Montmartre et ses trésors

Guide du Musée de Montmartre, Somogy éditions d'Art, Musée de Montmartre, 2016, 26 x 19 cm, broché avec rabats, 150 illustrations, 168 p. La couverture reproduit l'affiche Lire Le Chat Noir, 1886, de Louis-Jean-Léonce Burret (1866-1915).

Guide du Musée de Montmartre, Somogy éditions d'Art, Musée de Montmartre, 2016, 26 x 19 cm, broché avec rabats, 150 illustrations, 168 p. La couverture reproduit l'affiche Lire Le Chat Noir, 1886, de Louis-Jean-Léonce Burret (1866-1915).


17 avril 2017 à 23h58

Qui, en visite à Paris, n’a pas un jour décidé d’emprunter non loin de la célèbre place Pigalle, plutôt que le funiculaire, l’escalier de la rue Foyatier, une montée de 222 marches, qui permet d’atteindre le sommet de cette bute qui domine Paris de ses 130,53 mètres de haut et que couronne une énorme basilique vêtue de blanc, dans le but d’avoir une imprenable vue sur Paris.

La «butte Montmartre», puisque c’est ainsi que l’on désigne communément le point le plus haut de Parus, est un des lieux touristiques les plus fréquentés de cette capitale, mais c’est peut-être aussi un des lieux que l’on connaît le moins bien.

«La butte Montmartre», écrit Nicolas Dailly, «est souvent assez mal connue des touristes qui se bornent bien trop souvent à ne visiter que la basilique du sacré cœur et ses environs. La butte Montmartre recèle pourtant, au détour de ses ruelles et de ses escaliers, de nombreuses curiosités que l’on prend plaisir à découvrir. Visiter la butte Montmartre, c’est visiter un quartier très différent du Paris des quartiers chics et de ses grandes avenues.» (Quartier de Montmartre, Web)

Un brin d’histoire

Quelques repères historiques pourront éclairer notre lanterne au sortir du bruit, des lumières, des attraits, des suggestions voire des attrape-nigauds de la place Pigalle. Car Montmartre n’a pas toujours fait partie de Paris.

Montmartre, dont le nom vient peut-être des ruines de temples consacrés à Mars et à Mercure, divinités romaines, a été au moins du XVIIIe au XIXe siècle, un petit village à quelques encablures de Paris. On y trouvait des vergers, des vignes et des moulins, bénéficiant du vent de la colline. Ses habitants étaient pour une bonne part cultivateurs, vignerons ou meuniers.

Le sous-sol contenait du gypse ou pierre de lune, exploité depuis l’époque gallo-romaine et transformé dans les nombreux fours à chaux locaux pour obtenir un plâtre fin et réputé, le «plâtre de Paris» ou «blanc parisien». Des carriers ou gypsiers exploitaient cette richesse.

De cette époque villageoise, il reste quelques vides provoquant parfois des affaissements, une vigne sur le côté nord de la butte et deux de la douzaine d’anciens moulins, le Radet et le Blute-Fin. La tradition se perpétue avec le Moulin de la Galette ou le récent cabaret Le Moulin-Rouge. En 1790, Montmartre était divisé en deux: le bas Montmartre annexé à Paris et la partie haute (le village) rattachée à la capitale en 1860.

Le Musée

Montmartre connaît alors une transformation radicale avec la création de cafés, bals et cabarets artistiques. Des artistes arrivent de toute part et le village se métamorphose avec des ateliers et des regroupements d’artistes. Montmartre devient le centre de l’avant-garde artistique: peintres, poètes, musiciens, chansonniers, clowns et danseuses s’y retrouvent, la culture populaire fusionne avec celle des intellectuels.

Un établissement permet de se faire une idée de cette diversité artistique, un musée consacré «musée le plus charmant de Paris». Et ce n’est pas pour rien! Situé tout en haut de la Butte, abritant les magnifiques jardins Renoir, à quelques pas de la Place du Tertre , il est peut-être encore trop méconnu de Montmartrois et a fortiori des touristes de passage.

Le musée a donc eu la bonne idée d’éditer une Guide du Musée de Montmartre qui est à la fois un merveilleux livre d’art et d’histoire. Que l’on aille ou non à Paris, on ne peut que se divertirent parcourant les pages (168) brillamment illustrées de ce ;petit ouvrage.

Un guide

Ce guide invite à découvrir Montmartre, son histoire, ses artistes, ses ateliers, son musée patrimonial historique et ses collections, à travers plus de cent cinquante chefs-d’œuvre, parmi lesquels peintures, dessins, gravures, affiches et photographies, véritable témoignage de la richesse artistique au tournant du XXe siècle.

On trouve dans ce guide une petite histoire de ce musée et une histoire de Montmartre à travers les collections du musée: Histoire de Montmartre, Cafés, bals, cabarets, Le Chat Noir, Autres cabarets, Affiches, Personnalités du spectacle, Moulin Rouge. Cette énumération ne fait pas mention de toutes les illustrations en couleur et souvent en pleine page qui accompagnent les textes de présentation.

Les artistes de Montmartre occupent les quarante dernières pages de l’ouvrage. Chaque artiste est présenté avec une ou plusieurs reproductions de son œuvre, des tableaux que l’on peut admirer au musée tout en s’informant de la vie montmartroise de leur époque. Une description écrite ne saurait en rendre compte.

Mais le musée de Montmartre conserve un fonds de tableaux, d’affiches, d’illustrations, de photographies et de témoignages signés par Modigliani, Kupka, Steinlen, Toulouse-Lautrec, Utrillo et d’autres, présentés dans L’Express pour la plupart.

Visiter le musée de Montmartre, c’est aussi l’occasion unique d’entrer dans l’intimité des peintres en visitant l’atelier-appartement. Cette visite nous ramène près d’un siècle en arrière et nous permet d’imaginer ce que pouvait être le quotidien de ces artistes. Une expérience originale.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le spectacle des jeunes Français sur Étienne Brûlé, c’est samedi soir!

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.
La trentaine de collégiens français de la banlieue est de Paris, qui ont monté un spectacle musical sur notre coureur des bois Étienne-Brûlé, sont...
En lire plus...

26 avril 2017 à 9h19

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur