-compositeurs canadiens. Ils seront...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h14

Quand un mot innu devient une phrase en français

Anne-Marie Proulx
La jeune artiste Anne-Marie Proulx a parcouru une grande partie du Grand Nord québécois, dans le territoire du Nitassinan où vivent les Innus, intéressée d’abord...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h13

Visite de parlementaires marocains

La délégation de parlementaires marocains devant l'Assemblée législative de l'Ontario.
Une demi-douzaine de parlementaires marocains étaient de passage à Montréal et Toronto la semaine dernière, pour discuter d’échanges économiques et culturels avec nos gouvernements...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h12

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur