Pour ou contre les devoirs à la maison?


16 février 2016 à 10h14

Les devoirs à la maison sont souvent source d’inquiétude, de conflit et de conversation. Doit-on ou non en donner aux élèves et si oui comment les gérer?

Des réformes scolaires. Des hésitations. Donner du travail à faire à la maison n’est plus à la mode vraiment.

Les raisons? Cela crée un fossé entre les enfants de milieu défavorisé, que les parents ne peuvent aider et les enfants vivant dans un environnement favorable à l’éducation et à l’apprentissage.

Les devoirs à la maison alourdissent aussi la journée d’un élève. Est-il judicieux de surcharger les enfants de devoirs au détriment de plages de repos, d’exploration, de sports ou de culture?

Le corps enseignant est divisé. Certains s’interrogent sur la compréhension d’une leçon, la consolidation des acquis.

Comment s’assurer que l’élève maitrise sa leçon quand une partie du cours est dédiée à la discipline (et oui, les classes d’aujourd’hui ne sont plus celles d’avant et les apprenants mobilisent davantage les enseignants en matière d’ordre) et que nombre d’entre eux éprouve des difficultés d’apprentissage, de maîtrise de la langue?

Il semble important pour les professeurs que ce qui ne peut être fait en cours, le soit à la maison, dans un environnement où l’enfant peut davantage prendre le temps de réfléchir sur des exercices et d’assimiler une leçon.

La dissonance au sein de l’établissement scolaire se reflète dans l’absence totale de devoirs, une charge de travail erratique ou une somme considérable de leçons, devoirs maisons et autres travaux à remettre pour le lendemain.

Dans les foyers, les voyants s’allument.

Il y a ceux qui s’alarment du fait que leur enfant étudie et travaille jusque tard dans la nuit, se stresse, manque de sommeil ou se désociabilise, ceux qui s’étonnent que leur progéniture ne rapporte aucun devoir à faire à la maison alors qu’elle ne maîtrise pas toujours les sujets abordés en classe et ceux qui n’en peuvent plus de se battre pour faire travailler leur enfant après l’école.

Pour qui finalement les devoirs à la maison riment-ils avec cauchemar?

L’élève qui ne voit jamais s’interrompre la ronde du travail, qui finit par se décourager et abandonne l’école? Celui qui fait des crises pour en faire le moins possible en dehors des heures de cours ou les parents fatigués par leur journée de travail qui doivent s’atteler en plus en rentrant aux devoirs non faits et non compris de leurs enfants?

Il semble, en matière d’éducation, y avoir rupture entre l’école et la maison.

Pourquoi l’apprentissage s’interromprait-il à la sortie des classes? Éveiller la curiosité d’un enfant, consolider ses acquis devrait me semble t-il être une action continue, abordée différemment certes, suivant l’environnement, mais toujours diffuse et présente.

Étudier au début du XXe siècle était un rêve, un privilège. Maintenant que ceci est rendu obligatoire, cela devient corvée.

Comment changer les mentalités des petits et des grands, à l’intérieur et à l’extérieur de l’établissement scolaire?

Comment donner un goût à la fois individuel et collectif d’apprendre et de faire sien une connaissance?

Changer le vocabulaire (apprentissage, découverte plutôt que devoir) ne servirait sans doute pas à grand-chose. S’intéresser serait davantage la clé.

Pourquoi, comment s’intéresser aux choses fondamentales de la vie, à ce qui nous permet de fonctionner, de nous surpasser et de créer devrait être une seconde peau, faire partie intégrante de notre développement?

De notre personnalité. Bien-sûr, l’intérêt varie d’une personne à l’autre et les matières, disciplines à acquérir n’ont pas la même importance pour tous. Toutefois, elles se recoupent d’une manière ou d’une autre.

Serait-il alors pertinent et envisageable de s’accorder sur la nécessité et le plaisir d’apprendre, de se développer et de découvrir en continu? Ensemble?

Au-delà de la question des devoirs à la maison, l’apprentissage serait alors toujours au coeur de toute activité.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Trois siècles de naufrages dans le lac Champlain

Le cannonier USS Spitfire a coulé dans le lac Champlain en 1776 après seulement deux mois de service contre les Britanniques. (Photo: Youtube - http://bit.ly/2rvxvvK)
On compte plus de 300 épaves au fond du lac Champlain, à cheval entre le Québec et les États de New York et du...
En lire plus...

22 juin 2017 à 14h36

La nouvelle école secondaire catholique de Scarborough: Père-Philippe-Lamarche

Le chantier de l'école secondaire catholique Père-Philippe-Lamarche à Scarborough, il y a quelques semaines.
Le père Philippe Lamarche est arrivé à Toronto il y a 130 ans, le 24 juin 1887.
En lire plus...

22 juin 2017 à 11h46

Mandat prolongé pour la commissaire aux langues officielles

Ghislaine Saikaley
Le mandat de Ghislaine Saikaley a été reconduit pour un nouvel intérim jusqu’au 17 octobre prochain ou jusqu’à ce qu’un nouveau commissaire soit nommé.
En lire plus...

21 juin 2017 à 15h37

Interpréter les rêves reste hasardeux

Les rêves fascinent les gens depuis longtemps. (Photo: AndrewCater – Flickr – CC)
Beaucoup de gens croient qu’il est possible de voir l’avenir dans nos rêves.
En lire plus...

Hymne national: des sénateurs veulent bloquer la modification des paroles pour le 150e

Le député Mauril Bélanger l'an dernier.
Les amendements en provenance des banquettes conservatrices s'accumulent au Sénat dans le débat sur le projet de loi de feu Mauril Bélanger.
En lire plus...

Token French à Queen’s Park

150-stories-recits
Seulement deux courts récits franco-ontariens dans le livre du 150e de la lieutenante-gouverneure... et pas un mot sur nos 400 ans.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h17

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger décrochent le Prix Trillium

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger.
Le romancier Jean Boisjoli et l’auteur jeunesse Pierre-Luc Bélanger ont remporté le Prix littéraire Trillium de l’Ontario 2017.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h04

La mère qui exige un médecin blanc: pas un cas isolé

medecin blanc
Le cas d’une mère qui insiste pour que son fils soit vu par un médecin blanc, dans une clinique de Mississauga, serait loin d’être...
En lire plus...

21 juin 2017 à 12h27

Cuisson au barbecue et cancer: évitez de carboniser

Il faut surtout éviter de carboniser la viande. (Photo: Max Pixel)
La cuisson des viandes longtemps à très haute température est associée à l’augmentation de certains cancers.
En lire plus...

21 juin 2017 à 10h16

Ressusciter le cerveau?

Un cerveau «réinitialisé» comprendra-t-il la mémoire du défunt?
 (Photo: Lara — Flickr — Creative commons — http://bit.ly/2t2zrxa)
Inspiré de Frankenstein: injecter des cellules souches et des protéines, puis stimuler au laser et aux chocs électriques...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur