Maître Christine Mainville


3 avril 2012 à 11h20

Dans la région de Toronto, il y a un grand nombre de juristes d’expression française. Cette semaine, je vous présente Maître Christine Mainville.

Christine Mainville pratique le droit criminel, pénal et disciplinaire au sein du cabinet Henein & Associates, à Toronto. Avant de se joindre à ce cabinet, elle a pratiqué le droit criminel au sein du cabinet Shadley Battista, à Montréal. Elle est membre à la fois du Barreau du Québec (depuis 2007) et du Barreau du Haut-Canada (depuis 2011).

Avant de se consacrer à la pratique du droit, elle a travaillé pendant un an comme auxiliaire juridique auprès du juge Ian Binnie, à la Cour suprême du Canada (2008-2009). Pendant son temps à la Cour suprême, elle a travaillé de très près avec le juge Binnie à la préparation de jugements, à la révision et à l’appréciation des dossiers devant la Cour, ainsi qu’à la préparation de mémorandums pour les fins de l’audience. Elle a également eu l’occasion d’assister à de nombreuses audiences devant la Cour.

Christine Mainville a complété ses études en droit à l’Université McGill (B.C.L./LL.B.) où elle fut notamment récipiendaire du prix Brett Code en droit criminel et de la médaille d’or Johnston, décernée selon le classement académique et la contribution à la Faculté et à la communauté.

Elle a notamment prêté de son temps à l’organisme Innocence McGill, qui est voué au réexamen de dossiers où il y a allégation d’erreur judiciaire. Elle est également récipiendaire d’un prix en droit international public. Lors de son séjour à McGill, elle a eu l’occasion d’être auxiliaire auprès du juge Claude Leblond, à la Cour du Québec, chambre criminelle.

Appelée au Barreau en 2007, elle effectue son stage au sein du cabinet de droit criminel Desrosiers, Joncas, Massicotte, à Montréal. Depuis, elle a également complété une maîtrise en droit pénal comparé à l’Université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne). Elle détient au surplus un baccalauréat en criminologie de l’Université d’Ottawa, où elle a gradué avec la mention summa cum laude.

Chez Henein & Associates, elle travaille auprès de Maître Marie Henein, avocate de grande expérience qui apparaît au palmarès des 25 avocat(e)s les plus renommés au pays selon la revue Canadian Lawyer (2011). Le cabinet touche à tous les domaines du droit criminel et pénal. Il accepte à l’occasion des mandats d’aide juridique, notamment pour des causes portées en appel.

Christine Mainville exerce tant en français qu’en anglais. Elle a participé à la préparation de nombreux dossiers portés devant la Cour de justice de l’Ontario, la Cour du Québec, la Cour supérieure de justice de l’Ontario, la Cour supérieure du Québec, la Cour d’appel du Québec, ainsi que la Cour d’appel de l’Ontario. Elle a plaidé devant la Cour d’appel tant au Québec qu’en Ontario et a tout récemment fait des représentations écrites auprès de la Cour suprême du Canada.

Elle a siégé au Conseil d’administration de la Société Élizabeth Fry du Québec. Elle est membre de la « Criminal Lawyers Association » et de l’Association canadienne des libertés civiles (ACLC).
Maître Christine Mainville peut être rejointe au cabinet Henein, 445, rue King Ouest, bureau 202, Toronto M5V 1K4; téléphone: 416-368-5000; courriel: [email protected]

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les présidentielles françaises débordent chez nous

Marine Le Pen et Emmanuel Macron.
Les dimanches 23 avril et 7 mai, les Français sont appelés aux urnes pour élire leur future présidente ou leur futur président. C’est un moment démocratique...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h05

Michel Lavigne: la caricature au service des droits et de la justice

Notre chroniqueur Gérard Lévesque sur les genoux du Père Noël: un dessin de Michel Lavigne.
La passion de mon ami Michel Lavigne était d’illustrer l’actualité par des dessins qui suscitaient habituellement un sourire approbateur de la part des personnes...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h04

Les politiciens populistes montent le public contre les journalistes

Daniel Lessard
Le journaliste Daniel Lessard, qui a longtemps couvert la colline parlementaire pour Radio-Canada et qui continue d’y commenter la politique canadienne, exerce «un maudit...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h04

Le français pour l’avenir honore Barbara Hall

John Ralston Saul et Barbara Hall
Lundi 10 avril, l’organisme Le français pour l’avenir a souligné son 20e anniversaire au campus Glendon de l’Université York, lors d’un forum qui a permis à 250...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h03

Inoubliable Louis Riel

Louis Riel COC
La Canadian Opera Company (COC), en coproduction avec le Centre national des arts à Ottawa, revisite un chapitre important et controversé de l’histoire du...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h03

Jérôme Bosch et Marie Chouinard: «J’aurais dû y penser moi-même»

Une scène du Jardin des Délices de Marie Chouinard, inspirée de Bosch. (Photo: Sylvie Ann Par)
Le 500e anniversaire de la mort du peintre néerlandais Hieronymus (Jérôme) Bosch, l’an dernier, a été marqué aux Pays-Bas par de nombreuses activités, dont...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h02

L’électro-franco de DJ Unpier

Dj Unpier
DJ Unpier joue sur la scène ontarienne depuis quelques années et puise son influence à Toronto. Son but: faire danser le monde, en français...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h01

Petit Biscuit a apporté le soleil à Toronto

Mehdi Benjelloun
Mehdi Benjelloun est un jeune artiste qui connaît actuellement un succès mondial. Ce jeune Français et Obélix ont un point commun, ils sont tombés...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h00

Quand les Torontois dansent sur la musique basque

Jokin Irungaray au tambour, Vianney DesPlantes au tuba euphonium et Maider Martineau à l'accordéon. (Photo: Kathryn Durst)
Le folklore des danses traditionnelles européennes, popularisé par Balfolk Toronto, est à l’honneur tous les lundis à La Revolucíon (2848 rue Dundas Ouest) et l’été à...
En lire plus...

17 avril 2017 à 23h59

Montmartre et ses trésors

Guide du Musée de Montmartre, Somogy éditions d'Art, Musée de Montmartre, 2016, 26 x 19 cm, broché avec rabats, 150 illustrations, 168 p. La couverture reproduit l'affiche Lire Le Chat Noir, 1886, de Louis-Jean-Léonce Burret (1866-1915).
Qui, en visite à Paris, n’a pas un jour décidé d’emprunter non loin de la célèbre place Pigalle, plutôt que le funiculaire, l’escalier de...
En lire plus...

17 avril 2017 à 23h58

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur