Les attaques personnelles minent l’indépendance de la magistrature

04-trump

11 avril 2017 à 0h23

Le 27 janvier 2017, Donald Trump, le président des États-Unis, signe l’ordonnance 13769 visant notamment à empêcher les voyageurs de sept pays à majorité musulmane d’entrer aux États-Unis.

Quelques jours plus tard, le vendredi 3 février, James Robart, juge fédéral senior du District Ouest de Washington entend l’avocat du président et le procureur de l’État de Washington et de l’État de Minnesota. Le juge décide de suspendre temporairement l’application de l’ordonnance en attendant l’audition d’une requête de révision judiciaire initiée par les deux états et selon laquelle l’ordonnance va notamment à l’encontre de garanties constitutionnelles à une protection égale pour tous.

Le président Trump réagit le lendemain matin, via son compte Twitter, en écrivant que la position de celui qu’il estime être un pseudo-juge est ridicule et que même un mauvais étudiant en droit pourrait saisir le bien-fondé de l’ordonnance.

Le 7 février dernier, les juges William Canby, Richard Clifton et Michelle Friedland, de la Cour d’appel des États-Unis, à San Francisco, entendent les parties. Leur décision unanime est rendue publique le 9 février: ils refusent d’invalider la décision de première instance.

L’attaque de Trump contre le juge Robart a soulevé la critique de plusieurs membres du Congrès américain et d’un grand nombre de commentateurs, pour qui le président ne respecte pas le principe de l’indépendance judiciaire. Même le juge Neil Gorsuch, le candidat proposé par Trump pour combler le poste vacant à la Cour suprême des États-Unis, a considéré opportun d’indiquer que le commentaire du président au sujet d’un so-called judge était démoralisant et décourageant.

Le président a fait une grave erreur en croyant qu’il pouvait attaquer la personnalité d’une membre de la magistrature, comme il s’était permis, lors de la campagne à l’investiture, de prononcer des attaques personnelles contre les autres candidats du parti républicain et, lors de la campagne présidentielle, des attaques personnelles contre la candidate démocrate.

Avant d’être élu à la présidence des États-Unis, Donald Trump s’était déjà permis de critiquer un autre membre de la magistrature. En février et en juin 2016, il prétendait que le juge fédéral Gonzalo Curiel, à San Diego, avait un conflit d’intérêts dans les poursuites au sujet de la défunte «université» Trump, parce qu’il était «d’origine mexicaine» et membre d’une association de juristes latinos. En fait, ce juge est Américain, né dans l’Indiana de parents mexicains immigrés.

Cela me rappelle le dossier Commission scolaire francophone du Yukon, district scolaire #23 c. Yukon (Procureure générale), 2015 CSC 25, où, dans un jugement unanime de la Cour suprême du Canada, la juge Rosalie Abella avait écrit:

«Je ne suis pas d’accord avec la Cour d’appel (du Yukon) lorsqu’elle conclut que l’exercice actuel, par le juge du procès, de la fonction de gouverneur de la Fondation franco‑albertaine a largement contribué à une crainte raisonnable de partialité…L’appartenance à une association affiliée aux intérêts d’une race, d’une nationalité, d’une religion ou d’une langue en particulier ne peut servir de fondement, sans plus, pour conclure raisonnablement qu’il y a apparence de partialité… Le Canada a déployé beaucoup d’efforts pour se doter d’une magistrature plus diversifiée. Cette même diversité ne devrait pas faire office de présomption que l’identité du juge ferme l’esprit judiciaire.»

Cela me rappelle également des propos de 2014 du premier ministre Stephen Harper qui ont porté atteinte à l’une des institutions les plus fondamentales de l’ordre constitutionnel canadien et qui ont fait l’objet de la chronique L’exécutif tente d’intimider le judiciaire.

Dans les pays démocratiques, qu’on soit simple citoyen, premier ministre ou président, si on estime qu’un juge a fait une erreur, on porte le dossier en appel. On ne doit pas tenter de discréditer le système juridique.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

La marijuana n’aurait jamais dû être illégale

marijuana-prison
Dans ses récentes communications, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a confirmé vouloir «légaliser, réglementer et restreindre» l’accès à la marijuana d’ici l’été 2018....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h30

Le «porte-parole de la Terre» à la TSF

Yann Arthus-Bertrand a visité le ravin de la TSF, un projet du club de l'environnement animé par Josette Bouchard.
Cette année, la célébration de la Semaine de la Terre a revêtu un éclat particulier et demeurera un événement dans la mémoire collective de...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h28

Niagara Falls: l’école NDJ célèbre son 25e

Marquis Charrette, directeur de l’école Notre-Dame-de-la-Jeunesse, Roxanne Rees, présidente du conseil d’école, Anik Gagnon, surintendante de l’éducation, Melinda Chartrand, présidente du Conseil, Jean Chartrand, directeur fondateur de l’école, Kim Craitor et Victor Pietrangelo, conseillers municipaux à  Niagara Falls, Père William Derousie, curé de la Paroisse Saint-Antoine.
Plusieurs membres de la communauté scolaire de l’école élémentaire catholique Notre-Dame-de-la-Jeunesse à Niagara Falls se sont rassemblés ce vendredi 21 avril pour célébrer son...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h27

PanTech 2017 : nos jeunes au camp techno de Microsoft

Des jeunes dans leur élément.
Une centaine d’élèves de 6e année provenant des écoles élémentaires des Quatre-Rivières (Orangeville), Horizon-Jeunesse (Mississauga), Carrefour des jeunes (Brampton) et Félix-Leclerc (Toronto) ont participé...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h27

Une guerre nucléaire toujours possible?

Explosion nucléaire (Photo: The Official CTBTO Photostream - Flickr)
En lice pour le titre le plus déprimant de l’année: des experts contemplent la possibilité d’une guerre nucléaire. En décembre dernier, lors d’un colloque à Santa...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h26

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur