Nicholas et le dragon bleu

Une attraction éphémère devant la maison familiale à Brampton

Nicholas Desjardins de Brampton a construit un énorme dragon de bois. (Photo: Sandra Dorélas)

Nicholas Desjardins de Brampton a construit un énorme dragon de bois. (Photo: Sandra Dorélas)


6 décembre 2016 à 0h24

Certains possèdent un talent pour le dessin, d’autres pour le chant, alors que quelques-uns ont le don de créer des œuvres d’art vraiment uniques. Nicholas Desjardins, un résident de Brampton, est capable de construire des structures de bois, mais pas n’importe lesquelles.

Constructeur de maisons de métier, Nicholas a la capacité de bâtir plusieurs types d’habitation. C’est ce qu’il fait depuis plusieurs années. C’est pour lui une passion. Mais il sait aussi créer des figures plus grandes que nature. Et quand il a une idée en tête, rien ne l’arrête.

En septembre dernier, l’homme de 35 ans a eu la ferme intention de transformer une vision en réalité: construire un dragon. «Je suis un artiste. Je bâtis des maisons depuis un certain temps déjà, alors j’ai fait un plus un et je suis arrivé avec ce projet», a-t-il confié.

Sans croquis ni plan détaillé, ce Franco-Ontarien d’origine s’est mis à l’œuvre. Il a récolté plusieurs dizaines de palettes de bois, pour ensuite les couper en morceaux. Chaque pièce servant à l’assemblage de la bête.

Pendant près de deux mois, beau temps comme mauvais temps, nuit comme jour, pratiquement tout son temps libre, c’est à la construction du mastodonte qu’il l’a consacré. Soixante heures de travail plus tard, tout était prêt.

La créature a attiré toute une foule la journée d’Halloween, autant des gens du coin que d’ailleurs. À un tel point, qu’un voisin, vêtu d’un dossard fluorescent, s’est improvisé agent de la circulation pour permettre aux piétons et aux automobilistes de se promener en toute sécurité.

Pour l’occasion, l’artiste a installé au cœur de l’énorme structure une machine qui laissait s’échapper une fumée de la gueule du reptile. En plus, grâce à des lumières installées aux abords des rues, le dragon brillait de mille feux.

C’est presque devenu une tradition chez la famille Desjardins. Chaque année depuis maintenant trois ans, Nicholas fait l’assemblage d’une énorme œuvre d’art exposée sur le terrain de la maison familiale située à l’intersection des rues Bay Crest et Peterson à Brampton.

«Il est comme ça depuis qu’il a cinq ans», a expliqué George Desjardins, son père. «Quand il a un but, il y met tout son effort et il l’atteint», a renchéri l’homme.

Ce ne sont d’ailleurs pas les idées qui manquent à l’artiste. L’année dernière, il a mis sur pied l’un des personnages fictifs de la série Transformers, un Mégatron, à la grande joie des enfants du secteur.

Mais rien ne dure éternellement. Même si plusieurs souhaitaient voir le dragon de bois demeurer sur place, Nicholas avait d’autres plans. Quelques semaines à peine après sa construction, plus aucune trace du monstre bleue n’était visible devant la maison des Desjardins. «Tout comme l’année passée et celle d’avant, il l’a (son œuvre) construite puis déconstruite. C’est beaucoup de travail, mais c’est surtout pour le plaisir», indique son père.

Nicholas caresse le rêve d’un jour créer un engin qui sera exposé au centre-ville de Brampton ou encore à Toronto. Il dit cependant ne pas avoir de projet immédiat et avoue vouloir prendre une pause bien méritée de ce genre d’activité… en tout cas jusqu’à l’année prochaine.

Le dragon en construction. (Photo: Sandra Dorélas)
Le dragon en construction. (Photo: Sandra Dorélas)

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur