Les enseignants, maîtres ou pédagogues?

Il n’y a pas si longtemps, les enseignantes et enseignants étaient formés à l’école normale, une pratique apparue au milieu du XIXe siècle. La formation qui y était donnée s’apparentait à l’apprentissage d’un métier.

L’idée de refonder la formation sur la base de la psychologie et de la pédagogie, appelée «l’école nouvelle», a été lancée en Suisse dans les années 1920 et s’est ensuite diffusée partout dans le monde.

Cette idée répondait clairement à un besoin et sa diffusion s’est traduite, dans les années 1950 et 1960, par une professionnalisation du statut d’enseignant. Désormais, la formation aurait lieu à l’université et serait fondée sur les dernières découvertes de la didactique et de la pédagogie.

Malheureusement, sous cette apparence de rationalité se cachait un piège: le déclin du savoir disciplinaire.

Le savoir sous-valorisé?

«Les enseignants maîtrisent mal leur matière!» La critique n’est pas nouvelle, mais l’étude des systèmes qui ont fortement insisté sur la pédagogie plutôt que sur le savoir disciplinaire montre qu’elle n’est pas sans fondement.

La France et le Québec ont tous les deux fait des virages de ce genre dans les années 1990; par exemple, au Québec, on a notamment supprimé il y a 20 ans la possibilité de faire un certificat en enseignement après avoir fait des études universitaires dans un domaine reconnu.

Résultat: ces deux systèmes se sont privés de beaucoup d’individus de valeur et manquent de recrues dans des domaines comme les sciences et les mathématiques.

On fait souvent valoir que la maîtrise complète d’un savoir, nécessaire pour enseigner au niveau secondaire, requiert plus qu’une année de formation. Beaucoup se plaignent également de la pauvreté de la formation généraliste dispensée au personnel enseignant du primaire.

France, Québec, Ontario

Sur la base de ces insatisfactions, la France s’est dotée en 2008 d’un nouveau programme de formation où l’on exige l’équivalent d’un baccalauréat dans une matière reconnue, suivie d’un cours de niveau maîtrise d’un an pour préparer à l’enseignement. Ce système fait aujourd’hui l’objet de vives critiques, parce qu’il ne laisse à peu près aucune place à la didactique et à la pédagogie.

Le Québec, malgré de vifs débats, a essentiellement gardé le cap.

Pour sa part, l’Ontario, en exigeant à la base un baccalauréat d’un minimum de trois ans dans une matière reconnue, n’abandonne pas la formation disciplinaire.

La province s’apprête toutefois à augmenter ses exigences en pédagogie, puisqu’à partir de 2015, elle exigera une formation à l’enseignement de deux ans plutôt qu’une. Il s’agit là du modèle dominant dans le reste du Canada.

Décrochage des enseignants

Existe-t-il une façon de comparer ces différentes approches? L’accent sur la didactique, par exemple, prépare-t-il mieux le personnel enseignant qu’une approche misant davantage sur le savoir disciplinaire?
Une piste de comparaison serait de regarder du côté du décrochage enseignant.

En plus de l’exemple français déjà cité, le Québec a supprimé l’approche du baccalauréat disciplinaire combiné à une formation à l’enseignement en 1994. Ceci ne semble pas avoir mieux préparé les professeurs à leur tâche. En 1990, par exemple, 15% du jeune personnel enseignant québécois avait quitté le métier après cinq ans; en 1998, cette proportion était passée à 17%.

Aux États-Unis, selon une étude de 2002, jusqu’à 46% des enseignantes et enseignants délaisseraient le métier après cinq ans. La Grande-Bretagne présente des chiffres presque aussi élevés, tandis que les données pour l’Australie ressemblent à celles du Québec.

En Ontario, on évaluait en 2004 le décrochage à 6,7% après trois ans. En France, en Allemagne et au Portugal, le taux de décrochage enseignant est de 5% seulement.

Toutefois, la qualité du personnel enseignant n’y est jamais mise en cause en cas d’échec des élèves, ce qui donne à penser qu’une évaluation trop serrée des professeurs favorise le décrochage enseignant.

Formateurs sans expérience

Certains chercheurs se penchent maintenant sur la qualité des formatrices et formateurs dans les programmes universitaires de formation à l’enseignement.

Plusieurs approches invalidées par la recherche continuent d’y être enseignées et certaines «légendes pédagogiques» y ont toujours cours.

De plus, ceux qui forment les futurs enseignants n’ont, pour la plupart, aucune ou peu d’expérience pratique en classe. On ne sera pas surpris d’apprendre que les facultés d’éducation sont parfois regardées comme le parent pauvre du système universitaire.

La recherche est rare dans ce domaine et les problèmes d’un système d’éducation ne se transposent pas forcément d’une province à l’autre. Mais cette réflexion attire l’attention sur un point important: pour avoir un personnel enseignant bien formé, qui reste dans la profession et qui aide vraiment ses élèves à progresser, il faut d’abord qu’il ait accès à une formation d’une qualité éprouvée.

Or, la formation idéale reste un sujet mal étudié et peu débattu. Les enseignantes et enseignants devraient-ils être des maîtres ou des pédalogues? Que dire des personnes qui les forment? Quelles seront les retombées de la réforme de 2015 en Ontario? Le débat est loin d’être clos.

* * *
Cet article est rédigé par l’équipe du blogue de l’Éducation en langue française en Ontario, «point de ralliement de tous ceux qui souhaitent découvrir l’univers de l’éducation en langue française» dans la province.

Le site, qui réalise aussi des campagnes de publicité et intervient dans les médias sociaux, est financé par le ministère fédéral du Patrimoine dans le cadre de l’Entente Canada-Ontario. Ses coordonnateurs proviennent des douze conseils scolaires et des deux collèges franco-ontariens, des universités ontariennes bilingues, et du ministère de l’Éducation de l’Ontario.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32

Une supplémentaire à Toronto pour Louis-José Houde

Louis-José Houde (Photo: Yves Lefebvre)

Ayant déjà vendu tous les billets pour le spectacle de l’humoriste Louis-José Houde le jeudi 4 mai, Francophonie en Fête ajoute une supplémentaire le vendredi 5 mai, toujours au théâtre Randolph (736 Bathurst au sud de Bloor). Les billets sont en vente en ligne. C’est la première fois que Francophonie en Fête, qui organise plusieurs concerts et d’autres activités pendant […]


21 mars 2017 à 0h30

Parlons chanson avec… Richard Desjardins

Richard Desjardins (Photo: Michel Dompierre)

Quand il est question de Richard Desjardins, il est difficile – pour ne pas dire impossible – de faire la part entre l’artiste, l’homme, le citoyen et l’empêcheur de tourner en rond… Les étudiants de Parlons chanson ont donc choisi d’aborder toutes ces facettes de front lorsqu’ils ont questionné Desjardins au sujet de Notre-Dame des Scories, une […]


21 mars 2017 à 0h29

Les enjeux de l’évolution démographique pour la communauté franco-ontarienne

Mona Fortier (libérale) et Émilie Taman (néo-démocrate) sont candidates dans Ottawa-Vanier.

Affirmer que la circonscription d’Ottawa-Vanier est un bastion libéral n’a rien d’exagéré. Au fédéral, les libéraux sont les seuls à avoir détenu la circonscription depuis sa création en 1935. Au provincial, où elle existe depuis 1908, la circonscription a presque toujours été représentée par un député libéral, exception faite de quelques courtes périodes pendant lesquelles […]


21 mars 2017 à 0h28

Pour les immigrantes, l’émancipation passe par la littératie financière

Serge Paul, Dada Gasirabo, Fayza Abdallaoui et Mélanie Parent ont travaillé sur le projet de promotion de littératie financière.

Le revenu moyen des femmes est encore, au Canada, d’environ 30% inférieur à celui des hommes, même si, à travail égal, les femmes sont désormais payées autant que les hommes. Pour contribuer à effacer cette discrimination résiduelle ou systémique, l’association Oasis Centre des Femmes a lancé un projet de recherche sur la «littératie financière», en phase avec les pouvoirs publics […]


21 mars 2017 à 0h27
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur