Michelle Lowe-Holder chez Pigalle: le retour de la créatrice prodigue

Michelle Lowe-Holder et Isabelle Fish à la boutique Rue Pigalle la semaine dernière.

19 août 2014 à 7h47

L’atmosphère était à la fête dans la boutique d’Isabelle Fish, Rue Pigalle, sur Queen ouest, jeudi dernier, lors d’une soirée en l’honneur de la créatrice Michelle Lowe-Holder.

C’est l’histoire du retour en terres natales d’une créatrice pleine de talent et d’originalité. En effet, Michelle, qui a son atelier basé à Londres est Canadienne d’origine. C’est la première fois qu’elle exposait ses créations dans son pays natal et, pour elle, c’est un moment important: «Je suis ravie de présenter mes créations ici, c’est merveilleux.»

On se balade dans une boutique parsemée de pièces uniques, ethniques, très colorées, pleines de mouvements et d’originalité.

Ces créations font partie de la collection Fusion, qui s’inspire des fusions qu’on peut faire lorsqu’on cuisine. La créatrice nous explique que l’idée était de mélanger plein de matériaux qui en apparence ne vont pas ensemble pour créer quelque chose de nouveau.

Au final, chaque pièce ressemble à quelque chose que l’on pourrait manger. La créatrice a opéré un réel jeu de matières, en mélangeant perles et tutus par exemple.

La matière est un élément fondamental pour Michelle Lowe-Holder, qui propose toujours des pièces uniques composées de matériaux venant du monde entier.

«Je suis toujours à la recherche de nouvelles matières. Je les trouve un peu partout, parfois à Londres, l’année dernière j’ai été en Asie où j’ai trouvé beaucoup de choses, j’ai aussi eu un projet en Norvège où j’en ai trouvé des intéressantes. Si je peux trouver des matières qui me plaisent ici au Canada, je les prendrai».

Pour trouver son inspiration la créatrice recherche beaucoup de pièces vintages et surtout des textiles. «Je suis très centrée sur les textiles, j’aime les transformer en bijou.»

Mais ce qui retient surtout l’attention dans le travail de Michelle Lowe-Holder c’est l’utilisation des techniques de création traditionnelles qu’elle réinterprète dans un sens plus moderne.

Son innovation se retrouve aussi dans l’écologisme: «je fais de mon mieux pour centrer mes collections sur ce thème même si tout ne peut pas être 100% écologique». Pour elle, c’est une valeur très importante, car c’est l’avenir de la mode. «Les créateurs vont devoir y songer de plus en plus, car plus le temps passe plus on est menacés.»

C’est Isabelle, la propriétaire de la boutique, qui a repéré la créatrice lors de la Fashion Week de Paris. Elle a d’abord été frappée par le savoir- faire de Michelle et par l’originalité de ses créations pleines de féminité. De plus, son approche écologique et son désir de respecter les techniques traditionnelles rejoignent les valeurs de la boutique.

Michelle et Rue Pigalle partagent la même sensibilité: «une joie de vivre européenne, un amour pour la couleur et le respect des valeurs traditionnelles dans la mode actuelle».

En effet, Rue Pigalle fait découvrir des pièces uniques de bijoux et d’accessoires qui viennent de célèbres créateurs européens indépendants. Ici, chaque collection est unique et a son histoire, comme chaque bijou de Michelle Lowe-Holder.

La créatrice canadienne espère pouvoir renouveler l’expérience dans les prochaines années et, pourquoi pas, revenir présenter sa prochaine ligne de sacs à main sur laquelle elle travaille en ce moment.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Équilibre budgétaire: le gouvernement trop optimiste?

budget-projections
La plupart des prévisionnistes économiques sont plus prudents que le gouvernement libéral.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h13

Maître Nadia Effendi

Maître Nadia Effendi
Originaire d’Edmundston (N-B), Me Effendi est associée au sein du cabinet Borden Ladner Gervais («BLG»).
En lire plus...

21 août 2017 à 14h12

Guerre nucléaire: le risque de ne pas avoir assez peur

Montage sur coucher de soleil  (par Gaspard / Flickr / Creative Commons)
Une guerre avec la Corée du Nord aurait un coût beaucoup plus élevé que la plupart des gens l’imaginent.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h11

Des volcans sous les glaces de l’Antarctique

Fissure dans la banquise de Larsen contre la péninsule ouest de l'Antarctique (Photo: NASA)
Ces dernières années, l'Antarctique a enregistré des records d'accumulation de glaces.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h10

Le Norwegian Jade fait peau neuve

Une croisière plus appropriée pour les amateurs de luxe que pour les familles avec de jeunes enfants.
Le navire quittera l'Europe cet hiver pour des croisières au départ de New York et de l’Est canadien.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h07

L’Éthiopie, un pays à découvrir

Dossier d'archéologie, Janvier/Février 2017, Éditions Faton, 80 p. Église de Lalibela creusée dans le roc.
Presque 100 millions d'habitants.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h07

Quand vivre est pire que mourir

Natasha Preston, La Cave, roman traduit de l’anglais par Axelle Demoulin et Nicolas Ancion, Paris, Éditions Hachette, 2017, 400 pages, 29, 95 $.
Un psychopathe qui kidnappe quatre filles pour se créer «une famille idéale».
En lire plus...

21 août 2017 à 14h06

Quiz : Les miracles de Jésus

miracles-de-jesus
On attribue à Jésus plusieurs miracles qui sont racontés dans les Évangiles.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h05

large tapis iranien

tapis iranien 13×9 pied rouge
En lire plus...

Éclipse solaire totale à travers les États-Unis cet après-midi

eclipse
Certains animaux sont perturbés par une éclipse solaire
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur