Moins de francos et d’anglos de langue maternelle en 2036

Franco Anglo 2036

Franco Anglo 2036


30 janvier 2017 à 18h06

Suite aux projections de Statistique Canada sur l’immigration, la diversité ethnoculturelle et les langues au Canada, diffusée la semaine dernière et prédisant une diminution du pourcentage de Canadiens de langues maternelles française et anglaise au pays d’ici 2036, en raison de l’immigration de gens qui parlent d’autres langues, la FCFA a tweeté qu’il s’agissait là d’un «appel à l’action».

«Il faut absolument atteindre les cibles en immigration francophone», indique la présidente du lobby francophone hors Québec, Sylviane Lanthier, affirmant également que ce qu’on appellent les «allophones» (immigrants possédant une autre langue maternelle que le français ou l’anglais) deviennent éventuellenent, en s’intégrant à la société canadienne, des francophones et/ou des anglophones.

Statistique Canada rappelle que le Canada a bien changé depuis la Confédération de 1867, alors que les principaux pays de naissance des immigrants étaient alors les îles britanniques (84% des immigrants), les États-Unis (11%) et l’Allemagne (4%).

Et «depuis le début des années 1990, en raison d’une immigration soutenue, d’une hausse progressive du nombre de décès et du maintien de la fécondité à des niveaux relativement bas, la proportion d’immigrants au sein de la population canadienne n’a cessé de croître».

En 2036, près d’un Canadien sur deux serait un immigrant ou un enfant d’immigrant. Entre un Canadien sur quatre et un Canadiens sur trois ne seront pas nés au Canada, contre un Canadien sur cinq dans le dernier recensement de 2011. Ces immigrants proviendraient surtout d’Asie (plus de 55%) alors que l’Europe ne nous en fournierait plus que 15%.

En 2011, la population qui n’avait ni le français ni l’anglais comme langue maternelle était de 6,9 millions de personnes (20% de la population canadienne). En 2036, l’effectif de cette population pourrait atteindre entre 10,7 millions et 13,8 millions de personnes, soit entre 26,1% et 30,6% de la population canadienne.

Si la proportion de la population de langue maternelle anglaise au sein du Canada passerait de 58,7% en 2011 à entre 52% et 56% en 2036, celui de la population de langue maternelle française passerait de 21,3% en 2011 à 17% ou 18% en 2036. Mais du fait de la multitude de langues maternelles des immigrants, le français devrait demeurer de loin la langue maternelle la plus importante après l’anglais, avec un effectif se situant entre 7,5 millions et 7,8 millions en 2036. En comparaison, en 2011, aucune des langues maternelles tierces ne comptait 500 000 locuteurs.

La proportion de la population de langue maternelle française diminuerait à la fois au Québec (de 79% à environ 70%) et dans le reste du Canada (de 3,8% à 2,8%) en 2036), quoique «d’autres scénarios montrent que la baisse de la proportion de la population de langue maternelle française au Canada hors Québec pourrait être moins marquée»…

Selon le scénario d’immigration envisagé et les tendances récentes en matière d’acquisition d’une seconde langue officielle, le taux de bilinguisme français-anglais au pays pourrait se situer autour de 18,5% en 2036 alors qu’il était de 17,5% en 2011. Mais «c’est parmi la population de langue maternelle française du Québec qu’on observerait la plus forte croissance du bilinguisme français-anglais au pays».

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Trois siècles de naufrages dans le lac Champlain

Le cannonier USS Spitfire a coulé dans le lac Champlain en 1776 après seulement deux mois de service contre les Britanniques. (Photo: Youtube - http://bit.ly/2rvxvvK)
On compte plus de 300 épaves au fond du lac Champlain, à cheval entre le Québec et les États de New York et du...
En lire plus...

22 juin 2017 à 14h36

La nouvelle école secondaire catholique de Scarborough: Père-Philippe-Lamarche

Le chantier de l'école secondaire catholique Père-Philippe-Lamarche à Scarborough, il y a quelques semaines.
Le père Philippe Lamarche est arrivé à Toronto il y a 130 ans, le 24 juin 1887.
En lire plus...

22 juin 2017 à 11h46

Mandat prolongé pour la commissaire aux langues officielles

Ghislaine Saikaley
Le mandat de Ghislaine Saikaley a été reconduit pour un nouvel intérim jusqu’au 17 octobre prochain ou jusqu’à ce qu’un nouveau commissaire soit nommé.
En lire plus...

21 juin 2017 à 15h37

Interpréter les rêves reste hasardeux

Les rêves fascinent les gens depuis longtemps. (Photo: AndrewCater – Flickr – CC)
Beaucoup de gens croient qu’il est possible de voir l’avenir dans nos rêves.
En lire plus...

Hymne national: des sénateurs veulent bloquer la modification des paroles pour le 150e

Le député Mauril Bélanger l'an dernier.
Les amendements en provenance des banquettes conservatrices s'accumulent au Sénat dans le débat sur le projet de loi de feu Mauril Bélanger.
En lire plus...

Token French à Queen’s Park

150-stories-recits
Seulement deux courts récits franco-ontariens dans le livre du 150e de la lieutenante-gouverneure... et pas un mot sur nos 400 ans.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h17

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger décrochent le Prix Trillium

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger.
Le romancier Jean Boisjoli et l’auteur jeunesse Pierre-Luc Bélanger ont remporté le Prix littéraire Trillium de l’Ontario 2017.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h04

La mère qui exige un médecin blanc: pas un cas isolé

medecin blanc
Le cas d’une mère qui insiste pour que son fils soit vu par un médecin blanc, dans une clinique de Mississauga, serait loin d’être...
En lire plus...

21 juin 2017 à 12h27

Cuisson au barbecue et cancer: évitez de carboniser

Il faut surtout éviter de carboniser la viande. (Photo: Max Pixel)
La cuisson des viandes longtemps à très haute température est associée à l’augmentation de certains cancers.
En lire plus...

21 juin 2017 à 10h16

Ressusciter le cerveau?

Un cerveau «réinitialisé» comprendra-t-il la mémoire du défunt?
 (Photo: Lara — Flickr — Creative commons — http://bit.ly/2t2zrxa)
Inspiré de Frankenstein: injecter des cellules souches et des protéines, puis stimuler au laser et aux chocs électriques...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur