Les enjeux de l’évolution démographique pour la communauté franco-ontarienne

Élection partielle fédérale dans Ottawa-Vanier le 3 avril

Mona Fortier (libérale) et Émilie Taman (néo-démocrate) sont candidates dans Ottawa-Vanier.

Mona Fortier (libérale) et Émilie Taman (néo-démocrate) sont candidates dans Ottawa-Vanier.

Affirmer que la circonscription d’Ottawa-Vanier est un bastion libéral n’a rien d’exagéré. Au fédéral, les libéraux sont les seuls à avoir détenu la circonscription depuis sa création en 1935. Au provincial, où elle existe depuis 1908, la circonscription a presque toujours été représentée par un député libéral, exception faite de quelques courtes périodes pendant lesquelles des conservateurs ont détenu le siège.

Voter libéral n’est pas la seule constante dans cette circonscription du centre-ville d’Ottawa. Les élus fédéraux et provinciaux d’Ottawa-Vanier ont tous été des Franco-Ontariens, sauf pour le tout premier en 1908. Leduc, Chevrier, Morin, Racine, Côté, Pinard, Chartrand, Gauthier, Roy, Grandmaître, Boyer… les noms des anciens élus et élues se lisent comme un répertoire généalogique de la communauté franco-ontarienne.

La tradition libérale de la circonscription s’est de nouveau confirmée le 15 novembre dernier lorsque Nathalie DesRosiers a remporté l’élection partielle provinciale pour combler le siège laissé vacant par la démission de Madeleine Meilleur.

Tout indique que la tradition sera également maintenue lors de l’élection partielle fédérale du 3 avril prochain. Compte tenu de la popularité actuelle du gouvernement Trudeau et du passé libéral de la circonscription, la candidate libérale Mona Fortier est à toute fin pratique assurée de succéder à feu Mauril Bélanger.

30%

Mais ce n’est là qu’une partie de l’histoire. Si Vanier compte depuis longtemps une importante population francophone, la taille de ce groupe linguistique a diminué de plus de la moitié depuis 1992. Les francophones ne représentent plus que 30% de la population de la circonscription.

Pas surprenant alors que deux des quatre partis en lice pour l’élection partielle semblent avoir conclu que le facteur francophone n’est qu’un facteur parmi d’autres dans le choix d’un candidat ou d’une candidate. En effet, tant le Parti conservateur que le Parti vert présentent des candidats qui ne parlent pas français.

De son côté, la candidate Émilie Taman du NPD ne semble pas avoir de liens très profonds dans la communauté francophone d’Ottawa, mais elle est au moins parfaitement bilingue.

Néo-Canadiens

Revenons maintenant à la course récente pour l’investiture libérale. Huit candidats et candidates étaient en lice, tous et toutes bilingues. Quatre d’entre eux étaient plus étroitement associés à la communauté franco-ontarienne dite «de souche». Trois des quatre autres provenaient de nouvelles collectivités canadiennes qui forment une part grandissante de l’électorat dans Ottawa-Vanier.

Khatera Akbari
Khatera Akbari

Ce qui est intéressant, c’est que tous les candidats et candidates ont fait valoir, tant dans leurs documents que leurs discours, l’importance de maintenir l’héritage francophone d’Ottawa-Vanier et se sont engagés à promouvoir le bilinguisme et à défendre les droits de la minorité de langue française.

La course a été très serrée. Malgré ses solides antécédents et son engagement de longue date dans la circonscription, au sein de l’association libérale locale et dans la communauté francophone, Mona Fortier a terminé tout juste devant sa plus proche adversaire après sept tours de scrutin.

Cette rivale était Khatera Akbari, une employée fédérale qui est arrivée au Canada de l’Afghanistan en tant que jeune fille et qui a recueilli beaucoup de soutien parmi la population néo-canadienne croissante d’Ottawa-Vanier.

Certains analystes ont fait valoir qu’en ne se ralliant pas derrière un seul candidat ou une seule candidate dit « de souche», la communauté franco-ontarienne était passée à deux cheveux de perdre l’un des rares sièges au pays qui donne une voix à la communauté francophone minoritaire. Je m’inscris en faux contre cette analyse pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, il est sain pour la communauté francophone et pour le processus démocratique que plusieurs candidats et candidates de valeur se soient lancés dans la course. D’autre part, l’ensemble des candidats et candidates accordait beaucoup d’importance à la question francophone, tous par exemple s’étant prononcés en faveur du bilinguisme officiel à Ottawa.

Évolution

J’en tire donc quelques conclusions. La première, c’est que la démographie continuera d’évoluer, affectant le poids relatif de la communauté francophone dans Ottawa-Vanier. Il serait donc avantageux pour la communauté francophone d’accueillir en son sein plus de nouveaux arrivants. C’est d’autant plus vrai que, selon les sondages, les personnes dont la langue maternelle n’est ni l’anglais ni le français sont plus nombreuses que les anglophones à appuyer le bilinguisme et à favoriser l’offre de services dans les deux langues.

Deuxièmement, pour le moment, le Parti libéral est le plus susceptible d’attirer des candidats et candidates qui valorisent le bilinguisme et les droits des minorités. Traditionnellement, c’est également ce parti qui a le mieux réussi à rallier les communautés néo-canadiennes.

Au cours de la campagne à l’investiture libérale, Khatera Akbari a témoigné avec éloquence de son attachement à la communauté francophone de Vanier à cause de l’accueil que celle-ci a offert à sa famille à son arrivée au Canada. Cet attachement l’a poussée à apprendre le français.

Un jour, une Khatera Akbari pourrait très bien maintenir la tradition libérale dans Ottawa-Vanier et être également une porte-parole convaincante pour la communauté francophone.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Le 2e budget Morneau: grand parleur…

Le ministre Bill Morneau place le budget fédéral sous le signe de la formation et de l'innovation.

D’abord les chiffres. De nos jours, ils sont presque superflus, voire encombrants, dans les discours annuels du budget comme celui que vient de livrer le ministre fédéral Bill Morneau, «la prochaine étape du plan à long terme du gouvernement pour créer des emplois et renforcer la classe moyenne»… En 2017-18, le gouvernement canadien se propose […]


23 mars 2017 à 18h01

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32

Une supplémentaire à Toronto pour Louis-José Houde

Louis-José Houde (Photo: Yves Lefebvre)

Ayant déjà vendu tous les billets pour le spectacle de l’humoriste Louis-José Houde le jeudi 4 mai, Francophonie en Fête ajoute une supplémentaire le vendredi 5 mai, toujours au théâtre Randolph (736 Bathurst au sud de Bloor). Les billets sont en vente en ligne. C’est la première fois que Francophonie en Fête, qui organise plusieurs concerts et d’autres activités pendant […]


21 mars 2017 à 0h30

Parlons chanson avec… Richard Desjardins

Richard Desjardins (Photo: Michel Dompierre)

Quand il est question de Richard Desjardins, il est difficile – pour ne pas dire impossible – de faire la part entre l’artiste, l’homme, le citoyen et l’empêcheur de tourner en rond… Les étudiants de Parlons chanson ont donc choisi d’aborder toutes ces facettes de front lorsqu’ils ont questionné Desjardins au sujet de Notre-Dame des Scories, une […]


21 mars 2017 à 0h29

Les enjeux de l’évolution démographique pour la communauté franco-ontarienne

Mona Fortier (libérale) et Émilie Taman (néo-démocrate) sont candidates dans Ottawa-Vanier.

Affirmer que la circonscription d’Ottawa-Vanier est un bastion libéral n’a rien d’exagéré. Au fédéral, les libéraux sont les seuls à avoir détenu la circonscription depuis sa création en 1935. Au provincial, où elle existe depuis 1908, la circonscription a presque toujours été représentée par un député libéral, exception faite de quelques courtes périodes pendant lesquelles […]


21 mars 2017 à 0h28
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur