Michelle Lowe-Holder chez Pigalle: le retour de la créatrice prodigue

Michelle Lowe-Holder et Isabelle Fish à la boutique Rue Pigalle la semaine dernière.

19 août 2014 à 7h47

L’atmosphère était à la fête dans la boutique d’Isabelle Fish, Rue Pigalle, sur Queen ouest, jeudi dernier, lors d’une soirée en l’honneur de la créatrice Michelle Lowe-Holder.

C’est l’histoire du retour en terres natales d’une créatrice pleine de talent et d’originalité. En effet, Michelle, qui a son atelier basé à Londres est Canadienne d’origine. C’est la première fois qu’elle exposait ses créations dans son pays natal et, pour elle, c’est un moment important: «Je suis ravie de présenter mes créations ici, c’est merveilleux.»

On se balade dans une boutique parsemée de pièces uniques, ethniques, très colorées, pleines de mouvements et d’originalité.

Ces créations font partie de la collection Fusion, qui s’inspire des fusions qu’on peut faire lorsqu’on cuisine. La créatrice nous explique que l’idée était de mélanger plein de matériaux qui en apparence ne vont pas ensemble pour créer quelque chose de nouveau.

Au final, chaque pièce ressemble à quelque chose que l’on pourrait manger. La créatrice a opéré un réel jeu de matières, en mélangeant perles et tutus par exemple.

La matière est un élément fondamental pour Michelle Lowe-Holder, qui propose toujours des pièces uniques composées de matériaux venant du monde entier.

«Je suis toujours à la recherche de nouvelles matières. Je les trouve un peu partout, parfois à Londres, l’année dernière j’ai été en Asie où j’ai trouvé beaucoup de choses, j’ai aussi eu un projet en Norvège où j’en ai trouvé des intéressantes. Si je peux trouver des matières qui me plaisent ici au Canada, je les prendrai».

Pour trouver son inspiration la créatrice recherche beaucoup de pièces vintages et surtout des textiles. «Je suis très centrée sur les textiles, j’aime les transformer en bijou.»

Mais ce qui retient surtout l’attention dans le travail de Michelle Lowe-Holder c’est l’utilisation des techniques de création traditionnelles qu’elle réinterprète dans un sens plus moderne.

Son innovation se retrouve aussi dans l’écologisme: «je fais de mon mieux pour centrer mes collections sur ce thème même si tout ne peut pas être 100% écologique». Pour elle, c’est une valeur très importante, car c’est l’avenir de la mode. «Les créateurs vont devoir y songer de plus en plus, car plus le temps passe plus on est menacés.»

C’est Isabelle, la propriétaire de la boutique, qui a repéré la créatrice lors de la Fashion Week de Paris. Elle a d’abord été frappée par le savoir- faire de Michelle et par l’originalité de ses créations pleines de féminité. De plus, son approche écologique et son désir de respecter les techniques traditionnelles rejoignent les valeurs de la boutique.

Michelle et Rue Pigalle partagent la même sensibilité: «une joie de vivre européenne, un amour pour la couleur et le respect des valeurs traditionnelles dans la mode actuelle».

En effet, Rue Pigalle fait découvrir des pièces uniques de bijoux et d’accessoires qui viennent de célèbres créateurs européens indépendants. Ici, chaque collection est unique et a son histoire, comme chaque bijou de Michelle Lowe-Holder.

La créatrice canadienne espère pouvoir renouveler l’expérience dans les prochaines années et, pourquoi pas, revenir présenter sa prochaine ligne de sacs à main sur laquelle elle travaille en ce moment.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La réalité augmentée au service du marketing

Une sculpture virtuelle, The Merging, qui a été présentée à la Nuit blanche de Toronto en 2016.
SEED offrre aux consommateurs des expériences numériques sensorielles pour les fidéliser à certaines marques.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h23

Écotourisme de montagne en harmonie avec la vie paysanne

Haïti, terre paysanne.
Vallue, en Haïti, est reconnue pour sa réputation hospitalière et son tourisme de montagne.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h23

L’Écosse, terre de héros et de légendes

Doune Castle.
Entrer dans les Highlands écossais, c’est pénétrer dans un univers minéral mystérieux.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h21

Destinations préférées cet été

Avec ses racines grecques et latines, la Provence attire les Québécois.
Le palmarès est basé sur les ventes de guides Ulysse.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h20

L’eau de Flint, Michigan: des accusations d’homicide

Des hauts fonctionnaires savaient depuis des mois que l'eau du robinet était contaminée. (Photo: philografy - Flickr - Creative commons - http://bit.ly/2sHuFIP)
Le directeur de la santé publique du Michigan et quatre de ses officiers viennent d’être accusés.
En lire plus...

Nos foyers et nos droits

ajefo
C’est sous le thème Canada 150 : Nos foyers et nos droits que s’est déroulé, les 23 et 24 juin, le 38e congrès de...
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h18

Quelles mesures, au juste, pour la petite enfance en français?

enfants garderie
Quand un parent ne peut plus attendre pour une place en français pour son enfant, il passe à l'anglais... et continue en anglais.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h17

Bravo aux finissants 2017!

finissants
Nos ados entrent dans une autre étape de la vie.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h16

Des jeunes énergiques à Niagara Falls

Des participants de l'école Saint-Antoine de Niagara Falls au Grand Défi Pierre Lavoie.
Des élèves de l’école Saint-Antoine ont campé au Stade olympique de Montréal.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h14

Le lien le plus fort entre le Canada et la France

Au vernissage de l'exposition Vimy à l'AFT: Jeremy Diamond, directeur de la Fondation Vimy, la députée provinciale de Thornhill, Gila Martow, le chef de police Mark Saunders, la photographe Racheal McCaig, le directeur de l'AFT Thierry Lasserre et le consul de France Marc Trouyet.
Le centenaire de Vimy à la galerie de l'Alliance française de Toronto.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h13

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur