Le grand dilemme entre «que» et «dont»


13 septembre 2016 à 0h08

Il m’arrive fréquemment de froncer les sourcils et de faire la moue quand j’entends, dans une phrase, un pronom «que» alors qu’il faudrait normalement entendre un «dont». Je suis convaincu que je ne suis pas le seul.

Pourtant, on peut avoir l’impression qu’il y a de moins en moins de monde capable d’utiliser le bon pronom relatif.

Des exemples? «C’est quelque chose que je suis très fier», ou encore «La personne que je parle est aujourd’hui décédée». Je pourrais en énumérer encore plusieurs mais l’espace dans cette page est limité.

Le pronom «dont» est un des grands mal-aimés de la langue française. Ou un des grands incompris.

En grammaire française, il a une fonction et un sens bien à lui, mais de plus en plus, on lui préfère – à tort, bien sûr – le pronom «que». Parce qu’il faut un peu de prudence lorsqu’on emploi le pronom relatif «dont», on tente d’éviter la difficulté en le remplaçant par «que», un autre pronom au sens différent mais qui est de nos jours utilisé à toutes les sauces.

Même les dictionnaires s’entendent pour dire que l’emploi de «dont» est parfois très délicat. Il faut lui conserver son sens propre et éviter de fâcheux pléonasmes ou des archaïsmes.

D’entrée de jeu, il importe de mentionner que «dont» peut représenter des personnes aussi bien que des animaux ou des choses. Il peut être complément d’un verbe, d’un nom, d’un pronom, d’un adjectif ou même de l’expression d’une quantité.

Les règles entourant l’emploi de dont sont en fait beaucoup plus complexes. Il faudrait peut-être trois ou quatre chroniques comme celle-ci pour faire le tour du sujet. Contentons-nous d’un résumé.

Pour savoir si on doit employer dont, on peut parfois utiliser un truc tout simple qui consiste à remplacer le pronom par d’autres formes un peu moins élégantes mais tout de même correctes. Aussi pourrait-on dire: «La personne dont vous me parlez», aussi bien que «La personne de qui vous me parlez». Mais jamais on ne saurait dire: «La personne que vous me parlez».

Généralement, on s’entend pour dire que «dont» équivaut à «de qui», «duquel», «desquels», «de laquelle», «desquelles», etc.

Dans son usage le plus courant, «dont» équivaut à un complément introduit par «de». Comme dans: «La maladie dont il est atteint», où on peut déduire qu’«il est atteint de la maladie…».

Mais «dont» ne peut pas dépendre d’un complément introduit par une préposition. On évitera donc de dire: «La personne dont je m’intéresse au sort», mais plutôt: «La personne au sort de laquelle je m’intéresse». Au même titre que l’on dira: «Le pays sur le sol duquel j’ai posé les pieds…» plutôt que: «Le pays dont j’ai posé les pieds sur le sol».

Dans certaines locutions, cependant, l’emploi de «dont» peut être substitué par une autre expression. Ainsi, on pourra dire «C’est cela dont j’ai besoin» aussi bien que «C’est de cela que j’ai besoin». Beaucoup de gens font l’erreur de combiner les deux expressions, en disant par exemple: «C’est de cela dont j’ai besoin».

De plus en plus, on remarque que l’emploi de «dont» est beaucoup moins fréquent pour parler d’un mouvement hors d’un lieu. On dit plus couramment: «le magasin d’où il est sorti» ou «la ville d’où il vient», plutôt que «le magasin dont il est sorti» ou «la ville dont il vient».

En revanche, on préférera employer «la famille dont il est issu» ou «la famille de laquelle il est issu», plutôt que «la famille d’où il est issu».

Dont peut aussi être employé sans verbe et signifier «parmi lesquels», en faisant du même coup l’ellipse du verbe être. L’exemple est plus simple que l’explication: «Il a cinq enfants, dont trois filles». Ou encore: «Je lui ai emprunté quatre livres, dont deux très rares».

Sur une note étymologique, pour terminer, mentionnons que le pronom «dont» nous vient du latin «de unde», qui signifie «d’où».

Il n’est donc pas étonnant de constater qu’on peut parfois substituer l’emploi de «dont» par une expression comme «d’où». La langue française n’est pas qu’une question d’incohérences, après tout.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

La marijuana n’aurait jamais dû être illégale

marijuana-prison
Dans ses récentes communications, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a confirmé vouloir «légaliser, réglementer et restreindre» l’accès à la marijuana d’ici l’été 2018....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h30

Le «porte-parole de la Terre» à la TSF

Yann Arthus-Bertrand a visité le ravin de la TSF, un projet du club de l'environnement animé par Josette Bouchard.
Cette année, la célébration de la Semaine de la Terre a revêtu un éclat particulier et demeurera un événement dans la mémoire collective de...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h28

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur