Michelle Lowe-Holder chez Pigalle: le retour de la créatrice prodigue

Michelle Lowe-Holder et Isabelle Fish à la boutique Rue Pigalle la semaine dernière.

19 août 2014 à 7h47

L’atmosphère était à la fête dans la boutique d’Isabelle Fish, Rue Pigalle, sur Queen ouest, jeudi dernier, lors d’une soirée en l’honneur de la créatrice Michelle Lowe-Holder.

C’est l’histoire du retour en terres natales d’une créatrice pleine de talent et d’originalité. En effet, Michelle, qui a son atelier basé à Londres est Canadienne d’origine. C’est la première fois qu’elle exposait ses créations dans son pays natal et, pour elle, c’est un moment important: «Je suis ravie de présenter mes créations ici, c’est merveilleux.»

On se balade dans une boutique parsemée de pièces uniques, ethniques, très colorées, pleines de mouvements et d’originalité.

Ces créations font partie de la collection Fusion, qui s’inspire des fusions qu’on peut faire lorsqu’on cuisine. La créatrice nous explique que l’idée était de mélanger plein de matériaux qui en apparence ne vont pas ensemble pour créer quelque chose de nouveau.

Au final, chaque pièce ressemble à quelque chose que l’on pourrait manger. La créatrice a opéré un réel jeu de matières, en mélangeant perles et tutus par exemple.

La matière est un élément fondamental pour Michelle Lowe-Holder, qui propose toujours des pièces uniques composées de matériaux venant du monde entier.

«Je suis toujours à la recherche de nouvelles matières. Je les trouve un peu partout, parfois à Londres, l’année dernière j’ai été en Asie où j’ai trouvé beaucoup de choses, j’ai aussi eu un projet en Norvège où j’en ai trouvé des intéressantes. Si je peux trouver des matières qui me plaisent ici au Canada, je les prendrai».

Pour trouver son inspiration la créatrice recherche beaucoup de pièces vintages et surtout des textiles. «Je suis très centrée sur les textiles, j’aime les transformer en bijou.»

Mais ce qui retient surtout l’attention dans le travail de Michelle Lowe-Holder c’est l’utilisation des techniques de création traditionnelles qu’elle réinterprète dans un sens plus moderne.

Son innovation se retrouve aussi dans l’écologisme: «je fais de mon mieux pour centrer mes collections sur ce thème même si tout ne peut pas être 100% écologique». Pour elle, c’est une valeur très importante, car c’est l’avenir de la mode. «Les créateurs vont devoir y songer de plus en plus, car plus le temps passe plus on est menacés.»

C’est Isabelle, la propriétaire de la boutique, qui a repéré la créatrice lors de la Fashion Week de Paris. Elle a d’abord été frappée par le savoir- faire de Michelle et par l’originalité de ses créations pleines de féminité. De plus, son approche écologique et son désir de respecter les techniques traditionnelles rejoignent les valeurs de la boutique.

Michelle et Rue Pigalle partagent la même sensibilité: «une joie de vivre européenne, un amour pour la couleur et le respect des valeurs traditionnelles dans la mode actuelle».

En effet, Rue Pigalle fait découvrir des pièces uniques de bijoux et d’accessoires qui viennent de célèbres créateurs européens indépendants. Ici, chaque collection est unique et a son histoire, comme chaque bijou de Michelle Lowe-Holder.

La créatrice canadienne espère pouvoir renouveler l’expérience dans les prochaines années et, pourquoi pas, revenir présenter sa prochaine ligne de sacs à main sur laquelle elle travaille en ce moment.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

La marijuana n’aurait jamais dû être illégale

marijuana-prison
Dans ses récentes communications, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a confirmé vouloir «légaliser, réglementer et restreindre» l’accès à la marijuana d’ici l’été 2018....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h30

Le «porte-parole de la Terre» à la TSF

Yann Arthus-Bertrand a visité le ravin de la TSF, un projet du club de l'environnement animé par Josette Bouchard.
Cette année, la célébration de la Semaine de la Terre a revêtu un éclat particulier et demeurera un événement dans la mémoire collective de...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h28

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur