Les finales des Improbables approchent

Les Improbables sur la scène du Bad Dog Theatre la semaine dernière.

Les Improbables sur la scène du Bad Dog Theatre la semaine dernière.


3 avril 2017 à 23h34

Se rendre à un spectacle d’improvisation, c’est s’attendre à tout et à rien: pas de critique que l’on aurait pu lire dans un journal ou sur Internet auparavant; pas de bon ami qui vous en aurait dit du bien. La seule valeur sûre de ce genre de spectacle, c’est la troupe qui le présente.

Dans la ville-reine, se sont Les Improbables qui jouent avec les mots de notre belle langue depuis maintenant six saisons, cette année au Bad Dog Theatre sur Bloor Ouest, environ aux deux semaines, avec trois équipes de cinq personnes.

«La ligue a beaucoup évolué au niveau de ses talents. À force de travailler et d’apprendre à se connaître, on a réussi à créer une ligue de quinze joueurs et de trois substituts, tous investis et passionnés», explique Sonia D’Amico, présidente et fondatrice de la ligue.

Pour elle, l’improvisation permet de se préparer face à l’inconnu, à la fois sur scène, mais aussi dans la vie de tous les jours. «Ça m’a appris à dire oui, à écouter les propositions des autres et à travailler en équipe. On peut avoir prévu une situation pendant la concertation avec ses coéquipiers et devoir partir sur une toute autre idée, car l’autre équipe prend l’ascendant pendant la scène. On doit s’adapter. De plus, l’improvisation m’a aidé à gérer ma respiration et mon stress, ce que je peux aussi mettre en application au quotidien.»

L’improvisation est un «sport» très codifié où les matchs sont gérés par un arbitre. C’est Mathieu St-Laurent qui joue ce rôle dans la ligue francophone torontoise. «L’arbitre a une grande responsabilité, car il gère la direction artistique du match. Il pense aux thèmes en amont afin de faire une soirée unique. L’arbitre est le 11e joueur», explique Sonia D’Amico.

«Mathieu devient de plus en plus exigeant au fil des spectacles. Dans un sens, l’arbitre nous empêche de faire ce que l’on veut. Et nous, en tant que joueurs, nous devons nous rebeller, c’est notre rôle de le haïr. Notre but c’est d’appliquer les règles pour mieux les détourner par la suite.»

Pouvoir improviser sur scène n’est malheureusement pas donné à tout le monde. «Si ta personnalité résiste, n’arrive pas à rentrer dans la scène, tu ne seras pas un bon joueur d’improvisation», rappelle la fondatrice des Improbables.

Et pour découvrir de nouveaux talents, la ligue n’hésite pas à mettre en place des ateliers tous les premiers mercredis du mois, toujours au Bad Dog Theatre. «On aime toujours découvrir de nouveaux talents qui permettent de renforcer les liens de la communauté franco-ontarienne.»

Les prochains mois vont être chargés pour les Improbables qui vont s’investir de de nombreuses joutes d’improvisation. C’est surtout en mai que les membres de la ligue devront le plus se creuser les méninges. «Le 3 mai, les trois équipes de la ligue se retrouvent afin de déterminer qui devra passer par les demis et qui participera à la finale qui aura lieu le 31 mai et conclura la sixième saison.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le spectacle des jeunes Français sur Étienne Brûlé, c’est samedi soir!

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.
La trentaine de collégiens français de la banlieue est de Paris, qui ont monté un spectacle musical sur notre coureur des bois Étienne-Brûlé, sont...
En lire plus...

26 avril 2017 à 9h19

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur