Pour ou contre les devoirs à la maison?


16 février 2016 à 10h14

Les devoirs à la maison sont souvent source d’inquiétude, de conflit et de conversation. Doit-on ou non en donner aux élèves et si oui comment les gérer?

Des réformes scolaires. Des hésitations. Donner du travail à faire à la maison n’est plus à la mode vraiment.

Les raisons? Cela crée un fossé entre les enfants de milieu défavorisé, que les parents ne peuvent aider et les enfants vivant dans un environnement favorable à l’éducation et à l’apprentissage.

Les devoirs à la maison alourdissent aussi la journée d’un élève. Est-il judicieux de surcharger les enfants de devoirs au détriment de plages de repos, d’exploration, de sports ou de culture?

Le corps enseignant est divisé. Certains s’interrogent sur la compréhension d’une leçon, la consolidation des acquis.

Comment s’assurer que l’élève maitrise sa leçon quand une partie du cours est dédiée à la discipline (et oui, les classes d’aujourd’hui ne sont plus celles d’avant et les apprenants mobilisent davantage les enseignants en matière d’ordre) et que nombre d’entre eux éprouve des difficultés d’apprentissage, de maîtrise de la langue?

Il semble important pour les professeurs que ce qui ne peut être fait en cours, le soit à la maison, dans un environnement où l’enfant peut davantage prendre le temps de réfléchir sur des exercices et d’assimiler une leçon.

La dissonance au sein de l’établissement scolaire se reflète dans l’absence totale de devoirs, une charge de travail erratique ou une somme considérable de leçons, devoirs maisons et autres travaux à remettre pour le lendemain.

Dans les foyers, les voyants s’allument.

Il y a ceux qui s’alarment du fait que leur enfant étudie et travaille jusque tard dans la nuit, se stresse, manque de sommeil ou se désociabilise, ceux qui s’étonnent que leur progéniture ne rapporte aucun devoir à faire à la maison alors qu’elle ne maîtrise pas toujours les sujets abordés en classe et ceux qui n’en peuvent plus de se battre pour faire travailler leur enfant après l’école.

Pour qui finalement les devoirs à la maison riment-ils avec cauchemar?

L’élève qui ne voit jamais s’interrompre la ronde du travail, qui finit par se décourager et abandonne l’école? Celui qui fait des crises pour en faire le moins possible en dehors des heures de cours ou les parents fatigués par leur journée de travail qui doivent s’atteler en plus en rentrant aux devoirs non faits et non compris de leurs enfants?

Il semble, en matière d’éducation, y avoir rupture entre l’école et la maison.

Pourquoi l’apprentissage s’interromprait-il à la sortie des classes? Éveiller la curiosité d’un enfant, consolider ses acquis devrait me semble t-il être une action continue, abordée différemment certes, suivant l’environnement, mais toujours diffuse et présente.

Étudier au début du XXe siècle était un rêve, un privilège. Maintenant que ceci est rendu obligatoire, cela devient corvée.

Comment changer les mentalités des petits et des grands, à l’intérieur et à l’extérieur de l’établissement scolaire?

Comment donner un goût à la fois individuel et collectif d’apprendre et de faire sien une connaissance?

Changer le vocabulaire (apprentissage, découverte plutôt que devoir) ne servirait sans doute pas à grand-chose. S’intéresser serait davantage la clé.

Pourquoi, comment s’intéresser aux choses fondamentales de la vie, à ce qui nous permet de fonctionner, de nous surpasser et de créer devrait être une seconde peau, faire partie intégrante de notre développement?

De notre personnalité. Bien-sûr, l’intérêt varie d’une personne à l’autre et les matières, disciplines à acquérir n’ont pas la même importance pour tous. Toutefois, elles se recoupent d’une manière ou d’une autre.

Serait-il alors pertinent et envisageable de s’accorder sur la nécessité et le plaisir d’apprendre, de se développer et de découvrir en continu? Ensemble?

Au-delà de la question des devoirs à la maison, l’apprentissage serait alors toujours au coeur de toute activité.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Une série télé peut inciter des jeunes à se suicider?

thirteen_reasons_why
Depuis quelques jours, les médias multiplient les articles sur la série télévisée américaine 13 Reasons Why qui, diffusée sur Netflix, aborde la thématique du suicide...
En lire plus...

28 avril 2017 à 9h01

Une lumière céleste appelée Steve

Capture d'écran de la vidéo de Science and More: "Meet Steve: Scientists, Aurora enthusiasts find a new mysterious light in the night sky" - http://bit.ly/2oQ5QFp
Est-ce une aurore boréale? Non, c’est Steve. C’est le nom très peu poétique qui a été donné à un mystérieux «ruban» de lumière qui...
En lire plus...

28 avril 2017 à 8h36

Élaine Legault et Katherine Levac en lice pour un Saphir

saphir
Élaine Legault, la directrice générale du Conseil des organismes francophones de la région de Durham, ainsi que l’humoriste de l’Est ontarien Katherine Levac, figurent...
En lire plus...

26 avril 2017 à 13h14

Alain Dupuis passe du RÉFO à la FCFA

Alain Dupuis, désormais à la FCFA, et Steven Ogden, nouveau DG du RÉFO.
La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada a un nouveau directeur général, Alain Dupuis, bien connu notamment pour son engagement au...
En lire plus...

26 avril 2017 à 13h05

Décès de l’écrivain Michel Dallaire

Michel Dallaire
Le poète et romancier franco-ontarien Michel Dallaire s’est éteint à l’âge de 60 ans ce mardi 25 avril. Auteur de plusieurs œuvres – poèmes,...
En lire plus...

26 avril 2017 à 11h30

Le spectacle des jeunes Français sur Étienne Brûlé, c’est samedi soir!

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.
La trentaine de collégiens français de la banlieue est de Paris, qui ont monté un spectacle musical sur notre coureur des bois Étienne-Brûlé, sont...
En lire plus...

26 avril 2017 à 9h19

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur