Les doigts et leur étymologie

Photo: Evan-Amos  [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Photo: Evan-Amos [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Il m’est déjà arrivé de parler des doigts de la main dans ces pages mais c’était alors pour recenser les nombreuses expressions qui contiennent le nom d’un d’entre eux ou le mot «doigt» lui-même. Manger sur le pouce, mettre à l’index, faire un doigt d’honneur, avoir le pouce vert… Il existe un nombre impressionnant d’expressions de la sorte mais évidemment, on ne peut pas toutes les connaître sur le bout des doigts.

Cette fois, c’est l’origine même des mots qui désignent les doigts qui m’intéresse. Comment a-t-on pu trouver des mots appropriés pour définir cinq parties de l’anatomie qui, au fond, se ressemblent et ont des fonctions semblables? Qu’est-ce qui, dans l’usage, a fait en sorte que des mots se sont imposés au fil des ans? Il a évidemment fallu fouiller un peu dans des ouvrages et dans des dictionnaires.

Parlons d’abord du pouce. Le plus fort. Le plus dissemblable des autres. Certains puristes se refusent à considérer le pouce comme étant un doigt, mais la plupart des dictionnaires le considèrent ainsi.

Le mot nous vient du latin pollicem, un dérivé de pollex, qui désignait littéralement le pouce, mais aussi le gros orteil et, par extension, un noeud dans un arbre. On n’exclut pas qu’il puisse y avoir un rapprochement entre pol- et pal- que l’on retrouve comme racine dans palpare (palper, toucher, sentir).

Avant de prendre l’orthographe et la prononciation que l’on connaît aujourd’hui, probablement au treizième siècle, le mot s’est d’abord écrit pouz ou même polz au début du douzième siècle.

Les extensions de sens ne sont pas nombreuses. La plus connue demeure sans doute l’unité de longueur que l’on connaît. Si le pouce est aujourd’hui associé au système impérial de mesures, il faut savoir que la subdivision du pied est tout à fait d’origine française, puisqu’on l’utilisait déjà vers 1140.

Qu’en est-il de son voisin immédiat, l’index? D’abord, l’origine latine du mot index ne surprendra personne. On dit qu’il s’agit d’un emprunt savant au latin index, pourtant de même prononciation et de même graphie que le mot français que l’on connaît encore aujourd’hui.

En latin, le mot a le sens de «celui qui montre, indique, dénonce». En appliquant la définition à un doigt, on obtient un sens tout à fait cohérent. L’index est le doigt indicateur, dénonciateur.

Ce n’est que plus tard que le mot a pris certains autres sens, aussi empruntés au latin, dont celui de cette table alphabétique que l’on retrouve à la fin d’un ouvrage.

Fait intéressant à noter: bien que les deux définitions les plus populaires du mot index aient un sens différent, on peut faire un certain rapprochement: on peut ainsi chercher dans l’index avec son index.

Le majeur, dont la réputation n’est plus à faire lorsque dressé seul, porte bien son nom. Même si le mot est apparu en français vers 1350, ce n’est qu’au début du vingtième siècle (1907) que l’emploi de majeur pour désigner le plus grand doigt de la main a été introduit dans les dictionnaires.

Au Moyen-Âge, le mot nous est arrivé par le biais du latin major, qui était alors un comparatif de magnus (qui signifie «grand»). Mais à cette époque, son utilisation se limitait à l’adjectif que l’on connaît encore aujourd’hui.

Le Dictionnaire historique de la langue française (Robert) nous fait remarquer que l’emploi de majeur comme nom pour désigner le plus grand doigt de la main semble redonner au mot une valeur physique que semble n’avoir jamais eue l’adjectif. Lorsqu’on parle de quelque chose de majeur, c’est souvent à une valeur d’importance ou d’intensité que l’on fait référence. Il n’y a rien de «physique» dans des problèmes majeurs, un projet majeur, une erreur majeure…

On pourrait croire que le mot annulaire, qui désigne le quatrième doigt, est dérivé de anneau, mais la dérivation remonte au latin. Anularius et annularius sont dérivés de anellus ou de sa variante anulus.

Le mot annulaire est d’abord entré en français comme adjectif, vers 1550. Transformé en substantif un peu plus tard, il désigne le doigt qui porte normalement un anneau.

Les auteurs du Dictionnaire historique de la langue française nous font remarquer que «ce passage d’un détail culturel à l’anatomie souligne l’importance des coutumes sociales dans la vision de la réalité naturelle».

Enfin, le plus petit mais non le moindre… Celui qui nous dit tous ses secrets, l’auriculaire. En français, le mot s’emploie autant comme adjectif que comme nom.

Le mot, introduit en français par Rabelais en 1532, est un emprunt au bas latin auricularius, dérivé de auricula, qui signifie «oreille». L’adjectif, dans doigt auriculaire, qualifie en français le petit doigt que l’on peut mettre dans l’oreille. Cet adjectif est devenu un nom beaucoup plus tard, au dix-neuvième siècle (1866).

Pour plusieurs, l’auriculaire demeurera toujours le petit doigt, une expression qui tend à supplanter le vocable auriculaire à l’usage. Il est vrai que «annulaire» et «auriculaire» sont beaucoup moins connus que leurs trois voisins…

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Deux écoles élémentaires catholiques ajoutent le secondaire et des programmes spécialisés

Croquis représentant la nouvelle école élémentaire-secondaire catholique de Peterborough.

Deux écoles élémentaires du Conseil de district catholique Centre-Sud (CSDCCS), Monseigneur-Jamot à Peterborough et Pape-François à Stouffville, accueilleront dès septembre des cohortes d’élèves de la 7e, 8e et 9e année, et ajouteront progressivement des niveaux jusqu’en 12e, pour devenir des écoles élémentaires-secondaires. C’est actuellement le cas de seulement 2 des 58 écoles du CSDCCS (16 […]


24 mars 2017 à 15h04

Le «Quebec bashing» de Maclean’s: plus grave qu’un pet de cerveau

macleans

Andrew Potter, l’auteur d’un article dans le magazine Maclean’s dénigrant la moralité des Québécois, qui a provoqué un tollé de protestations sur la place publique, jusqu’au bureau du premier ministre Philippe Couillard, s’est rapidement excusé sur Facebook, puis a démissionné cette semaine de sa chaire d’études canadiennes de l’Université McGill… maintenant accusée dans certains milieux […]


24 mars 2017 à 12h56

Décès du journaliste Adrien Cantin

Adrien Cantin

Journaliste, éditorialiste, animateur, grand communicateur, Adrien Cantin s’est éteint le 22 mars à l’âge de 68 ans. Il aura marqué la scène médiatique franco-ontarienne par son approche toujours franche et directe, notamment au journal Le Droit et à l’antenne de TFO. «Souffrant d’un double cancer des poumons et de la gorge, M. Cantin était hospitalisé […]


24 mars 2017 à 10h06

Le 2e budget Morneau: grand parleur…

Le ministre Bill Morneau place le budget fédéral sous le signe de la formation et de l'innovation.

D’abord les chiffres. De nos jours, ils sont presque superflus, voire encombrants, dans les discours annuels du budget comme celui que vient de livrer le ministre fédéral Bill Morneau, «la prochaine étape du plan à long terme du gouvernement pour créer des emplois et renforcer la classe moyenne»… En 2017-18, le gouvernement canadien se propose […]


23 mars 2017 à 18h01

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur