Pas de politiques sociales pour sortir de la prostitution

Personne ne rêve d'être prostituée. (Photo: Michel G., 2009 Montréal)

Personne ne rêve d'être prostituée. (Photo: Michel G., 2009 Montréal)


28 mars 2017 à 1h45

Il y a un manque évident de politiques sociales pour aider les femmes à sortir de la prostitution.

C’est ce qui ressort du film l’Imposture, la prostitution mise à nu, d’Ève Lamont, et du débat qui a suivi sa projection au Collège Boréal par Oasis Centre des femmes, le 24 mars, dans le cadre de la Semaine de la Francophonie,

Réalisé en 2010, ce long métrage met en scène les témoignages de prostituées ayant quitté depuis peu le métier. Le processus de guérison par lequel ces femmes passent met en lumière les problèmes auxquels elles sont confrontées.

Rose Dufour
Rose Dufour

«On ne rêve pas d’être prostituée», déclare Rose Dufour, anthropologue spécialisée en santé publique et fondatrice de la Maison de Marthe à Québec, qui s’exprime à plusieurs reprises dans le reportage. «Les phénomènes d’accession à la prostitution sont généralement la pauvreté, l’inceste et toutes autres formes de violences.»

La position d’Oasis centre des femmes sur la question est abolitionniste, rien de moins.

Ce phénomène touche toutes les catégories de femmes, jeunes et moins jeunes, et pour plusieurs raisons: le temps d’un été pour faire de l’argent, des dettes à payer, la drogue, l’influence ou l’oppression d’un pimp. «Ces femmes sont quasi conditionnées à faire ce job, comme si en fait, elles ne savaient rien faire d’autre», soutient Oasis. «On leur a laissé croire qu’elles n’avaient pas le choix.»

Comme le disait Albert Einstein: «tout le monde est un génie. Mais si on juge un poisson à sa capacité de grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide…»

Pourtant, la grande majorité de ces femmes veulent s’en sortir. «Nous avons deux corps, le nôtre et celui pour la prostitution, ce n’est pas moi», disait une des jeunes filles dans ce documentaire. Toutes ces femmes expriment la perte de l’estime de soi, le sentiment de culpabilité, la difficulté à entretenir des relations affectives, et une impression de mépris de son corps. La dépression, le stress et le sentiment d’échec dans un contexte aussi troublant sont presque inévitables.

Être en faveur de la décriminalisation de la prostitution ne veut pas dire «être en faveur de l’exploitation sexuelle des femmes et la violence à leur égard», selon Oasis. «Associer la prostitution à une pratique déviante stigmatise fortement ces femmes et contribue à les marginaliser.»

Le discours dominant s’attarde à criminaliser les prostituées. Le Code pénal les punit, mais, la plupart du temps, les clients ne sont pas inquiétés. Au Canada, la prostitution comme telle n’est pas illégale, ce qui est interdit, ce sont les maisons de débauche, le proxénétisme et la sollicitation en public.

Rendre illégales les maisons de débauche n’empêche pas les prostituées d’exercer leur métier. Pourtant, elles seraient plus sécuritaires que la voiture ou le logement d’un client, voire une ruelle déserte, où les femmes ne sont protégées d’aucun danger.

À Toronto, on trouve surtout Oasis pour prendre a cœur la protection de ces femmes, ainsi que Maggie’s (The Toronto Sex Workers Action Project), une organisation anglophone qui a pour mission d’assister et de protéger les travailleuses du sexe dans la dignité.

De manière générale, il n’existe pas de réelle politique sociale mise en œuvre au Canada pour la protection et la réinsertion de ces filles. Cependant, les actes criminels relèvent de la compétence fédérale.

Le 2 décembre 1949, l’Assemblée générale des Nations Unies a voté la Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui. Ce texte, plutôt abolitionniste, n’a pourtant pas de réelle portée, n’incriminant personne.

Capture d'écran du film l'imposture d'Eve Lamont
Capture d’écran du film L’imposture d’Eve Lamont

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

TOYOTA YARIS, MODÈLE 2005

3
Modèle 2005. Excellent état intérieur et extérieur. Faible impôt et assurance. Mécaniquement bon et doux pour conduire. Garantie de trois mois disponible. Moteur en forme.
En lire plus...

Un sondage sur la modernisation de la Loi sur les services en français

Levée du drapeau franco-ontarien à Queen's Park l'an dernier.
L’AFO et l’AJEFO travaillent sur les priorités de la réforme de la LSF à proposer au gouvernement.
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h19

Marie-Andrée Vermette, nouvelle représentante de Toronto à l’AJEFO

Me Marie-Andrée Vermette
Elle s'est intéressée aux développements récents concernant le secret professionnel de l’avocat.
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h19

Opioïdes aux États-Unis: huit fois plus d’accrocs que de patients traités

opioides
Des coupes au programme Medicaid pénaliseraient les 2,5 millions d’Américains aux prises avec cette dépendance.
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h18

Quiz : Les Jeux du Canada

jeux-du-canada-28-juillet-13-aout
Vous connaissez les Jeux olympiques, les Jeux panaméricains et les Jeux du Commonwealth. Qu’en est-il des Jeux du Canada?
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h17

De Gaulle au Québec en juillet 1967

André Duchesne, La Traversée du Colbert – De Gaulle au Québec en juillet 1967, essai, Montréal, Éditions Boréal, 2017, 320 pages, 29,95 $.
50e anniversaire du «Vive le Québec libre!» aujourd'hui
En lire plus...

24 juillet 2017 à 9h49

Le Centre francophone embauche deux médecins

Le 555 Richmond ouest (près de Bathurst au sud de Queen). Le Centre francophone occupe tout le 3e étage.
Ses infirmières praticiennes peuvent diagnostiquer des problèmes de santé et poser des actes médicaux.
En lire plus...

21 juillet 2017 à 16h43

L’école franco de Cambridge 2e à la course internationale de robots

Joel Zhang, Andrew Mourcos et Guillaume Fernandes.
Contre des équipes universitaires
En lire plus...

21 juillet 2017 à 16h36

Treize jeunes scientifiques à deux km sous terre

Les 13 élèves de l’école secondaire catholique Père-René-de-Galinée, quelques parents bénévoles, les chercheurs James Pinfold et Ryan Bayes de SNOLAB, ont rencontré le ministre de la recherche, innovation et science de l’Ontario, Reza Moridi (au centre sur la photo), dans les installations souterraines de SNOLAB.
En septembre, ils se rendront en Suisse pour tester leur expérience dans les installations du CERN.
En lire plus...

21 juillet 2017 à 15h35

Le niveau du lac continue de baisser

Le barrage du Long-Sault, à l'Ouest de Cornwall, est l'un des régulateurs du niveau du fleuve St-Laurent.
Ce vendredi 21 juillet, le niveau du lac était de 20 cm de moins que le maximum du 29 mai.
En lire plus...

21 juillet 2017 à 13h46

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur