Pas de politiques sociales pour sortir de la prostitution

Personne ne rêve d'être prostituée. (Photo: Michel G., 2009 Montréal)

Personne ne rêve d'être prostituée. (Photo: Michel G., 2009 Montréal)


28 mars 2017 à 1h45

Il y a un manque évident de politiques sociales pour aider les femmes à sortir de la prostitution.

C’est ce qui ressort du film l’Imposture, la prostitution mise à nu, d’Ève Lamont, et du débat qui a suivi sa projection au Collège Boréal par Oasis Centre des femmes, le 24 mars, dans le cadre de la Semaine de la Francophonie,

Réalisé en 2010, ce long métrage met en scène les témoignages de prostituées ayant quitté depuis peu le métier. Le processus de guérison par lequel ces femmes passent met en lumière les problèmes auxquels elles sont confrontées.

Rose Dufour
Rose Dufour

«On ne rêve pas d’être prostituée», déclare Rose Dufour, anthropologue spécialisée en santé publique et fondatrice de la Maison de Marthe à Québec, qui s’exprime à plusieurs reprises dans le reportage. «Les phénomènes d’accession à la prostitution sont généralement la pauvreté, l’inceste et toutes autres formes de violences.»

La position d’Oasis centre des femmes sur la question est abolitionniste, rien de moins.

Ce phénomène touche toutes les catégories de femmes, jeunes et moins jeunes, et pour plusieurs raisons: le temps d’un été pour faire de l’argent, des dettes à payer, la drogue, l’influence ou l’oppression d’un pimp. «Ces femmes sont quasi conditionnées à faire ce job, comme si en fait, elles ne savaient rien faire d’autre», soutient Oasis. «On leur a laissé croire qu’elles n’avaient pas le choix.»

Comme le disait Albert Einstein: «tout le monde est un génie. Mais si on juge un poisson à sa capacité de grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide…»

Pourtant, la grande majorité de ces femmes veulent s’en sortir. «Nous avons deux corps, le nôtre et celui pour la prostitution, ce n’est pas moi», disait une des jeunes filles dans ce documentaire. Toutes ces femmes expriment la perte de l’estime de soi, le sentiment de culpabilité, la difficulté à entretenir des relations affectives, et une impression de mépris de son corps. La dépression, le stress et le sentiment d’échec dans un contexte aussi troublant sont presque inévitables.

Être en faveur de la décriminalisation de la prostitution ne veut pas dire «être en faveur de l’exploitation sexuelle des femmes et la violence à leur égard», selon Oasis. «Associer la prostitution à une pratique déviante stigmatise fortement ces femmes et contribue à les marginaliser.»

Le discours dominant s’attarde à criminaliser les prostituées. Le Code pénal les punit, mais, la plupart du temps, les clients ne sont pas inquiétés. Au Canada, la prostitution comme telle n’est pas illégale, ce qui est interdit, ce sont les maisons de débauche, le proxénétisme et la sollicitation en public.

Rendre illégales les maisons de débauche n’empêche pas les prostituées d’exercer leur métier. Pourtant, elles seraient plus sécuritaires que la voiture ou le logement d’un client, voire une ruelle déserte, où les femmes ne sont protégées d’aucun danger.

À Toronto, on trouve surtout Oasis pour prendre a cœur la protection de ces femmes, ainsi que Maggie’s (The Toronto Sex Workers Action Project), une organisation anglophone qui a pour mission d’assister et de protéger les travailleuses du sexe dans la dignité.

De manière générale, il n’existe pas de réelle politique sociale mise en œuvre au Canada pour la protection et la réinsertion de ces filles. Cependant, les actes criminels relèvent de la compétence fédérale.

Le 2 décembre 1949, l’Assemblée générale des Nations Unies a voté la Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui. Ce texte, plutôt abolitionniste, n’a pourtant pas de réelle portée, n’incriminant personne.

Capture d'écran du film l'imposture d'Eve Lamont
Capture d’écran du film L’imposture d’Eve Lamont

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les îles de Toronto toujours inondées

Les pluies des derniers jours n’ont pas aidé la situation des îles de Toronto où on lutte contre la montée des eaux.
En lire plus...

26 mai 2017 à 19h01

Le conflit entre Metrolinx et Bombardier s’envenime

Train Eglinton Crosstown
L’agence de transport ontarienne Metrolinx a fait appel de la décision d’un juge l’empêchant d’annuler un contrat de 770 millions $ accordé à Bombardier...
En lire plus...

25 mai 2017 à 12h35

Greffes, botox et piña colada

Injection de botox. (Photo: James Mutter - Flickr - Creative commons (http://ow.ly/zwY930bYc28 )
Cuba, Mexique et Costa-Rica. Ces destinations offrent bien plus aux touristes que leur cuisine ou leurs plages exotiques. Du traitement de canal à la...
En lire plus...

L’école Georges-Étienne-Cartier bouclée

eec-georges-etienne-cartier
L’école élémentaire catholique Georges-Étienne-Cartier a été bouclée vers 13 h 25 mardi, à cause de la présence d’un homme armé dans les environs.
En lire plus...

23 mai 2017 à 16h53

La viande artisanale fait sensation

viande
Il y a cinq ans, Mike Mckenzie, un passionné de salami et les viandes fumées, décidait de se lancer dans la production de ses propres...
En lire plus...

150 édifices de Toronto en accès libre

On pourra visiter le Centre des enfants et familles autochtones, rue College, le weekend des 27 et 28 mai.
Pas moins de 150 lieux et édifices historiques ou insolites, habituellement réservés à leurs seuls utilisateurs, seront ouverts au public à l’occasion de la 18e édition annuelle...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h30

Le printemps en musique dans la région du Niagara

Justin Kauflin.
Synergie musique et vin, combinée à la beauté et aux richesses historiques de Niagara-on-the-Lake, la 4e édition du festival Spring Into Music, de l’organisme Bravo...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h28

Une autre grosse FrancoFEST à Hamilton les 23 et 24 juin

Le concert du duo Whitehorse clôturera la FrancoFEST de Hamilton le soir du 24 juin.
La FrancoFEST de Hamilton continue l’exploit d’offrir le plus grand festival d’arts et de culture francophone de la péninsule du Niagara, tout en préservant...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h28

Un cabaret en plein air pour la 7e édition de Franco-Fierté

franco-fierte
FrancoQueer, l’organisme ontarien francophone «par et pour» les personnes LGBTQ, prépare la 7e édition de son festival Franco-Fierté, qui comprendra une demi-douzaine d’activités entre le...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h27

Ambiance jazz pour la chanson française

Suzie Bisaillon, Cyril Mignotet et Noémi Parenteau-Comfort.
Ce dimanche 14 mai, au Local Gest rue Parliament, se produisait le tout nouveau groupe Ambiance The Band, spécialisé dans la chanson française, réunissant Cyril...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h18

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur