Pas de politiques sociales pour sortir de la prostitution

Personne ne rêve d'être prostituée. (Photo: Michel G., 2009 Montréal)

Personne ne rêve d'être prostituée. (Photo: Michel G., 2009 Montréal)


28 mars 2017 à 1h45

Il y a un manque évident de politiques sociales pour aider les femmes à sortir de la prostitution.

C’est ce qui ressort du film l’Imposture, la prostitution mise à nu, d’Ève Lamont, et du débat qui a suivi sa projection au Collège Boréal par Oasis Centre des femmes, le 24 mars, dans le cadre de la Semaine de la Francophonie,

Réalisé en 2010, ce long métrage met en scène les témoignages de prostituées ayant quitté depuis peu le métier. Le processus de guérison par lequel ces femmes passent met en lumière les problèmes auxquels elles sont confrontées.

Rose Dufour
Rose Dufour

«On ne rêve pas d’être prostituée», déclare Rose Dufour, anthropologue spécialisée en santé publique et fondatrice de la Maison de Marthe à Québec, qui s’exprime à plusieurs reprises dans le reportage. «Les phénomènes d’accession à la prostitution sont généralement la pauvreté, l’inceste et toutes autres formes de violences.»

La position d’Oasis centre des femmes sur la question est abolitionniste, rien de moins.

Ce phénomène touche toutes les catégories de femmes, jeunes et moins jeunes, et pour plusieurs raisons: le temps d’un été pour faire de l’argent, des dettes à payer, la drogue, l’influence ou l’oppression d’un pimp. «Ces femmes sont quasi conditionnées à faire ce job, comme si en fait, elles ne savaient rien faire d’autre», soutient Oasis. «On leur a laissé croire qu’elles n’avaient pas le choix.»

Comme le disait Albert Einstein: «tout le monde est un génie. Mais si on juge un poisson à sa capacité de grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide…»

Pourtant, la grande majorité de ces femmes veulent s’en sortir. «Nous avons deux corps, le nôtre et celui pour la prostitution, ce n’est pas moi», disait une des jeunes filles dans ce documentaire. Toutes ces femmes expriment la perte de l’estime de soi, le sentiment de culpabilité, la difficulté à entretenir des relations affectives, et une impression de mépris de son corps. La dépression, le stress et le sentiment d’échec dans un contexte aussi troublant sont presque inévitables.

Être en faveur de la décriminalisation de la prostitution ne veut pas dire «être en faveur de l’exploitation sexuelle des femmes et la violence à leur égard», selon Oasis. «Associer la prostitution à une pratique déviante stigmatise fortement ces femmes et contribue à les marginaliser.»

Le discours dominant s’attarde à criminaliser les prostituées. Le Code pénal les punit, mais, la plupart du temps, les clients ne sont pas inquiétés. Au Canada, la prostitution comme telle n’est pas illégale, ce qui est interdit, ce sont les maisons de débauche, le proxénétisme et la sollicitation en public.

Rendre illégales les maisons de débauche n’empêche pas les prostituées d’exercer leur métier. Pourtant, elles seraient plus sécuritaires que la voiture ou le logement d’un client, voire une ruelle déserte, où les femmes ne sont protégées d’aucun danger.

À Toronto, on trouve surtout Oasis pour prendre a cœur la protection de ces femmes, ainsi que Maggie’s (The Toronto Sex Workers Action Project), une organisation anglophone qui a pour mission d’assister et de protéger les travailleuses du sexe dans la dignité.

De manière générale, il n’existe pas de réelle politique sociale mise en œuvre au Canada pour la protection et la réinsertion de ces filles. Cependant, les actes criminels relèvent de la compétence fédérale.

Le 2 décembre 1949, l’Assemblée générale des Nations Unies a voté la Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui. Ce texte, plutôt abolitionniste, n’a pourtant pas de réelle portée, n’incriminant personne.

Capture d'écran du film l'imposture d'Eve Lamont
Capture d’écran du film L’imposture d’Eve Lamont

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

La marijuana n’aurait jamais dû être illégale

marijuana-prison
Dans ses récentes communications, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a confirmé vouloir «légaliser, réglementer et restreindre» l’accès à la marijuana d’ici l’été 2018....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h30

Le «porte-parole de la Terre» à la TSF

Yann Arthus-Bertrand a visité le ravin de la TSF, un projet du club de l'environnement animé par Josette Bouchard.
Cette année, la célébration de la Semaine de la Terre a revêtu un éclat particulier et demeurera un événement dans la mémoire collective de...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h28

Niagara Falls: l’école NDJ célèbre son 25e

Marquis Charrette, directeur de l’école Notre-Dame-de-la-Jeunesse, Roxanne Rees, présidente du conseil d’école, Anik Gagnon, surintendante de l’éducation, Melinda Chartrand, présidente du Conseil, Jean Chartrand, directeur fondateur de l’école, Kim Craitor et Victor Pietrangelo, conseillers municipaux à  Niagara Falls, Père William Derousie, curé de la Paroisse Saint-Antoine.
Plusieurs membres de la communauté scolaire de l’école élémentaire catholique Notre-Dame-de-la-Jeunesse à Niagara Falls se sont rassemblés ce vendredi 21 avril pour célébrer son...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h27

PanTech 2017 : nos jeunes au camp techno de Microsoft

Des jeunes dans leur élément.
Une centaine d’élèves de 6e année provenant des écoles élémentaires des Quatre-Rivières (Orangeville), Horizon-Jeunesse (Mississauga), Carrefour des jeunes (Brampton) et Félix-Leclerc (Toronto) ont participé...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h27

Une guerre nucléaire toujours possible?

Explosion nucléaire (Photo: The Official CTBTO Photostream - Flickr)
En lice pour le titre le plus déprimant de l’année: des experts contemplent la possibilité d’une guerre nucléaire. En décembre dernier, lors d’un colloque à Santa...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h26

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur